CHERCHEZ DANS CE BLOG

vendredi 30 mars 2012

ECLAIR OU TALENT TERNE ?


Le programme de Mélenchon (Front de Gauche) peut parfois friser l’utopie il n’en demeure pas moins qu’il suscite des questions.

L’utopie n’a jamais tué son homme, elle fait même du bien à cette campagne qui ne prône que l’austérité.

Evidemment les économistes de la pensée unique font feu de tout bois sur l’aspect exagérément marxiste du programme en question.

La proposition de plafonner les salaires est vraiment alléchante pour qui touche le SMIC (voire moins) et s’indigne (Ah, Stéphane Hessel !) de voir des patrons du CAC 40 s’en « foutre plein les poches » comme on dit !
 
Bruno Jérôme (à ne pas confondre avec Jérôme Bruno qui, jadis, fut concierge de l’oncle du filleul de ma grand-mère dans les années 30 à moins que ce ne soit durant l’occupation) est un économiste qui enseigne à Paris II.

Pour lui, il est vrai que tout le monde s’accorde à  dire que les inégalités de salaires sont devenues exorbitantes.

Dans ce cadre, "plafonner les salaires est faisable", dit-il «  mais pourquoi passer par une loi, par la contrainte ?", s’interroge-t-il. "Car à 360.000 euros par an, la mesure n’impacterait pas que des footballeurs mais aussi des patrons d’entreprise, des entrepreneurs. Et le risque est que ces talents partent se faire rémunérer ailleurs.


Et voilà le bel alibi ! On va voir ailleurs pour gagner plus !! C’est la fuite des patrons !!

Mais tous les patrons sont-ils indispensables ? N’y a-t-il pas de faux talents ? Des usurpateurs ? Des requins ?
 
Et quand bien même auraient-ils du talent (mais comment le mesurer ? Sur quels critères ?) cela peut-il justifier qu’ils amassent autant de fortune à ne savoir qu’en faire ?
 
Pauvre humanité !!!


Le voilà le bel alibi
Le talent s’étalant sans lot
De gratifications farcies
Au bonus allégé d’impôt.

Un talent sans patent « merci »
Jailli des gosiers d’actionnaires
S’envolerait, oiseau meurtri
Vers de plus généreuses terres.

Talent se sentant s’étioler
Sous de pingres reconnaissances
Retrouverait  fraîche santé
Dans les paradis d’abondance.

Mais de quel talent s’agit-il ?
Une aptitude à spéculer ?
La dextérité mercantile 
Dans la logique à licencier ?

De quel génie glose l’argent
Par lequel s’étaient les pouvoirs ?
Un patron nu de sentiments
Qu’un seul profit peut émouvoir ?

Quelle jolie méritocratie
Drapée de schémas archaïques
Rémunère à l’apoplexie
Quelques requins aux goûts cyniques ?

Le talent loti sous l’étole
D’un besogneux trop anonyme
N’a-t-il pas droit à  l’auréole
En un tout autre  paradigme ?

L’amas d’humus au goût vénal
Sur le terreau  des dons douteux
Nourrit sans fin les fleurs du mal
Sous les soleils d’avaricieux.

Quelle prouesse se voit défendue
Sur le gazon des millionnaires
Dont les crampons de revenus
Se font les grands dépositaires ?

Si l’un descend dans l’indécence
Tandis que l’autre désespère
Il faut chasser  l’obsolescence
D’un schéma qui croît la misère !

Aucun talent en ce bas monde
Ne justifie l’or à foison
Et l’enrichissement  féconde
Des égoïstes ambitions.

Héritier d’un brillant empire
Gâté par les fées du berceau
Le suzerain devrait se dire :
Modérons nous, j’ai déjà trop !

Payons à sa juste mesure
La contribution aux valeurs
Que se retranche l’imposture
Des surqualifiés bienfaiteurs.

Au nom des talents oubliés
Ou méconnus de leur vivant
J’écris à l’encre émoustillée
Cette complainte au ton navrant

Dans l’apogée du nombrilisme
Où coulent des liquidités
Se pâme le parasitisme
Endormi sur de beaux lauriers.

Longtemps après sa flétrissure
Un vieux talent défend ses droits
A s’abreuver de sources pures
Qu’elles soient d’ici ou de là-bas !

Tandis qu’enfermé dans sa lampe
Un génie rongera son frein
Ecarté des feux de la rampe
Pour ne pas croire en son destin.

L'ECOLOGIE, GRANDE ABSENTE DE LA CAMPAGNE


Invité sur la 5 (émission C à vous) le troubadour écologiste Nicolas Hulot a regretté que la campagne présidentielle fasse peu de cas des dangers qui menacent les écosystèmes. C'est si peu de le dire !!!

Mais il n'a pas voulu enfoncer Mme Joly qui l'avait détrôné lors des primaires écologistes. Nicolas avoue qu'il ne sait pas ce qu'il aurait apporté à cette campagne si ancrée sur les problèmes de sécurité, de défense du pouvoir d'achat et autres soucis économiques.

On ne le saura jamais...

Peut-être aurait-il été happé, lui aussi, par la mode de l'invective, les sirènes des petites phrases assassines ou les tentations populistes !!

Ne regrette rien Nico, reste à ta place ! Tant de gens te l'envient !!!

mercredi 28 mars 2012

SENEGAL ET GAI NAIT SALL...


Le Sénégalais Macky  Sall (APR) a remporté le second tour de la présidentielle sénégalaise avec 65,6% des voix, contre 34,2% des suffrages pour son rival, le vieux président sortant Abdboulayé Wade, a annoncé, mardi, la commission nationale de recensement des votes.

Le patriarche Wade a appelé son rival pour le féliciter de sa victoire :
- O toi mon ancien premier ministre je te dis bravo ! J’ai perdu et je vais tout de suite licencier sans indemnités mon Marabout de ficelles erronées ! Il s’est trompé dans ses prophéties.

L’élection de Sall a été saluée par la communauté internationale qui a rendu hommage au modèle démocratique sénégalais. Ce dernier a, en effet, permis une nouvelle alternance sereinement pacifique voire pacifiquement sereine. Selon la commission nationale de recensement des votes, le taux de participation au second tour a été de 55% !  Pas sûr d’atteindre de tels scores pour nos prochaines présidentielles !

Pourtant, au début, Wade sous estima Sall. Il envoyait Sall paître pour son coté « cave » ! Face à ses maladresses il se sentit railleur (sénégalais).

Mais Macky tança avec assurance le vieil homme qui voulait se faire réélire une troisième fois.

Vite, il se découvre de l’assurance et Sall s’y fie ; à se taire assez il n’en peut !

Et la ténacité a payé ! L’homme lutte contre le pessimisme. Sall a mal et crie ? Il résiste et des salamalecs rit ! Ainsi va Sall face à son vieux suzerain !

Wade s’accroche et voudrait bouter Sall au prix de … (ça rime !)

Mais sans être vraiment écolo Sall est colossal et fera tomber de son piédestal le gérontocrate fatigué.

A présent Macky va devoir se composer une majorité pour les législatives de juin. Il va devoir faire baisser le prix du riz, principal aliment sénégalais dont le prix du sac de 50 kg est passé de 25.000 francs CFA contre moins de 10.000 à l’arrivée de Wade en 2000). Il faut redonner du pouvoir d’achat mais, en ce domaine, Sall erre !

Il devra aussi plancher sur les énergies renouvelables pour éviter une trop grosse facture pétrolière à son pays.

Pour l’instant il savoure et prépare des festivités où seront programmés le grand Robert, metteur en scène émérite et France, la veuve Berger. Donc Hossein et Gall !!

lundi 26 mars 2012

MAUX DES RATIONS...


Ce lundi à 18 heures les chiffres du chômage sont tombés de je ne sais quelle altitude mais, visiblement, tout va bien. Ils ne se sont pas fait mal. Les chiffres du chômage peuvent passer leurs journées à tomber ils ne se feront jamais mal !!

Le nombre de demandeurs d’emploi ploie vers le nombre indécent de 2.867 0000 personnes en France Métropolitaine. Février revêt le triste attribut du 10ème fois d’affilée de hausse du chômage. On pourrait s’en attrister mais le petit Nicolas, positif comme jamais puisque chez Carrefour des quatre chemins de l’impasse, s’est délecté d’une embellie pulmonaire en ce pays qui respire mieux.

- Les chiffres de ce soir manifesteront une amélioration de la situation avec une baisse tendancielle de l'augmentation du nombre de chômeurs", avait-il dit sur France Info ajoutant que "cette augmentation sera assez modérée".

C’est vraiment surréaliste !!

Nicolas va bientôt se satisfaire que sa côte dans les sondages baisse moins vite que prévu et en prévoira une victoire au second tour des présidentielles.

A moins que ce ne soit la méthode… ? Mais oui, c’est bien sûr !

Et Coué, j’ignorais que tu avais été invité à l’Elysée !!

dimanche 25 mars 2012

A DEFAUT DE TAPIS...



Les hommes politiques remettent les pendules à l'heure et perdent un peu de sommeil... Ils vont vous solliciter pour financer leur campagne. Alors beaucoup d'or ayez !!

samedi 24 mars 2012

MIEUX VAUX TARD QUE PROUTEAU...


Double cliquez pour ne pas abimer vos petits yeux.

Je ne suis pas spécialement militariste et ne prône pas le tout sécuritaire (on sait où cela mène !). Mais j’ai du mal à comprendre les critiques érigées par Christian Prouteau, fondateur du GIGN (Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) à l’encontre du RAID :

- Le RAID aurait dû lancer du gaz lacrymogène, dit Prouteau, et Mehra n’aurait pas tenu cinq minutes. Au lieu de cela ils ont balancé des grenades à tour de bras et ça a dû exciter le forcené ! En fait on aurait  dû lui tendre une souricière !

Et bla bla bla… Et que je te bousille un schéma tactique qui n’est pas de mon goût ! Et que je te vilipende une opération beaucoup trop longue à l’échelle de mes introspections  d’ancien du GIGN et bla bla bla et bla bla bla… Et si la presse peut prolonger mes diatribes et si on peut encore parler de moi c’est tout bonus !!

Le résultat est là : Mehra est mort (et c’est ce qu’il voulait !) et le RAID n’a pas eu à déplorer le moindre mort dans ses troupes.

Alors stop ! Là encore, un peu de dignité !

Le RAID a fait son boulot, plutôt avec panache. Après avoir parlementé et donné une chance au terroriste, il aura finalement abattu la bête de guerre qui voulait mourir les armes à la main. On ne saurait le lui reprocher. J’ai tout lieu de croire en la version du chef du Raid, Amaury de Hautecloque (il serait noble celui-là que ça ne m’étonnerait guère) qui s’exprimait sur les ondes.

Selon ses dires le Raid a descendu le forcené jusqu’à l’ultime limite. Mehra  n’a été abattu que parce qu’il menaçait la vie des policiers. La légitime défense m’a semblé convaincante dans la bouche de cet homme qui, visiblement, s’exprimait avec sérénité et professionnalisme.
La fermeté de son timbre de voix m’a laissé augurer  une maîtrise parfaite des nerfs même dans les situations les plus stressantes.

Alors cessons les polémiques qui débordent le vase de « sois con ».

CHARADE 6

vendredi 23 mars 2012

INVITATION...

INSTRUMENTALISATION



Mohamed Mehra, par le Raid raide mort, ne sévira plus. Toulouse et la France entière commencent à peine à respirer que, déjà, les petites phrases politiciennes refleurissent dans la campagne printanière.

De tous bords on s’accuse. Qui stigmatise la naïveté de l’autre ou son laxisme ! Qui pointe du doigt les dérives sémantiques du discours du rival et lui associe les ferments du climat délétère régnant  dans l’hexagone. Qui se targue d’avoir prévenu tout le monde du danger islamique comme si la folie d’un seul homme pouvait, à elle seule, enfermer les prieurs d’Allah dans un même fanatisme ! Qui pérore en continuant sa campagne électorale pour se singulariser…

La dignité serait-elle une utopie ?

Il apparaît plus facile d’évoquer le climat d’insécurité, l’urgence de la sûreté, la nécessité de la coercition.  Bien plus difficile (et bien moins rentable à l’échelle démagogique) se révèle le discours qui prône la défense des écosystèmes, l’éradication de la misère et de la faim dans le monde ou l’évolution sociale de l’Europe…

Mohamed revoit les tours
Tomber en château de cartes
Son djihad au fil des jours
Salit salafiste charte.
Il revit l’Afghanistan
Et ses parfums de vengeance
Les leçons de combattant
Aux confins de son errance.
Emmuré dans son cercueil
Sous le regard des vigiles
Mohamed conçoit son deuil
En meurtrissures fertiles.
Tomber les armes à la main
Sans regret, sans amertume !
Au dehors un vieux parfum
De polémiques s’exhume.

A-t-il été fabriqué ?
Laxisme en opposition
Avec le fer de l’épée...
Instrumentalisation !!

Mehra perclus de sommeil
Revisite son passé
Les barreaux, fervents réveils
De son âme de guerrier.
L’enseignement de la haine
Par un Coran travesti
Radicalité sans chaîne
En réponse à tant d’oublis.
Encerclé dans son mouroir
Par les corbeaux de la loi
Mehra rit d’un désespoir
Qui met la France en émoi.
Il périra sous les balles
Le cœur empli d’un regret
N’avoir pu porter le mal
A de plus glorieux sommets.
Dehors déjà les vipères
Enveniment l’opinion !
Qui sera le plus sévère ?
Instrumentalisation !!

Mohamed a combattu
Fanatique déphasé
Une route sans issue
De fusillades barrée.
Épilogue à la croisade
Sous le soleil toulousain
Soulagement de façade
Appréhension des demains.
La psychose médiatique
A nourri tous nos J.T.
Une planète phobique
Suivait de loin le brasier.
Et déjà fleurit l’écume
Des polémiques obtuses
On bat le fer sur l’enclume
Des tragédies l’on s’accuse.

La rose a piqué l’écho
Qui vilipendait son nom
Copé répond tout de go
Instrumentalisation !

Fin du beau recueillement
L’unanime dignité
Parenthèse ourdie de blanc
Crémeux d’impartialité
L’invective a rallumé
Ses feux rougis de passion
L’incendie rit des pompiers
Mus de jolies intentions.
Le souvenir des soldats
Du rabbin et des enfants
Se dissout dans les débats
Trop vite a séché le sang.
Les discours d’apaisement
En fragiles cicatrices
Suintent anarchiquement
De sanie dénonciatrice.

L’être blond remue, cynique,
Son pitoyable chiffon
Du grand péril islamique
Instrumentalisation

François centré sur les mots
Voit dans ceux du petit pion
Les relents d’un temps facho
Instrumentalisation

En cillant sur  les sondages
Point la récupération
Nauséeuse nécrophage
Instrumentalisation

Instrumentalisation…

jeudi 22 mars 2012

UNE VALEUR SURE...






Une petite bouffée d'oxygène dans cette ambiance lourde de menaces et de troubles sociétaux. Le fameux jeu télévisé "Des chiffres et des lettres" a fêté son 40ème anniversaire.

Créé en 1972, il aura été le petit frère du célèbre "Le mot le plus long" apparu dès 1965 !

Ce jeu d'Armand Jammot en a scotché plus d'un devant le petit écran ! Je me souviens de mon brave père criant un "chut" tonitruant à la cantonade afin d'obtenir le silence. Intense concentration pour trouver le mot de 7 lettres suite à un tirage de deux concurrents qui s'affrontent sur le plateau (par la suite le jeu passa à 9 lettres puis à 10)

Ah, quel bonheur de rechercher le chemin mathématique pour obtenir un nombre à partir de 6 valeurs !!

Le jeu, simple dans sa conception, a suscité de nombreuses associations, généré moult tournois et échafaudé son panthéon de champions hors normes !!

Souhaitons donc longue vie et pérennité à ce jeu qui nous entretient si bien les méninges !!

Et qui devrait participer à la moindre évolution d'Alzheimer !!

mardi 20 mars 2012

L'HORREUR


L’horreur ! Ce 19 mars 2012, vers 8h05 un homme casqué monté sur un scooter a tué froidement un enseignent de religion juive et ses deux garçons. Puis il a ôté la vie à une petite fille de 8 ans.

Le drame survenu à Toulouse a provoqué une intense émotion dans la ville mais aussi dans tout le pays. A tel point que la campagne présidentielle s’est vue suspendue, le temps d’une trêve pour permettre à la Nation de se recueillir.

Qui est ce tueur froid et méthodique ? Est-il celui qui a tué le 15 mars, à Montauban, deux parachutistes du 17ème RGP (Régiment du Génie Parachutiste) et blessé gravement le troisième ? Est-ce lui, encore, qui exécuta le 11 mars, à Toulouse, un maréchal des logis chefs ?

L’enquête, espérons-le, pourra donner des pistes. Mais, en attendant, le plan Vigipirate s’est teinté d’une couleur écarlate et la psychose d’un quatrième massacre hante les esprits dans la région toulousaine.

Sous le casque à visière
Une âme échevelée
Par des vents sanguinaires
Aux embruns frelatés.
Les bourrasques ont soufflé
La fragile conscience
Détruit le parapet
Qui stoppait la démence.

Sous l’égide crânienne
Un esprit dérangé
Sanctifie et fait siennes
D’assassines idées.
Cogitations morbides
Fruit de jeux vidéo
Ou de pamphlets perfides
Aux ramages létaux.

Sous le couvert bombé
Un cerveau méthodique
Froidement meurtrier
Joue l’apocalyptique.
Un message envoyé
A l’index haletant
Noire détente pressée
Coup de feu, bain de sang.

Et Toulouse qui pleure
Devant son Capitole
Une étoile en plein cœur
A subi l’arme folle.
Ville rose au printemps
Irradié de sanglots
La peur ôte en son chant
L’orgue de Nougaro.

Et Toulouse qui plie
Sous le poids de la peine
Exacerbant de nuit
La blessure indigène.
Sur un fil de silence
Un pays suspendu
Pleure les mots de l’enfance
Par la folie perdue...

lundi 19 mars 2012

CA VA CASTAGNER SEC !!!



Double cliquez pour apprécier cette oeuvre magistrale (en toute modestie).


Dix candidats sont officiellement en lice pour le premier tour de l'élection présidentielle, le 22 avril, a annoncé ce lundi notre génial président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré.

Chacun des candidats a obtenu au moins 500 parrainages d'élus émanant d'au moins 30 départements et a remis sous pli scellé une déclaration de patrimoine qui ne sera ouverte qu'en cas d'élection.

Les dix candidats sont :

- Eva Joly (Ecologiste à lunettes rouges)
- Marine Le Pen (FN, la fille du père,  allelluia !)
- Nicolas Sarkozy (UMP, le mal aimé, je suis le mal aimé, les gens me connaissent..etc..)
- Jean-Luc Mélanchon (L'affront de Gauche)
- Philippe Poutou (NPA, remplaçant du facteur, Pépé pour les intimes)
- Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière, filleule d'Arlette et de flots rances)
- Jacques Cheminade (Economiste volant non  identifié)
- François Bayrou (Modem maux d'âme)
- Nicolas Dupont-Aignan (Souverainiste, saoul veut reine)
- François Hollande (PS, hélas clé rose)

Et le gagnant est ....

Suspence !

dimanche 18 mars 2012

PLEURE O MA BELGIQUE...


La Belgique entière a rendu, ce vendredi 16 mars,  un hommage national aux 28 victimes, dont 22 enfants, de l’accident d’autocar de Sierre, dans le Valais suisse.

Pour cette journée de deuil national, il a été décidé que les drapeaux seraient en berne.

L'enquête se poursuit en Suisse, sous l'égide du procureur Bernard Elsig. Celui-ci a confirmé que ni l'alcool ni la fatigue, ni la vitesse n'étaient en cause. Il a également démenti que l'autocar ait percuté une première fois le mur gauche du tunnel fatidique emprunté par le chauffeur.

Une énorme émotion tisse sa toile en Belgique et nous ne sommes pas indifférents à la souffrance et au deuil de nos voisins.

Chacun mesure l’incommensurable désespoir qui frappe les parents qu’une telle tragédie a foudroyés.

Car la mort d’un enfant conserve un degré de gravité sans pareil.

En communion avec ce pays cher à mon cœur (mon grand-père paternel naquit à Molenbeek  St Jean en 1877).


Le silence de plomb s’abat sur la Belgique
Et les fleuves de peine affleurent en vagues sombres
La mort s’est invitée, poétesse tragique
Pour happer les destins dans l’espace de l’ombre.


Des milliers de bougies sous des drapeaux en berne
Le plat pays larmoie dans l’écho du silence
Sobrement recueillis dans les habits trop ternes
Les cœurs endoloris saignent sans résistance.


Ils étaient vingt et deux, frêles oiseaux de l’enfance
Qu’un destin criminel niché sous un tunnel
A brusquement frappés en leur nid d’innocence
Pour propager le deuil aux reflux éternels.


L’enfant ne sera plus, son silence appartient
Au mystérieux chemin des souffrances humaines
L’amour ne viendra plus dans ses intimes liens
Colorer de tendresse le mur blanc des semaines.


Et l’absence indomptée sur le mur lézardé
Des mémoires de larmes grimpera, luxuriante
Ombrageuse  glycine, au feuillage chargé
D’une indicible peine à l’aura mortifiante.


L’enfant ne sera plus, son sourire appartient
A la mer émotive des photos du passé
Dans le secret des cœurs, dans la main qui retient
D’un regard ravagé  quelques larmes salées.


O pleure, ô ma Belgique, toi si chère en mon cœur
Je marche sur tes pas en cette allée funeste
Sous un ciel impuissant, zébré par la douleur
Au murmure d’un vent qui de sanglots se leste.

jeudi 15 mars 2012

ET LES DROITS DE HAUTEUR ?




Mélenchon est l'homme qui grimpe dans les sondages à défaut de monter aux arbres de la finance pour y secouer les traders qui continuent à nous faire des singeries à s'ingérer comme des saints gérants.


Mieux, il inspire et déclenche chez ses adversaires des décompressions neurologiques qui leur font modifier les codifications de langage et de la sémantique.


Ainsi, dernièrement, le petit Nicolas a dit durant l'émission de Ferrari (sur Tf1 pour ceux qui ne suivent pas ! ) :

- Tout exilé fiscal qui est parti à l'étranger dans le seul but d'échapper à l'impôt français devra déclarer à l'administration française ce qu'il a payé comme impôt à l'étranger. Et si c'est inférieur à ce qu'il aurait payé sur ses revenus de son capital en France, on lui fera payer la différence !

Et bien voilà, c'est dit ! Une jolie idée que lui aura soufflée le chef du Front de Gauche !

François Hollande a également ouï la voix de son maître qui a repris la belle idée de taxer à 75 % les revenus annuels supérieurs à un million d'euros !

Mélenchon..Mélangeons ! Mais l'ange, on le sait bien, fait souvent la bête...

Pas d'angélisme, ni le mou ni le taigneux n'ont l'intention d'appliquer les mesures radicales du papa fouettard-front-de-gauche ! C'est juste pour attirer l'attention !!

On est en campagne électorale ! Quand même !!!




mercredi 14 mars 2012

FAUDRAIT UN PEU SE CALMER LA HAUT !!!


Stop la camarde ! Faut arrêter ça tout de suite ! Les grandes figures mortes se  ramassent à l’appel et je n’ai plus le temps de m’en retourner.

Le 13 février j’aurais déjà dû concocter un bel hommage pour Sophie Desmarets disparue le jour même à l’âge de 90 ans.

Pris par d’autres impératifs je m’étais dit, foi de Fabiano, que j’aurais le temps de rédiger de jolis mots pour saluer tout le talent de cette grande actrice que le cinéma sut utiliser durant les années 60 et 70 puis que le théâtre happa à son tour.

J’avais déjà préparé un petit brouillon pour narrer tout le plaisir que j’avais eu de la voir à côté de Bourvil dans « Le Mur de l’Atlantique » ou près des inoubliables Poiret et Serrault dans « la Tête du Client ». Mais, pour des raisons bizarres je mis le papier de côté.

C’est alors que le 2 mars succomba Gérard Rinaldi, un de nos quatre Charlots !

Je m’étais dit qu’il fallait tout de suite élaborer un hommage commun aux deux artistes. Je trouvai un angle d’attaque. Gérard a longtemps interprété Marc dans la série télévisuelle « Marc et Sophie » à côté de Julie Arnold ! Oui, la fameuse Sophie, médecin ! Ah quel bonheur quand  Sophie démarrait des piques à l’encontre de son mari vétérinaire qui squattait la même salle d’attente !

Mais je n’ai rien écrit à ce moment-là !

J’en étais à un stade de reproche quand la vilaine dame à la faux emporta un certain Pierre Tornade, le 7 mars ! Oui, Pierre Tornade, le sympathique comédien moustachu qu’on a vu et revu dans des rôles de militaires à travers la série « la 7ème compagnie » ! Ah Pierre, quel présence à l’écran, le gaulois par excellence, bonne pâte, un peu ronchon mais si sympathique à suivre dans des œuvres de bravoures telles que « Le petit baigneur », « La raison du plus fou » ou encore « jour de gloire ». Sans compter que lui aussi se délecta sur les planches des théâtres (« Le Charlatan » de Lamoureux, « Le Dindon » de Feydeau)

J’allais, cette fois ci, taper ce fichu article qui narrerait les vies exemplaires de ces trois disparus.

Mais quel angle d’attaque ? Quel dénominateur commun pour synthétiser la vie des trois héros du petit écran et de l’univers théâtral ?

J’en étais à réfléchir quand Thanatos nous enleva la fragile flamme de Michel Duchaussoy par un triste 13 mars !

Michel Duchaussoy ! Quelle perte ! Mais quel artiste ! Bon sang, quel artiste ! Je le revois encore dans les films de Chabrol (« Que la bête meure », « La femme infidèle »). Mais plus récemment je l’avais admiré dans « Amen » de Costa-Gavras ou dans « Elle s’appelait  Sarah » deux films qui évoquent la Shoah, chacun selon un prisme différent.

Lui aussi avait trouvé du plaisir au théâtre. D’ailleurs n’avait-il pas été pensionnaire et sociétaire de la Comédie Française entre 1964 et 1984 ?

Je ne pouvais plus attendre ! Quatre grands disparus en si peu de temps ; il fallait que je rédigeasse, morbleu ! Le dénominateur commun allait de soi : j’évoquerais l’attrait fugace du cinéma qui n’arrive jamais à détrôner le bonheur intense de se confronter à un public, différent chaque jour après que le rideau rouge se soit levé.

J’allais donc écrire, enfin, mon texte quand j’appris que Pierre Schoendoerffer venait de succomber lui aussi à l’âge de 84 ans en ce triste 14 mars !!

Schoendoerffer ! Ce soldat envoyé en Indochine pour filmer les troupes et qui en revint définitivement mordu par le virus du cinéma.

Schoendoerffer ! Le brillant réalisateur de « L’honneur d’un capitaine » que je venais juste de voir à la télévision à l’occasion du 50ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie.

Car Schoendoerffer a filmé la guerre, les évènements d’Alger mais bien avant ceux-là les drames d’Indochine. Son film « La 317ème section » brillamment interprété par Crémer et Jacques Perrin, raconte, en 1963, les mésaventures d’une section de soldats français embourbés dans l’après Dien Bien Phu.

Des films qui parlent de la guerre, des héros fatigués, de l’insupportable venin de la colonisation.

Il faut vraiment que j’écrive cet article ! Cinq morts sur ordonnance, ça commence à compter ! D’autant plus que Moebius, alias Jean Giraud vient, lui aussi, de se faire la malle !

Je lui consacrerai une page spéciale car il ne fait pas partie de la même famille ! Il nous laisse des tonnes de planches de BD (« Blueberry », « Major Fatal », « L’incal »…)

Et puis il faudra peut-être se calmer un peu là-haut !

Hé, Haut  ! Tu m’entends !!

En peu de temps quintet qu’ils furent
Ils sont partis nous laissant coi
Le rideau tombe et l’aventure
De la comédie se larmoie.

Sophie coquine, fleur de cactus
Sur bien des planches tu piquas
Ton humour, ton fol angélus
Prière de rires en éclats.

Gérard taquin, joyeux Charlot
Chevalier de la gaudriole
La michaudière retient l’écho
Agonisant de tes paroles.

Toi le Pierrot, bon moustachu
Aux seconds rôles galonnés
Nestor ne te reverras plus
Burna se sent déboulonné.

O toi Michel, grand sociétaire
De notre comédie Française
Parmi Hugo, Feydeau, Molière
Tu naviguais de tout ton aise.

Adieu le Pierre, soldat cadreur
Témoin des affres d’Indochine
Tes pellicules au champ d’honneur
Nourrissent nos mémoires sanguines.

Aurait-on pu imaginer
Vous retrouver en même lieu
Schoendoerffer grossissant les traits
D’un Tornade officier joyeux.

Dans un décor de guérilla
Où Desmarets en sa demeure
Aurait caché, loin des combats
Un Rainaldi, fou déserteur.

Où Duchaussoy, tendre aumônier
Adepte de la rédemption
Aurait béni sous les brasiers
Deux pauvres cœurs à l’unisson.

Rêvons ces scènes impossibles
A tout jamais puisque la mort
Vous réunit dans l’indicible
Loin des pathétiques décors.

Si loin du théâtre factice
Où meuvent nos politiciens
Mauvais acteurs, nus de malices
Tirant tirades à qui mieux rien.

Vous les acteurs, les cinéastes
Faiseurs de rêves, chantres d’amour
Que ne puissiez vous du néfaste
Vous immuniser pour toujours.

Hélas, vous n’êtes que mortels
Mais héritiers de vos talents
Nos jours en délicates ailes
Survoleront mieux les tourments...