CHERCHEZ DANS CE BLOG

jeudi 30 juin 2011

FEMME DES GOUTS LAGARDE REJOINT AINSI FONDS...




Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a désigné la Française Christine Lagarde directrice générale du FMI le mardi 28 juin !


Voilà donc la Marquise de Bercy propulsée pour cinq ans à la tête du noble établissement et à la suite de celui qui, par son absence judirico-médiatique, a forcé Martine Aubry à se lancer dans l’arène des Primaires socialistes (voir mon article précédent).

Lagarde rit de ses dents blanches dont les teintes émaillées se disputent l’éclat de la chevelure. La Chine qui songeait la bouder vient de l’adouber ! Désormais elle a les commandes en mains pour diriger l’énorme navire sur les eaux tumultueuses des liquidités anarchiques. Lagarde avoue que la tâche ne sera pas facile !

Lagarde bout d’impatience de prouver ses qualités d’économiste polyglotte ! Elle va continuer l’œuvre de son prédécesseur en appliquant des remèdes de cheval à une Grèce exsangue qui finira par guérir mais…morte !

-         Les Grecs doivent se serrer la ceinture. Demis Roussos ne doit plus être considéré comme le modèle à suivre ! La belle Hélène doit suivre une cure d’amaigrissement basée sur des diminutions de dépenses publiques, des hausses d’impôt, des privatisations. C’est ainsi qu’elle pourra rester dans la zone euro et nous éviter de  nous entraîner dans sa chute !! Une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro serait  un scénario du pire et il impérativement et par tous les moyens éviter !

Mais pour l’instant la grande Dame ne souhaite pas se rendre à Athènes pour y recevoir quelques salades horiatiki défraîchies sur le visage avec des risques de pandémie de la fameuse Escherichia Coli ! En effet, comment pourrait-on envisager qu’en l’état actuel des choses Lagarde raie publique haine ?
La grande Christine devra également se pencher sur les problèmes du Magreb en reconstruction et sur le cas des pays émergents qui souhaitent prendre plus de poids dans son organisation. Il faudra bien que la mère gère l’émergence…

Si Lagarde pèche par expérience elle aura tôt fait d’axer les rets de son pouvoir sur des bancs de poison menaçants qui prolifèrent dans les eaux territoriales de paradis fiscaux.
Mais si elle ignore le pauvre mendiant qui geint elle pourrait se voir tancer par la menace suivante :

-         Attention, Lagarde, hère ira a toi ! 

Christine devra donc, comme ses prédécesseurs, ne pas trop oublier les pauvres sans déposséder les riches !! Ménager la fortune des uns et soulager la misère des autres sans se faire trop d’illusions dans les vertus d’un cataplasme sur une jambe de chèque en bois.

mardi 28 juin 2011

AUBRY SE DECLARE ! GARE !

                                                       double cliquer si besoin est.....

Martine Aubry s'est enfin déclarée candidate pour la Primaire socialiste.
On n'attendait plus que cela !
Elle s'engage avec beaucoup de conviction !
C'est patent !

Enfin, attendons la suite...

lundi 27 juin 2011

BIENVENUE CHEZ LES BRETONS...


La spartine est une plante invasive !

- Elle éteint vase, Yves, lance le biologiste à son fils mineur mais néanmoins écolo précoce aux alentours de Brest !

- Tonnerre de Brest, répond le fils pubère ! Dis papa, elle est vraiment menaçante ?

- Oui, les spartines, hélas partent in.évitablement partout !! Elles encombrent les estuaires bretons ! Surtout elles menacent la petite statice !

- C’est qui, papa, ta copine ?

- Non, je te l’ai déjà dit, Yves, je n’ai pas de copine mais une maîtresse ! Et rien à voir avec celle qui t’enseigne le français à défaut de d’inculquer le breton !! Non, la statice c’est la lavande de mer ! Elle est super belle avec ses teintes bleues et violettes ! Tiens, tu en vois là-bas ! C’est un massif !!

- Ah, oui ! Je vois ! On en voit pas beaucoup, dis papa ?

- Ca tu peux le dire ! La statice est statice..tiquement de plus en plus rare ! Il faut la protéger ! Elle est en voie de disparition !

- Ah ? On pourrait en planter davantage ?

- Oui, mais surtout il faut arracher les vilaines spartines et les bouter de la rade de Brest !! Crois-moi c’est du sport ! Si on ne fait rien la rade de Brest sera envahie !

- Déjà qu’elle est infestée de sous-marins !

- Oui fiston, c’est bien triste !!

PETER FOLK RETROUVE SES AILES...

Peter Falk vient de nous quitter ! L’inspecteur Columbo a tiré sa révérence après un long combat contre Alzheimer. Beaucoup d’hommages ont été tissés sur la toile pour honorer le souvenir que laissera ce grand acteur. Je ne reviendrai pas sur les épisodes de sa vie. D’autres le font mieux que moi. Je ne retiendrai de Peter Folk (oui comme la musique !) qu’il était un très grand acteur ! Et que le septième art ne s’est pas suffisamment penché sur toute la gamme chromatique de ses talents.


Je suis un fan de Columbo, comme beaucoup ! Mais il faut avouer que l’inspecteur à l’imperméable gris a grignoté l’acteur. Heureusement certains metteurs en scène l’auront repéré : Cassavetes, Capra et puis Wenders. Dans « les ailes du désir », de Wenders, on trouve un Peter Falk émouvant, attachant, loin de ses oripeaux de lieutenant de police. Un ange devenu humain qui joue la mélodie du bonheur à un ange amoureux d’une jolie trapéziste. Un poète, à sa façon, qui loue l’humanité mortelle car elle est digne d’être vécue ne serait-ce que pour ses instants d’amour…


Un superbe rôle ! Que n’a t-on pas proposé à Peter d’autres rôles aussi magnifiques ?


Il les aurait largement mérités !!




Bien plus que Columbo dans son imperméable
Sortant l’air impavide d’une vieille Peugeot
Bien plus que le sergent, fin limier, redoutable
Je retiens de Peter d’indicibles sanglots…


Un Berlin noir et blanc d’avant la fin du mur
Un décor de Wenders où Peter joue l’humain
Ange blanc repenti et qui dans un murmure
Vante à l’ange Damiel le bonheur des Terriens.


Pour l’amour de Marion, trapéziste douée
Aux longs cheveux de blé emmêlés de mystère
Damiel renoncera à l’immortalité
Poussé par mille mots de Peter, le repère…


Qu’il est grand ce seigneur que les zèles délestent
Des gravités mystiques d’un Paradis pesant
Peter joue le gourou aux messages troublants
Pour son alter ego échappé du céleste.


Instants de poésie, suspension du sublime
Dans ce Berlin sépia que des couleurs trahissent
Quand Damiel éperdu fond dans le précipice
De l’amour défendu, au plus fort de l’intime.


Magie du cinéma dont se griment les gestes
De Peter l’insoumis au talent gaspillé
Dans le grand tourbillon des plats télévisés
Flots de fruits policiers au prosaïque zeste.


Car le borgne attachant dans son gris délavé
Rêvait dans le secret à des combats scéniques
A des scènes d’amour, des feux anthologiques
Mais que le septième art lui aura déniés.


Comme un folkeux déçu signe sur la guitare
Les accords élégiaques de son âme meurtri
L’angelot fait humain et jusqu’à l’amnésie
Finira son chemin dans les ombres d’Icare.


Nul ne m’empêchera d’imaginer les ailes
Repousser sur le dos du génial incompris
Elles le portent déjà vers le ciel infini
Où tant d’étoiles rient de nos feux infidèles !!

vendredi 24 juin 2011

MARINE COMME POUJADE : AS DE LA DEMAGOGIE...


Marine Le Pen se présentait jeudi soir pour la première de Des paroles et des actes une émission de France 2 animée par Pujadas !

Fidèle à sa légende l’héritière de son père a consacré le plus clair de son temps à assombrir celui de ses interrogateurs ! Les questions posées ont rarement trouvé les réponses adaptées ! Marine a habilement mariné en eaux troubles en cabotant, cabotine, le long des côtes de la rationnalité  pour demeurer dans ses eaux territoriales, bien françaises où flottent d’anciennes monnaies qui vous dégagent de la nostalgie jusque dans les glandes lacrymales !!

Dans l’assistance, Maître Collard, récemment acquis à la cause de la nouvelle Jeanne Hachette, a bu du petit lait en s’entendant nommer hypothétique Garde des Sceaux d’un tout hypothétique gouvernement lepéniste !

Vous m’amenez jolies questions
Je vous propose mes réponses
Mon père eut des condamnations ?
Et la francisque de Tonton ?

Je serais pour le nucléaire ?
M’enfin, je demeure écolo !
Je me bats contre les pervers
Qui tuent sadiquement les veaux !

Si je veux sortir de l’euro ?
Assurément, voyez la Grèce
Qui pompe l’argent sur le dos
Des Français qui fondent la graisse.

Pourquoi le salaire parental ?
Oh, attendez, cette mesure
Vient d’un vieux programme bancal
De deux mille sept, je vous rassure !!

Combien va coûter mon projet ?
Qu’importe mes jolis chiffrages
Car en francs les évaluerai
Et ça vous ennuierai, mon sage !!

Comment, je serais agressive
A l’endroit de moult émigrés ?
M’enfin, l’émigration massive
Fait rémunérations stagner !!

L’afflux de tous ces étrangers :
Vraiment de l'or pour les patrons !
Salaires vers le bas sont tirés !
Qui oserait me dire "que non" ?

Sur notre site vénéré
Vous relevâtes ce passage
Qui incriminerait l’armée
Et ses recrutements pas sages

Puisque portés sur des Français
Plutôt musulmans et peu sûrs.
Franchement vous êtes gonflée
Vous me calomniez, quelle injure !

J’ai entre les mains ce brulot
Où vous me diffamez sans cesse !
Heureusement que mon écho
Par France 2 crie sa noblesse !

Je remercie Poujadas
De m’avoir conviée chez lui
Si certains font la grimace
Peu m’en chaut, mon soleil luit !!

mercredi 22 juin 2011

NON, LA TERRE NE SE RECHAUFFERA PAS EN 2012...


Ce 21 juin, fête de la musique et premier jour de l'été, notre Président s'est rendu en Lozère accompagné de son fidèle Ministre Chatel, le spécialiste des règles de trois.
Et là, le petit Nicolas a annoncé mardi un gel des fermetures de classes en primaire en 2012 !!!

Ca peut paraître surprenant comme annonce mais à y bien réflêchir...oui !!

En fait, il serait grand temps de s’occuper des fermetures quelque peu vétustes de nos nobles institutions ! Depuis Jules Ferry la plupart de nos écoles n’ont guère connu d’améliorations de leur serrurerie et la grande majorité des huisseries des établissements scolaires pourraient vite se détériorer, en raison de leur obsolescence, à la moindre poussée de gel que notre Président prévoit en 2012 !

Il serait vraiment dommageable qu’une école soit fermée pour une cause aussi dérisoire : une serrure bloquée par le gel !! Vous avouerez que les considérations climatiques ne feraient qu’aggraver la situation précaire de certains établissements qui font déjà des prouesses pour accueillir en leur sein des cohortes de têtes blondes de plus en plus denses.

Notre Président a vraiment raison d’annoncer, de manière préventive, une survenance de gel pour l’année 2012. Nul doute que ses propres services de météorologie sont aussi compétents que ses agences de sondages qui ne cessent, à longueur de journées, de lui distiller de bonne nouvelle : votre cote remonte, votre seigneurie !!

Oui, je gagerais que le petit Nicolas en sait plus que quiconque sur le futur hiver qui nous guette en 2012. En guise de fin du monde nous pourrions bénéficier d’un froid atroce, d’un hiver criminel et sans pitié, clouant les avions au sol, anesthésiant les serrures de nos véhicules et gelant celles de nos portes d’école. Une paralysie complète du pays avant la fin ?

Comme Chef de l’Etat il prend ses responsabilités ! Il adopte le fameux principe de précaution. Accréditant la thèse des ses oracles météorologistes il annonce un énorme coup de froid et vise, en priorité, à protéger notre système éducatif contre de prévisibles attaques sibériennes.

On peut lui faire confiance : l’annonce de la catastrophe sera suivie de faits et d’actions. Il demeure fidèle à sa légende ! Un fléau nous tombe dessus : il faut pondre une loi pour y faire face ! Je l’imagine déjà cogitant un plan quinquennal de réparation des systèmes de fermeture de nos établissements scolaires : enveloppe budgétaire à débloquer pour le remplacement des vieilles serrures, crédits alloués au graissage des gâches moins vétustes, formation du corps professoral à la prévention des dégâts hivernaux…

Devant une telle menace je l’imagine bien réaliser une entorse à sa politique de restriction budgétaire. Je le subodore habité de jolies intentions : recruter sur concours des serruriers de catégorie C quitte à plomber, pour la bonne cause, le déficit du budget de l’Etat !!

Certes les classes seront toujours autant surchargées eu égard au non remplacement d’un professeur fonctionnaire sur deux qui partent à la retraite ! Mais au moins les cours pourront avoir lieu ! L’accès à l’école sera sécurisé par la garantie qu’il nous sera aisé de rouvrir une porte fermée la veille et, ceci, en dépit d’un thermomètre qui se ballade en dessous de 20 degrés !!

C’est toute la clé de réussite d’un futur plan sarkozien…

samedi 18 juin 2011

SUR SON AVENIR PLANCHE ANNE ATOMIQUE


« Atomic Anne » atomisée ! Nicolas Sarkozy n’a pas souhaité qu’Anne Lauvergeon rempile pour un troisième mandat à la tête de la noble société que représente Areva.

- Qu’Anne aille voir ailleurs, dit laconiquement le petit Nicolas.

L’ancienne sherpa (pas chère ?) de Mitterrand (François, le vrai, pas Frédéric !) va cesser son métier de patron- femme-électron libre du club « CAC 40 ».

Le petit Nicolas en a voulu ainsi ! Le fait du Prince, encore et encore…

Cela faisait un moment que la star du nucléaire, l’égérie de l’EPR, la Calamity Jane de l’uranium salvateur donnait des boutons de fièvre au petit élyséen. Ce dernier avait consulté son meilleur médecin :

- Lauvergeonite aiguë, avait pronostiqué le toubib ! Il faut réagir !! Ça peut tourner en cancer !!
Donc remède de cheval : on ampute !

Nicolas s’est débarrassé d’une cellule génétiquement modifiée. D’origine socialiste elle avait muté en virus sarkomptatible avec afflux de protéines atomiques.

Anne Lauvergeon aura propagé l’idée que le nucléaire était inévitable. Avec 75% d'électricité qui provient de 58 centrales la France ne pouvait faire autrement que continuer à déifier l’atome, créer de nouvelles centrales EPR, en dépit des déboires japonais et des ombres crépusculaires qui fleurissent aux abords de Fukushima !

Et pourtant, petite, Anne aimait la nature : l’eau, verts joncs ! Elle tenait la main de son papa pour une longue promenade le long d’un fleuve. Au loin, déjà, fumait une centrale inquiétante ! Elle n’était pourtant que thermique !

Mais, avec le temps va, tout s’en va…

Les hauts faits raient leurs enveloppes mnésiques.

L’ex patronne d’Areva a sillonné le Monde pour vendre ses centrales clé en main ! Même aux Chinois ! Et c’est là que le bât blesse !

En vendant la technologie française aux maîtres de Pékin la belle Anne a cassé la tout aussi belle mécanique du partenariat à trois : Chine+AREVA+EDF !!

EDF se sentant mis sur la touche a longtemps rongé son frein en la personne de son président, sieur Proglio ! A présent ce dernier savoure sa revanche !!

- Oui je l’aurai ma revanche et sera sa dernière chanson, s’exclame-t-il sarcastique !

Par ailleurs, la Finlande qui a acheté le premier prototype de centrale EPR à Miss Lauvergeon se voit escagassée par de multiples retards sur le chantier, par des coûts qui renchérissent…

Nouveau revers pour la jolie dame d’Areva : sa société perd un gros contrat juteux de quelque 40 milliards à Abou Dhabi. La Corée du Sud rafle la mise !!

Sûrement que l’ardoise commençait à être lourde pour le petit Nicolas !

Le successeur de la dame, un certain Luc Oursel, devra mouiller la chemise pour redresser le compte de résultat et éviter qu’Areva ne ressemble à la Grèce ! Il devra aussi enterrer la hache de guerre avec un certain Proglio !

Surtout, il devra prouver au monde entier que le nucléaire reste la seule solution d’énergie durable pour l’avenir. Pour parodier un sujet de philosophie récemment sorti, il devra avoir raison contre les fées !

Se battre contre la fée carabosse écologique qui stigmatise l’atome depuis les doubles catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima ! Croiser le fer contre la fée environnementale qui prône l’émergence des énergies renouvelables (Eole, géothermie, méthane émanant des bovins…).

Se mesurer à la fée teutonne qui vient de dire non à l’énergie du diable !

Se frotter énergiquement aux mondialistes pacifiques qui redoutent le pillage des pays africains, principaux fournisseurs d’uranium !

Démonter les arguments des Joly, Lepage, Hulot et autre Duflot quand bien même ces derniers se crêperaient le Chinon, heu le chignon…

Terminer enfin la construction de cette put…de sal… de centrale EPR d’Olkiluoto (Finlande) dont le coût global, prévu initialement à 3,5 milliards d'euros, s'est appréciée de 3 milliards d'euros, plombant les comptes d'Areva mais aussi ceux de l’Etat français .

Faut-il rappeler que 73 % du capital d’Areva est détenu par le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) et 10,2 % par l’Etat…

C’est quand même nos impôts ? Non ?

Il faudra aussi que Mr Oursel interdise les séismes en France, prohibe les inondations, proscrive tout écrasement d’Airbus ou d’autres avions de ligne sur une quelconque centrale (Al- Qaïda, à bon entendeur salut !)

Un vaste programme en perspective !

LA VIE BRULANTE DE JEAN HUS


Jean Hus est né, probablement, indubitablement ! Mais quand ? On ne le sait pas ! Tout comme Luther Hus a vécu dans l’utérus ! Comme tout à chacun d’ailleurs ! Mais quand en est-il sorti ? On parle de 1371 ! C’est tout aussi précis que Jésus Christ qui serait né 4 ans après lui même ! Ou 4 ans avant, je ne sais plus ! Donc Jean Hus est né, disons, en 1371 ! Top là ! Le plus important est de savoir qu’il est né dans un village planté au sud de la Bohème, paisible région si bien chantée par Charles Aznavour.
Dès l’enfance Jean Hus s’intéresse au Ciel.

Il observe les étoiles à en ciller. Hus tant cille de la cuisine pour scruter les constellations qu’il attrape des tics et grimaces. Il serait bien cosmonaute pour se rapprocher des étoiles mais l’époque ne s’y prête guère ! Le spoutnik n’a même pas encore été inventé ! Il n’est pas né dans le bon siècle ! Enfin, il faut s’orienter ailleurs ! Il se dirige vers Prague pour poursuivre des études littéraires et de théologie ! Une façon de rejoindre le Ciel mais de façon mystique !

Etant Tchèque sans provision il cherche à vivre de sa plume. Ses premiers écrits, dont nous ne possédons que quelques fragments, résultent de son activité universitaire : discours solennels interprétations de textes bibliques (les fameuses exégèses Hus « lègue-les Jésus ») et autres, œuvres polémiques. À partir de 1402, il devient prédicateur à la chapelle de Bethléem à Prague ! Et comme l’Eglise canonique mine Hus il s'impose comme porte-parole des tendances réformistes !

- Alors Pater Hus, t’innoves, lui demande un de ses disciples invertébrés ?

- Plus que jamais ! Quand on voit pavés ces grès-là, heu, quand on voit gavés ces prélats !! Ils ne songent pas à prier : ils bouffent ! Regarde-moi ces Papes et ces sous-papes ! Ils ne visent que
leur pouvoir personnel ! Excuse-moi du peu mais actuellement on a trois Papes pour le prix d’un :
Benoît XIII qui loge à Avignon et qui fait souvent le pont, Grégoire XII qui vit à Rome et le légitime un certain Alexandre V ! Trois Papes qui se tapent dans les pattes !! Non, franchement, je vais pousser ma gueulante !!

Et Hus donna de voix !

Car il a mal Hus ! Il s’attire les foudres des Pontifes quand il dit :

- L’humanité n’a qu’un seul arbitre : Dieu ! J’e m’en réfère au Christ donc à Dieu et non pas à ses hommes qui se prennent pour des suzerains spirituels, suivez mon regard !!

Puis il s’en prend au système des indulgences, sans indulgence.

Rappelons que le système des indulgences se base sur un contrat synallagmatique à titre onéreux dont les termes sont les suivants :

- le pécheur verse une somme à un membre du clergé (haut de préférence) par tout moyen à sa convenance : chèque, traite à 30 jours fin de mois le 10, billet à ordre, virement postal…

- En échange l’homme d’église lui remet des indulgences qui sont des titres cotés à la Bourse Céleste. Ces titres permettent à l’individu perclus de péchés d’éviter quelques années en enfer, ou de bénéficier d’une remise de peine satanique ou encore, et à minima, d’éviter le purgatoire sinistrement réputé pour sa bouffe infecte en dépit de maints efforts prodigués par Saint Jacques le spécialiste des coquilles.

Hus s’offusque de ce commerce et jette sa colère à la face du roi de Bohème, un certain Venceslas IV, qui s’octroie des parachutes dorés insensés avec ces pratiques malsaines !

Jadis ce roi admirait Hus ! J’aime autant vous dire qu’avec de telles jérémiades il ne va plus le porter dans son cœur ! Il le menace d’enfermement !

- Moi, Venceslas, il faut que j’avance, hélas, sur le chemin de la réprobation punitive ! Je déclare Hus susceptible d’incarcération !

Face aux menaces du tyran le pauvre Hus doit s’exiler. Bouge de là... De 1412 à 1414, il vit à la campagne, loin de Prague, s'adonnant à la lecture des œuvres d’un certain Wycliff, à l’écriture et aux prêches.

Toutefois, sa situation s’engage dans un dilemme. D'un côté, le clergé exige de plus en plus une punition exemplaire, de l'autre, Jean Hus lui-même exige le droit de défendre publiquement ses idées devant le concile.

- Prague aima Hus, se dit-il un peu chiffonné en parlant de lui-même, pourquoi y aurait-il un désamour à l’endroit de ma personne ? J’irai à Prague pour me réhabiliter !

À la suite de difficiles tractations, il obtient de l'empereur Sigismond, frère du roi de Bohême (le fameux Venceslas IV), un sauf-conduit censé lui assurer une totale liberté de mouvement et de parole au concile de Constance.

Hélas, peu de temps après son arrivée dans cette ville, le 28 novembre 1414, Hus se trouve emprisonné ! L’espoir largue Hus ! Il ne se sent plus coté à la Bourse des Valeurs Théologiques ! On va le condamner !

Mais le concile se tâte, semble inhibé par une perspective d’exécution qui mettrait le feu aux poudres politiques...

- Tu m’inhibes Hus, lui dira son juge principal.

Alors les forces condamnatrices exigent que Jean Hus renie trente points exposés dans ses écrits ou attribués par les déclarations de témoins.

Hus refuse ! Avec constance !

- Quelle tête de mule, fulminent ses accusateurs !

Qu’eut mule Hus ? Finalement ce qu’il recherchait ! Mourir en martyr !

Ses juges le condamnent à mort, le 6 juillet 1415 ! Il est brûlé le même jour sur le bûcher, et ses cendres sont répandues dans le Rhin. Déjà des problèmes de pollution, à l’époque…

Assistant à son calvaire son principal supporter, Jérôme de Prague, lance à la face de l’Empereur :

- Toi qui m’ôtes Hus, aie bouche cousue !!

Mais la malédiction ne s’accomplira jamais ! Tout au contraire c’est Jérôme qui se verra subir, quelques années plus tard, le même sort que son maître : le feu sur la place publique !

Pour la petite histoire il se consuma un 30 mai (1416).

Jeanne d’Arc se réduisit en cendres le même jour, soit un 30 mai, mais 15 ans plus tard !!

Mais c’est un tout autre détail de l’histoire, comme dirait l’autre…

jeudi 16 juin 2011

STOCK DE STEAK DOUTEUX...



L’Eschéricolia bactérie E. coli est de retour ! On la trouve, à présent, dans des steaks vendus par une enseigne allemande («Lidl») !

Six enfants du Nord, originaires de Douai, Valenciennes, Dunkerque et Maubeuge, âgés de 20 mois à 8 ans, sont toujours hospitalisés à Lille après avoir été admis au CHU de cette ville dans les jours précédents.

Ils ont mangé des steaks commercialisés par LIDL et produits par la marque « Steak Country » de Haute Marne.

Après les graines germées d’Allemagne (le concombre étant disculpé) voici les steaks !

Chérie, on mange quoi ce soir ?

Revoilà la bactérie
Escherichia Coli
Elle a frappé ma région
Et tout autant l’opinion.

Elle a muté dans les steaks
En attendant les pastèques
Les abricots, les cerises
Ce n’est qu’un début de crise !

Ah, bienvenue chez les Chtis
Jolie fée des pandémies
Grâce à toi nous revoilà
Sous les lumières des médias.

Stock Country pointée du doigt
Et des Lidl aux abois
Notre joie bien sûr gelée
En dépit d’un bel été !

Revoilà la bactérie
Et ses flots d’hémorragie
On lui avait dit : arrêt !
Mais elle vit leste et cachée !

Gare aux légumes, gare aux fruits
Gare aux tournedos pas cuits !
L’ARS (1) est aux aguets
La bébête se fait sorcier.


C’est vraiment bien mal tombé
A l’heure où doit bachoter
Le malheureux lycéen
Puisque sans le bac « t’es rien ! »

(1) Agence Régionale de la Santé

mardi 14 juin 2011

BRIQUE AU LAIT...DE CHEVRE

En première lecture, à l'occasion de l'adoption du collectif budgétaire, l'Assemblée nationale a supprimé le bouclier fiscal !
Le petit Nicolas a dû, la mort dans l’âme, enterrer cette jolie mesure à laquelle il tenait tant !
Le bouclier fiscal, qui plafonne l'impôt à 50 % des revenus, était destiné à faire revenir dans le bercail hexagonal de gros contribuables qui préfèrent s'installer à l'étranger (en Suisse par exemple) pour payer moins d'impôts…

Avec la crise de 2009 le dispositif n’était plus tenable tant il symbolisait une injustice !

Donc, le gouvernement s'est engagé sur le chemin résigné de sa suppression mais à une condition : alléger l'ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune).
Mais le texte qui allège l'ISF permet de « sortir » quelque 300.000 contribuables du champ de cet impôt, créé sous sa forme actuelle en 1989.

Mais les riches qui n’ont pas de patrimoine ou dont l’ISF est aussi épais qu’un Erythréen anorexique se sentent chèvres. Ils eussent préféré un maintien du bouclier fiscal ! A présent ils revoient revenir en force l’ancien dispositif : l’impôt pourra-t-il toucher jusqu’à 60 % de leur revenu  ? Replaceront-ils leur pécule au pays des vaches à lait chocolaté ?

Les socialistes crient à l’arnaque : « C'est une réforme indécente, c'est une réforme totalement injuste, inefficace et qui n'est pas financée », a dit Pierre-Alain Muet (PS).
On n’est pas loin de penser que le fiscal ISF cale !

La chèvre UMpiste
Trop à ce bouc liée
Devra changer de piste
Changer de cap, ridée !
Tout va de mal en pis
- Changer de bouc m’écœure
Rumine le cabri
Le nouveau mâle m’apeure !
Epargne débit, quête
Ailleurs ! Mon revenu
Doit sauver ses briquettes !
Ne m’imposez pas plus !
Ce n’est pas liesse ef-
Flanquée de ses cadeaux
Qui réduira grief
Que je porte aux impôts.
Ose un pot vivifiant
Vilain bouc de Bercy
Ou brouterai le champ
De la douce Helvétie

lundi 13 juin 2011

MESSAGE...

BERNADETTE ELLE EST TRES CHOUETTE MAIS MAIS JACQUOU IL EST FOUFOU...


- Allô Docteur, oui c’est encore Bernadette ! Non ça ne va pas mieux ! Il continue à dire qu’il va voter pour François Hollande !

- Ah ? Mais je croyais qu’il était revenu sur cette idée saugrenue ! N’évoquait-il pas une blague, comment déjà... ?

- Corrézienne !

- Oui, c’est cela ! Corrézienne !! Donc ce n’est pas une boutade ! Il continue d’oublier qu’il est de droite ?

- Oui ! Et vos médicaments n’y peuvent rien ! Il est passé à une nouvelle phase d’Alzheimer ! Il devient socialiste et n’en démord pas ! Ca le rend hargneux dès que je lui dis que ça ne fait pas plaisir à Nicolas ! Il m’envoie à la figure des insanités, vous ne pouvez pas imaginer ! Moi j’accuse le coup mais j’ai mal pour Nicolas ! Je suis invitée demain chez Carla et, franchement, je ne sais pas comment je vais tenir dans mes petits souliers !

- Mais, heu, Nicolas sait très bien à quoi s’en tenir avec le deuxième tome des mémoires de votre mari ?

- Des Mémoires ? Pour un Alzheimer ? Vous voulez rire docteur ! Mais mon mari a utilisé les services d’un nègre, comme tout à chacun !! Un nègre socialiste dont je tairai le nom ! Comment ? Non je ne joue pas les Luc Ferry ! Allô, je vous entends très mal ! Comment ? Qu’importe qui a écrit ce livre ; le contenu est sans équivoque ? Ah ça vous pouvez le dire : sans ambiguïté ! Nicolas est présenté comme un type n’aimant pas le sumo, un Président nerveux, impétueux, ne doutant de rien et surtout pas de lui-même !!

- Oui mais, d’après ce que j’en sais, votre mari reconnaît certaines qualités à son successeur !
- Taratata, le mal est fait ! D’autant que mon Jacquou fait publier le fait qu’il considère François Hollande comme un « véritable homme d’Etat » ! Je ne sais plus où me mettre moi ?
- Vous voulez que je vous préconise des anxiolytiques ?

- Mais ce n’est pas moi qui suis malade Docteur, c’est Jacquou ? Il faudrait que vous veniez ! Il ne va pas tarder à rentrer de sa promenade avec Doudou !

- Et comment va Doudou ?

- Il a mal apprécié que son Maître se fasse refouler du Casino de Deauville à cause de lui ! Un si gentil petit chien, un cadeau de Michel (Drucker) ! Depuis Doudou a moins d’appétit ! Il touche à peine à ses croquettes au saumon !!

- Bon je vais passer ! Avec Ingrid !

- Ingrid ?

- Ma nouvelle compagne ! Elle est vétérinaire ! Vous verrez : elle est très professionnelle, bien que socialiste !

- ???

samedi 11 juin 2011

CONTRIS CONTRAINTS ET DANS LA BUEE, CONTRIBUONS !!


                                               Double clic sur image si vraiment illisible !!

UN PLAN AVEC PEU DE FAILLES MAIS PEUT-ETRE FEU DE PAILLE ?


- Bon Carla, je vais devoir te quitter demain. Oui, on sera jeudi 9 juin et je serai en Poitou-Charentes !

- Ah ! Tu vas revoir Ségolène ?

- Qui ?

- Mme Royal ! Ségolène quoi !

- Ah ! Oui, c’est vrai ! Elle préside la Région. Heu, non ! Je viens organiser une table ronde pour évoquer la sécheresse…

- De Ségolène ?

- Ecoute, cesse de plaisanter ma Carlita ! Je veux parler de la sécheresse qui frappe beaucoup de départements et qui empêche les agriculteurs de voir la vie en rose ! Remarque, ça pourrait m’arranger !

- Tu vas annoncer des mesures ? Tu sais, tu pourrais faire tomber la pluie ! Il suffit que tu chantes « le jour où la pluie viendra » de Bécaud ou même encore « It’s raining again » de Supertramp ou encore « Toute la pluie tombe sur moi » de…

- Bon Carlita, ce n’est pas que je m’ennuie mais je dois présider le Conseil des Ministres ! A tout à l’heure !

Le lendemain c’était jeudi, donc. Nicolas est parti rencontrer la France Profonde ! Il a hésité à chausser de grosses bottes de paysan. Finalement il est resté politiquement correct sans virer dans le bling bling de mauvais aloi.

Il a visité une belle exploitation de Montemboeuf (ça ne s’invente pas !) en Charente puis a tenu la fameuse table ronde citée plus haut.

Il croyait ne pas la voir mais il l’a vue !! Oui, Ségolène, Ségolène, ah, Ségolène était là !! Elle s’était invitée à la fête.

Nicolas chuchota à un de ses conseillers comme on murmure à l’oreille d’un vieux canasson fatigué et coté à 0,20 contre 1 dans le dernier handicap à Longchamp :

- Hé, que fait la brune poitevine dans cette réunion ? On l’a pourtant bien diplomatiquement évincée du protocole, non ?

- Heu, ben, heu, je crois Monsieur le Président. Mais, heu, vous savez, heu depuis que Claude Guéant n’est plus votre Secrétaire c’est un peu le souk, vous, heu, vous comprenez ?

- Oui, bon, cessons là ! Elle nous regarde !! Oh, la pauvre ! Elle se fait huer par les participants !! Je vais me montrer magnanime à son égard !! Elle fait vraiment pitié !!

Et Nicolas porta de la voix dans la salle :

- Amis supporters, vous qui savez me supporter, je vous demande de vous arrêter. Cessez de conspuer Mme Royal et laissez la parler, si besoin est. Si j’étais à la place de la Présidente de Poitou Charente je serais bien content qu’on me laissât parler !

Alors là ! Chapeau bas ! Quelle tolérance et quel combat contre les tollés rances !

Ségolène a remercié le Président du « Choix : tout, par rente !» et a formulé quelques mesures à prendre immédiatement : interdiction du broyage des pailles, blocage des prix des fourrages et réquisition partielle des céréales destinées à l'exportation.

Le président lui a assuré avoir déjà ordonné la première, avant de lui opposer une fin de non-recevoir diplomatique sur les deux autres formulations.

Puis il clôtura en beauté par quelques mesures tout droit sorties de son cortex pluridisciplinaire et hyperactif !

D’abord on va décaler d’un an les remboursements des prêts accordés aux éleveurs en 2009. En effet, avec la sécheresse, les paysans qui élèvent des vaches doivent les rabaisser en dessous du prix du marché aux bestiaux. Ils les revendent à perte car ne peuvent plus les nourrir par manque de foin. Certes, cette mesure n’est qu’un pis à lait mais les traites seront honorées..

Les prêts seront remboursés plus tard le temps que reverdissent les prés, si temps est que la liquidité abonde !

Ensuite on va exonérer les pauvres culs terreux de la taxe sur le foncier non bâti. Donc le rural à qui on a dit « il faut que vous fonciez » mais qui n’est pas très bâti pour relever le défi de combattre la sécheresse pourra ne pas payer une taxe qu’on savait même pas qu’elle existait encore, eu égard au manque de médiatisation à son honneur !!

Puis on va verser 200 millions d’euros de liquide dans une grande citerne, genre tonneau des Danaïdes, qui se nomme « Fonds national de garantie contre les calamités agricoles ». Avec le détraquement du climat planétaire, que d’aucuns prévoient, je parierai que ce Fonds a de beaux jours ensoleillés (voire torrides) devant lui !

Le tout sera de trouver une vache à lait pour abonder ledit récipient qui sera fortement sollicité en cas de grêles intenses, pluies diluviennes, gel persistant, tempêtes apocalyptiques, raz-de-marée, et même pandémie bactériologique !!

Mon petit doigt me dit que la vache à lait (ou pigeon en cas de manipulation génétique du plus bel effet) sera le contribuable !

On fera appel à l’armée et à la SNCF pour stocker et acheminer de la paille ! La grande muette va coordonner ses troupes avec celles de la reine des chemins de fer et des trains qui ne partent jamais à l’heure ! L’objectif est d’entreposer des bottes non militaires mais de bonne paille dans des casernes désaffectées. Cette paille, venant de régions verdoyantes, aura préalablement été acheminée par transport ferroviaire. Le balai des ballots servira à faire danser le cheptel bien amaigri depuis quelques temps dans des contrées où les vaches valsent mal.

Enfin un plan de gestion de l’eau sera adopté. Pour ne pas changer les bonnes vieilles habitudes françaises ce plan sera quinquennal.

Il s’agira de développer des cultures qui consomment moins d’eau : le sorgho, le soja sec, le cactus, le pavot… De belles perspectives d’évolutions économiques !

Puis on modernisera les dispositifs d’irrigation : enfouir les conduites d’eau pour écarter le spectre de l’évaporation, installer des sondes qui calculent le besoin en eau, de façon précise, pour chaque type de plante…

Cette modernisation ira de pair avec la construction de retenues d’eau. Inutile de préciser que nul ne fit barrage à cette idée !

A l'issue de la discussion le petit Nicolas et la plus grande Ségolène se sont serré la patte et chacun est reparti de son côté du gymnase de La Rochefoucauld vers 13 heures environ…

Dans l’avion qui le ramenait vers Paris le petit Nicolas eut soudain une pensée pour la Dame de Poitou.

Quand même, quel tempérament ! Se faire inviter pour l’étable ronde et se moquer du foin que cela va générer ! Chapeau (de paille) !!

Et, secrètement, dans sa somnolence imminente, le petit Nicolas se dit que, s’il avait été femme, il eût aimé être Ségolène Royal !

jeudi 9 juin 2011

SHAME loin du SCHEME (du moine orthodoxe) !


Dominique Strauss-Kahn n’a pas créé de surprise lors de son audience de lundi au Tribunal pénal de New-York : il a plaidé « non coupable ». Il a bien répondu « Not Guilty » des crimes sexuels dont l’accuse une femme de chambre d’un fameux Sofitel du 14 mai !!

Le plus inattendu, en revanche, fut le comité de réception : des femmes de ménage l’ont hué alors qu’il se dirigeait vers le tribunal avec à son bras l’épouse fidèle, Anne Sinclair. Elles ont scandé :
« shame on you ! ». Ce qui signifie : « honte à toi ! » et même éventuellement « on t’a toi ! »

Cette très jolie musique de chambre (pour laquelle il ne faudrait pas sans balai !) n’a guère été appréciée par l’ancien maître du FMI et pourtant ce tube (de toilette ?) a été un vrai tube ! Interprété par Shirley an Compagny en 1975 !!  Puis Henri Salvador en fit une parodie ! Ah que de souvenirs !

Sinon quoi dire de plus dans cette affaire ?

Ah oui, la présumée victime, Nafissatou Diallo, a dit « Allô » à un nouvel avocat qui lui a tout de suite répondu positivement :

- Elle a fait des pieds et des mains pour me contacter, dit ce nouvel avocat au nom de Kenneth Thompson. Nafissatou n’a fait tout ça que pour mieux se sentir défendue ! En effet, sans me vanter, je suis le Phénix de la réparation pour dommages et intérêts dans les affaires civiles quoique si viles !

Cet avocat a des faux airs d’Obama et surfe sur la médiatisation positive du concept égalitariste.

- Je suis le roi de la lutte contre les discriminations raciales, précise-t-il. Je défends la pauvre femme noire issue de l’immigration contre le gros nanti, socialiste mais exagérément nourri au caviar ! Et je lance un appel au monde entier : femmes de tous pays, appelez-moi si vous avez été victime de DSK !!

Ça nous promet une belle pagaille !

PUB 21

mercredi 8 juin 2011

LA MORT D'UNE MEMOIRE

Nous venons d’apprendre la mort de Jorge Semprun à l’âge de 87 ans, ce mardi 7 juin, au soir...


Semprun aura été une mémoire du XXème siècle. Un XXème siècle qui connut deux terribles guerres mondiales et deux idéologies meurtrières. L'écrivain et ancien ministre de la Culture espagnol aura subi, dans sa chair, l’idéologie nazie. Résistant au nazisme, il sera déporté au camp de Buchenwald.
Mais il aura été, également, le témoin du stalinisme et de ses terribles déviances.
Communiste de cœur il finira par se faire exclure du Parti Communiste Espagnol, en 1964, à la suite de longues divergences avec le chef du Parti, Santiago Carrillo.


Son cœur reste à gauche mais de façon plus modérée.
C’est ainsi qu’il deviendra Ministre de la Culture d’un gouvernement espagnol, celui de Felipe Gonzalez, de 1988 à 1991.


Bien qu’un homme politique Jorge Semprun est un merveilleux défenseur de la langue française. Sa vie sera consacrée à l’écriture, en français comme en espagnol.

En 1969, son roman "La deuxième mort de Ramon Mercader" obtient le prix Femina.
Il mettra la main à la pâte au service du 7ème art puisqu’il signera l’adaptation et les dialogues des films de son ami Costa Gavras : "Z" (1969) et "L'aveu" (1970).

Mais surtout on retiendra de lui ce livre magnifique d’émotion et d’intelligence : L’écriture ou la vie.

Dans cette œuvre, parue en 1994, Jorge Semprun évoque ses deux années de déportation à Buchenwald sous le matricule 44 904, mais aussi sa soif inaltérable, après sa libération, de revenir dans la vie, d’aimer des femmes et de renaître au monde. Semprun restitue l’horreur du camp, les rigueurs de la neige, la fumée des crématoires et l’odeur indéfinissable des corps brûlés.

Et c’est ce témoignage que les futures générations doivent recevoir comme un grand coup dans le cœur. Pour que plus jamais la bête immonde ne tue nos espoirs d’humanité…



L’écriture ou la vie
En dépit du néant
De l’indicible vent
Des sinistres folies.


Une plume en mémoire
Pour graver les instants
De l’effroyable camp
Des sanglots de l’histoire.


L’écriture impuissante
Face aux corps calcinés
L’odeur d’humanité
Brulée par l’épouvante.


L’écriture pour la vie
Pour ne pas oublier
La brebis torturée
La nuit des barbaries.


La vie pour l’écriture
Plus qu’un prix Fémina
Une vie de combat
Littéraires blessures...


L’écriture d’une vie
Tout de mots parsemée
Tout de phrases bercée
Pour l’espoir infini.


L’écriture vivante
Dans le feu de Gavras
Dans les rêves qui tracent
L’utopie séduisante.


L’écrit nu dans sa force
Dans son souffle puissant
Dans l’amour du vivant
Dans l’espoir qui s’amorce.


L’écriture de Semprun
Pour le choix de la vie
Qu’un refus de l’oubli
Guida sur le chemin.


L’écriture de la vie
Jusqu’au souffle dernier
Pour que, l’ombre passée
Refleurisse l’envie.

mardi 7 juin 2011

DANS LA RUE DE MON ENFANCE

                      La rue de LILLE (LAMBERSART) - Début des années 60.

Dans la rue de mon enfance
Emaillée de mille pavés
Nous baladions nos insouciances
Le long des façades fanées.
La lézarde des murettes
Se moquait de ces lendemains
Ouverts à l’immanente fête
Du béton, prince de l’urbain.

Nous prenions le chemin d’école
En contournant quelques ornières
La campagne était à deux pas de nos frontières
Dans ce quartier d’enfance folle…

Dans la rue de mon enfance
Les murs de la teinturerie
Projetaient la molle insouciance
D’une ombre au soleil alangui.
La vétuste cheminée
Avait vu grandir la maison
Où j’allais passer mes années
Si tendres de petit garçon.

Au coin du la rue Desmazières
Les senteurs de l’Orangerie
Nous clouaient à l’arrêt en cette épicerie
Aux friandises familières.

Dans la rue de mon enfance
Vivotaient deux petits cafés
Il m’en revient la jouissance
D’une limonade glacée.
Le long des vieux caniveaux
Des voiturettes un peu bombées
Faisaient reposer leurs chevaux
Sous les capots trop carminés.

Et c’était là ma rue de Lille
Si fière dans son théâtre ancien
Les vieux volets dissimulaient comme un chagrin
Quelques croisées de bois sénile.

Dans la rue de mon enfance
Deux chevaux bravement tiraient
Les fûts de bière en abondance
En claquant sabots sur pavés.
Derniers soubresauts de l’ère
Chevaleresque au fond des cœurs
Avant les nouvelles chimères
Portées par les monstres moteurs.

Au coin du la rue Desmazières
En vis-à-vis des sucreries
Nous aimions retrouver la vieille librairie
Ses aventures nourricières.

Dans la rue de mon enfance
Des titans jaunes ont terrassé
Les grands murets mus d’impuissance
Et s’est brisée la cheminée.
Du haut de mon âge tendre
J’assistai à l’enterrement
D’un passé que ne sut attendre
Le modernisme triomphant

Et longtemps dans la rue de Lille
Un terrain vague m’invita
A y frapper ballon de mes pieds maladroits
Footeuses joies indélébiles…

Dans la rue de mon enfance
S’érigent des appartements
Et le bitume sans clémence
A chassé les pavés d’antan.
Mais demeureront vivaces
Les souvenirs que j’ai gardés
Et ce cliché qu’un jour fugace
Mon père a immortalisé.

Car c’était là ma rue de Lille
Si humble dans sa vétusté
Aux traits radieux quand les rayons l’éblouissaient
De luminosité fébrile.

Dans la rue de mon enfance
Emaillée de mille pavés
Nous baladions nos insouciances
Le long des façades fanées.

Nous baladions nos impatiences
Sous le grand soleil de l’été…

Jolie opinion, à qui t'es ?

lundi 6 juin 2011

LE CONGRES FUT, heu, heu, ELEVE (EELV)...

Cohn Bendit ne s’est pas rendu à La Rochelle pour le Congrès des Verts. Il boude. Evincé par Cécile Duflot, à la suite d’un vote interne, Dany le Rouge, dévot teint terne, boude !!

Pendant ce temps les Verts se sont rendus dans la ville sus nommée pour se parler, faire connaissance, admirer les voiliers, la majesté de la tour des quatre sergents.

Sur les quatre sergents manquaient donc Dany. Les autres étaient bien là : Cécile Duflot, la secrétaire nationale du mouvement EELV (Europe Ecologie-Les Verts), Nicolas Hulot (Monsieur Ushuaia et accessoirement père du Grenelle de l’environnement) et Eva Joly (Ex magistrate, amie de Bernard Tapie et éventuellement future candidate à la Présidentielle si Nicolas veut bien s’en donner la peine) !

Un joli petit panier de verts marins, tout oxygénés d’embruns océaniques, sous un soleil généreux de Charentes Maritimes.



Les deux principaux candidats à la future primaire des Verts s’apprécient :

- Ah, Eva, tu es bien jolie aujourd’hui ! Et cette paire de lunettes rouges un tantinet communiste, ça te va comme un gant ! Permets moi d’en juger !!

- Ah, Nicolas, quelle mine splendide ! Tu nous reviens d'où cette fois ci ? Papouasie ? Bornéo ? Ne me dis pas que tu es revenu au Yemen ?

On rit, on plaisante. On joue aux socialistes : même ville de festivités (La Rochelle), même volonté de désigner l’unique candidat aux présidentielles par le système des Primaires !

- Bon, avouera Cécile Duflot, c’est un peu primaire mais imiter la rose flétrie n’est pas symptôme d’abêtissement. Pour départager Nicovas et Ella, heu, Nicolas et Eva rien de tel que le vote !! Bon, j’explique le protocole : les 15.000 adhérents d'EELV ainsi que les «coopérateurs» - sympathisants non adhérents » pourront désigner leur candidat, moyennant une participation de 10 € et la signature d'une charte sur les valeurs de l'écologie. Je rappelle que les adhérents sont déjà inscrits sur les listes électorales mais que les coopérateurs doivent se faire connaître avant le 10 juin sur le site internet dédié à la primaire. Bon voilà, j’ai tout dit !! Tout le monde au buffet !!

A la fin du buffet, noyée dans quelques verres de pastis, une petite phrase sortit de la longue plongée en apnée de Nicolas :

- Séquence, découverte, hips..Je bois, hips, à la santé du bord de l’eau, heu, hips, de Borloo, qui hips, eût aimé festoyer avec nous. Tel que je le connais ! C’est un bon gars, le Borloo ! Le Borloo est une espèce rare et qu’il faut protéger, hips ! Il prolifère dans une rivière nommée Escaut ; est-ce co..commode, hum ? Il nage au milieu du courant, donc plutôt au centre mais est soucieux de la qualité de son eau, enfin, parfois…

On fit taire le trublion médiatique et Cécile chercha à rassurer Eva :

- Ne t’en fais pas la Norvégienne, il était cuit ! En état de débris était !! Il faut dire qu’il n’a pas suffisamment noyé son alcool d’anis ! Au fur et à mesure qu'il descendait il me redisait : un peu d'anis..verre..sers !!

- Pourtant je l’avais prévenu : Nicolas il faut verser beaucoup plus d’eau !

- Ah oui, je me souviens ! Tu lui avais dit : hausse l’eau !! Ah, ah, ah !!!

- Hi, hi, hi !!!

Ah, une sacrée troupe de boute-en-train dans cette équipe des verts ! Si ce n'était Dany !!

dimanche 5 juin 2011

L'AMER SALEH

Le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh a été évacuée en Arabie Saoudite après avoir été blessé dans le bombardement de son palais !


Le vice-président Mansour Hadi a dit qu’il assumerait l’intérim selon la Constitution !


Cependant, la télévision officielle ne cesse de chanter les louanges de M. Saleh. Elle précise aussi que c’est Ahmed, le fils aîné du président Saleh et commandant de la Garde républicaine, qui se trouve au palais, centre du pouvoir suprême. Où se trouve la vérité ?

Pour les jeunes insurgés de la contestation yéménite l’ambiguïté n’est plus de mise : le régime est tombé ! On fête un « nouveau Yémen » on écoutant des vieux tubes de Clo-clo ou de Sheila, traduits en langue locale. Voilà où le yé-yé mène !!

Mais la situation demeure préoccupante pour les autorités étrangères. L’Union européenne se prépare à évacuer ses citoyens du Yémen. L’Allemagne a décidé de fermer son ambassade.
La situation ne manque pas de sel !

Le YEMEN aurait-il enfin chassé Saleh
Son vilain Président qui dedans son salon
Buvait thé sans ciller ainsi que tasse à lait !
Et reçut des éclats de bombe en hausse ! Allons !


Allons fêter victoire ! Historique ça l’est !
Quand bien même combat de rue progressa, lent.
On respire un peu mieux depuis que cessent allées
Et venues des soldats par coups de crosse allant.


Touché par les éclats le Saleh, toussa, las
Déjà il geint de maux, sa blessure très sale hâte
Le départ du pays et prions tous Allah
De le voir loin de nous, redoublons la salat.


Il fallait bien qu’un jour Yéménites salassent
L’ordinaire d’un plat, insipide salaire
Si loin de nos orgies, de nos fièvres salaces
Il fallait que Sanaa ouvre ses sens à l’air !!


Il paraissait logique qu’un jour vous salassiez
La fadasse platée que par un sale acier
De blindés sanguinaires vous servait, ô sale âme
Cet infâme Saleh, aalaykoum salâm !!


Qu’Ahmed, le fils aîné, succède au père Saleh
Chaut peu les Saoudiens tout comme les Perses, allez
Maintenez le combat, esseulez les sales rats
Et festins populaires le Salut les salera !!

DEBRE SUR LA TOILE : OH ! VA ! LIS !!

Hier soir, devant les yeux ébahis du petit Nicolas, le Stade Toulousain a remporté son 18ème titre de champion de France de rugby à 15.

Un 18ème bouclier de Brennus après avoir battu, difficilement, une vaillante équipe de Montpellier (15-10).
Ce combat de Titans n’est pas sans rappeler certaines joutes politiques dans lesquelles on se plaque avec délice, on transforme des essais écrits par des nègres, on enfonce les lignes ennemies à coups de phrases assassines.

Mais de plus en plus la guerre politicienne se déplace sur la toile.
Les sites émergent, les blogs se développent. Pour le meilleur comme pour le pire.
L’UMP a pris du retard dans ce domaine !

Heureusement les frères DEBRE veillent !!
Ils se sont lancés dans la mêlée en ouvrant un compte sur FACE BOOK !
A quand un apéro géant DEBRE-Bon gré ?



Ils se sont lancés sur FACEBOOK
Oh la jolie transformation
Dans la mêlée soignent leur look
Quittons la ringardisation !!

Qu’en pense leur Papa Michel
Au cimetière d’Amboise paré
De pissenlits jaune officiel
Gaullistes et si frais à manger ?

Il en pense du bien, sans doute :
- Sautez mes fils, faites un essai
Sur cette toile tracez la route
Et plaquez vos inimitiés !!

Plongez, sautez pour que le pack
Etaye à jamais nos idées
Que la cuillère de bois détraque
Le moral des roses fanées.

Ratissez les voix, alentours
Liez vos pages, attirez plus
Je huerais que pas plus d’amour
Avec Book liés Debré n’eussent !

samedi 4 juin 2011

CONTRE LES MEFAITS D'HOMMES INIQUES : BAUDIS !!


Dominique Baudis est pressenti par le petit Nicolas pour devenir le premier Défenseur des droits.

Le Défenseur des droits va regrouper les fonctions de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS), du Médiateur de la République, du Défenseur des enfants et de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde). En gros, il va cumuler des mandats.

Défenseur des droits : quel beau métier tout droit sorti de la réforme de la Constitution de 2008 !

Car les droits ont le droit de se défendre, même par un centriste !

Un droit sans droit se trouve forcément gauche car il ne trouve nul politicien droit pour lui faire revendiquer son droit de droit.

Un droit a droit à la défense. Il peut être représenté par un avocat dès la première heure de garde à vue. Ainsi protégé le droit se tient droit, plein d’assurance ! Quant à l’avocat il oriente ses talents vers cet allant droit !!

Actuellement Dominique Baudis s’occupe de l’Institut Arabe. Comme le Monde arabe est en plein révolution dont l’issue semble indécise il semblait évident que l’intéressé doutât de l’utilité d’un tel Institut de beautés à venir ! La magnificence de la révolution de jasmin et de ses moult avatars ne trouvera belle éclosion que lorsque quelques petits dictateurs, savamment armés par nos soins occidentaux, trouveront une porte de sortie plus ou moins honorable !!

Pour l’instant, d’éloges en dithyrambes Baudis court pour rien ! Pour des pays que les réseaux sociaux ont atomisé d’électrons juvéniles et révolutionnaires…

D’atmosphère vicié en espace nauséeux Baudis pense air nouveau. Un air purifié par l’éthique et le droit !!
Face aux futures affaires de harcèlement qu’il lui faudra démêler Baudis crie « minez » !

Nicolas a longtemps torturé ses pensées avant de jeter son dévolue sur Baudis :

- Je songeais à Lang mais il s’est discrédité avec des petites phrases maladroites pour quelqu’un qui n’est plus de gauche. J’avais pensé à Molinié, l’actuel Président de la Halde ! Mais c’est un personnage trop lisse ! Rien à lui reprocher ! Donc il y a Baudis ! On l’a gravement calomnié jadis dans le cadre d’une sombre affaire Alègre, un scénario de tueries en série ! Il connaît l’injustice des accusations, des rumeurs. Il mérite le poste !! Oui j’ai beau disséqué : j’ai Baudis et qu’est-il d’autre que le nom qui sort de mon chapeau si longtemps bousculé par la tornade sous mon crâne élyséen ?

Oui ce sera Baudis ! Après maintes réflexions, introspections sous les mélopées de ma femme enceinte !

PUB 20 (D'ANJOU ou à défaut du BOURBON)

                                    Double cliquer sur l'image si nécessaire (comme d'hab !!)

jeudi 2 juin 2011

FERRY FAIT RIGOLER...QUE LUI !!


Double cliquez sur l'image pour mieux la découvrir...

Luc Ferry a fait sensation lundi soir en relayant sur Canal+ le contenu d’un article du Figaro Magazine, qui faisait état d’un ancien ministre attrapé dans une partouze avec des petits garçons au Maroc. Critiqué de façon acerbe par ses confrères politiques, l’ancien ministre de l’Education nationale et philosophe de surcroît s’explique aujourd’hui sur LCI. Il dénonce le "bal des faux culs" : selon lui, une centaine de personnes à Paris étaient au courant de cette histoire...

Affaire à suivre...

mercredi 1 juin 2011

C'EST CON QU'OMBRE SOIT AINSI TOMBEE !!



C'est à Hambourg, au ciel de pluie
Quand les nuages vont à pas lents
Comme s'en vont les lourds chalands
Le long des quais, crevant d'ennui
C'est à Hambourg que les veilleurs
Sanitaires guettent au jour le jour
La bactérie qui court toujours,
Et nous perturbent les humeurs...

Ca ressemble à du Piaf et dites ? Oui, mais uniquement le début car la fin a été revisitée au goût du jour bactériologique. Je piaffe de vous conter la raison de cette modification.

Hambourg, les lourds chalands, les petits chats lents, qui rôdent près des poubelles débordant d’immondices.

- Dis, mon 10 est toujours le pavillon le plus riche en déchets, lance Wilfried, le chat de Leipzig émigré à l’Ouest depuis la chute du mur, en 1989.

- Exact, constate Karl, un gros matou adipeux, hambourgeois de naissance bien qu’angora ! Mon n° 12, en revanche, ne présente qu’un petit sac plastique. Il ne semble rien n’y avoir d’intéressant à rogner à l’intérieur. Je peux partager ta pitance ?

- Je t’en prie ! Fais comme d’habitude !

Les deux félins renversent la poubelle du n°10 et se mettent à dévorer une carcasse de poulet génétiquement modifié mais ça ne se voit plus ! Près de petits os s’étalent, éparses, des épluchures de légumes.

- Tiens, du concombre, lance Karl, je vais me prendre un peu de verdure pour accompagner les osselets. Je suis un peu végétarien, je tiens cela de mon père.

Et Karl dévore deux jolies rubans verts que dessinent la peau granuleuse d’un cucurbitacée !

Deux jours plus tard, à la suite d’une multitude de spasmes intestinaux et de diarrhées sanglantes, Karl s’éteint d’épuisement sous le regard impuissant de Wilfried, son gars pour la vie, mais désormais en deuil…

La mort de Karl s’accompagne du décès de trois êtres humains, en Allemagne. Et à Hambourg 600 personnes sont brusquement atteintes des mêmes maux que ceux contractés par l’infortuné chat !!

Elles avaient aussi mangé du concombre !!

On s’émeut, on s’affole. Les chercheurs détectent vite la cause de la pandémie. Il s’agit d’une bactérie nommée Escherichia coli enterohémorragique. Cette saloperie particulièrement dangereuse, parfois mortelle, provoque un syndrome hémolytique et urémique (SHU) s'attaquant aux reins, y compris Outre-Rhin !

Mais d’où viennent les concombres empreints de cette bactérie ?

On trouve vite une provenance : l’Andalousie !!

Et oui, les concombres sont espagnols ! En apparence !

Mis en garde à vue durant 24 heures dans un laboratoire germanique un pauvre concombre avoue piteusement :

- Pitié, je me mets à table ! Mais j’aurai besoin d’un avocat !

On lui apporte un avocat, sain, en apparence et visiblement une huile ! Assisté de ce réconfort, le concombre crache le morceau :

- Je viens bien d’Espagne ! Que j’ai fuie ! Là-bas on est mal traité !! On nous cultive sous serre au nom de la biologie !! Ca m’a donné pas mal de pépins ! Ça m’a rendu malade, complètement malade, comme quand ma mère sortait le soir et qu’..

- La ferme, le concombre, a lancé péremptoirement l’avocat ! Tu aggraves ton cas !

La vérité étant mise à nue, consignes ont été données de ne plus importer de concombres venant d’Espagne. Les producteurs hispaniques, la mort dans l’âme, ont dû détruire leurs récoltes désormais invendables !!
Je ne vous dis pas le manque à gagner pour les maraîchers du pays de Cervantès !! Il s’évalue à quelque 200 millions d’euros hebdomadaire dans un pays déjà gravement touché par la crise et qui voit ses jeunes manifester sur les places publiques.

Le pire c’est que le concombre est revenu sur ses aveux :

- Je démens ! On m’a forcé à incriminer mon pays d’origine ! Mais l’Espagne n’y est pour rien !!
Trop tard, le mal est fait !! Pour l'Espagne, premier producteur de concombres en Europe (27% de la production totale), les effets sont catastrophiques car ils ne se limitent pas au seul cucurbitacée. Du jour au lendemain, "presque toute l'Europe" a cessé d'acheter des fruits et légumes espagnols !!

Alors, d’où vient cette bactérie ?

E coli d’où viens-tu ? Du sang séché utilisé comme engrais ? Des bouses de vaches qui cohabitent avec les terres maraîchères ? As-tu un passeport européen ? Es-tu habilitée à te mouvoir dans l’espace Schengen ? Viens-tu de Chine (ce pays produit 65 % des concombres dans le monde) ?

Le principe de précaution prévaut en attendant de connaître la réponse. Un principe qui se transforme aisément en psychose ! Le concombre est banni, rayé des menus, stigmatisé ! On ne le consomme plus ! Il suffirait pourtant de le passer sous un filet d’eau et de l’éplucher avant consommation après s’être lavé les mains soi-même !!

Phobie et précipitation ont sinistré la production maraîchère de nos partenaires espagnols. La Commission Européenne est prête à sortir le chéquier pour indemniser les ibériques en détresse !!
Le concombre, faux présumé coupable, risque de coûter très cher à la pièce d’invendu !!