CHERCHEZ DANS CE BLOG

lundi 31 août 2009

ENTRE LES DEUX GARS : LA GUERRE !!

- Mais qu’est ce que tu ois de doux d’août dis donc ? Hé, ho, enlève ton casque quand je te parle ! - Hein ?

(il lui retire son casque brutalement)

- Hé, ho, ça va pas ??
- J’ai à te parler mais d’abord tu peux me dire ce que tu écoutes ?
- Oasis !
- Pardon !
- Oasis !
- C’est ça et Mireille Mathieu c’est du Coca Light !
- Non, je t’assure, ça s’appelle Oasis ! Ca me branche bien depuis 2 ans sauf que..
- Sauf que quoi ?
- C’est fini !
- Ca ne te branche plus ?
- Non c’est fini ! Oasis est tari !! Pire, c’est la guerre !
- Je ne comprends rien à ce que tu racontes !
- C’est clair : Oasis dont je me récoute pour la vingtième fois le CD est un groupe fini ! Il a éclaté en plein vol avec pertes et fracas ! Et en plus cela s’est passé à deux pas de chez nous !
- Ah ??
- Oui, au cours du festival Rock en Seine !
- C’était où ça ?
- A Saint Cloud !!
- Ca me fait penser qu’il faut que je joue au tiercé dans la quatrième et..
- La ferme !!
- Ah non ! Les chevaux c’est plutôt l’écurie ! Je ne vois pas pourquoi tu te mets dans un état pareil !!
- Putain, mais tu comprends rien ou quoi ! Le groupe Oasis a pété les plombs avant de monter sur scène ! Je n’ai même pas pu les voir !! On était tous dég.. !
- Tu veux dire qu’ils étaient programmés et qu’on ne les a jamais vus ??
- Absolument ! Les frères Gallagher étaient, paraît-il, bourrés avant de monter sur scène. Ils en sont venus aux mains et aux insultes ! Ca a castagné sec !!
- C’est qui ces blousons noirs, cette racaille !!
- Je ne te permets pas de les insulter !! Les frères Gallagher c’est la voix, l’inspiration, le charisme du groupe Oasis !
- Connais pas !
- Tu fais chier ! Fiche moi le camp où je te claque ta sale petite gueule d’étudiant avec qui je partage cette piaule de merde !!
- Bon ! Je te laisse !! Heureusement que la musique adoucit les mœurs !! Je te parlerai quand tu seras plus disposé !!

(il sort)

dimanche 30 août 2009

HOMMAGE A TED QUI DISAIT : L'APARTHEID, AMENDEZ LA !!


Barack Obama a rendu samedi 29 Août 2009, à Boston, un dernier hommage à Ted Kennedy, saluant le sénateur démocrate comme un infatigable défenseur des pauvres et des plus défavorisés.

UN FILM OÙ LA PRESSE SE MET À NU


Les frères Larrieu (Peindre ou faire l'amour) nous proposent un nouveau film étonnant. Quelques jours avant d'être mis en liquidation judiciaire par le Tribunal de Commerce le journal Le MONDE crache toutes les vérités qu'il n'a jamais osé dévoiler. C'est jouissif à souhait et tout le gratin politique en prend pour son grade !
Arc-bouté autour d'un synopsis béton, le film navigue parfois dans les flots du documentaire éclairé. Les acteurs, journalistes du Monde, jouent leur propre rôle avec une vérité exemplaire.
Vraiment un très bon film que je vous recommande !! On notera quelques brèves apparitions de Jacques Chirac (avec son chien Sumo, très photogénique !!) et de Ségolène Royal en habit de religieuse de la Congrégation des Petites Soeurs de la Repentance, plus vraie que nature !
Un grand moment de cinéma où on ne s'ennuie jamais.
- Le film le plus irrésistible depuis "Les Charlots font l'Espagne" (Les Inrockuptibles)
- Les frères Larrieu foutent tous les politiciens à poil (Télérama)
- Un scénario que nous avons mal vécu (Le Monde)
- Une fantastique explosion d'images, on en prend plein la gueule (Télé 7 jours)
- L'histoire d'une journal institutionnel qui joue la balance à gogo, décapant ! (Première)

UNE FEMME EXEMPLAIRE...

(Comme d'habitude, double-cliquez sur l'image pour mieux
saisir la quintessence de cette ribambelle d'hommages
à notre valeureuse Ministre de la Santé !!)






samedi 29 août 2009

DES GAMINS

Nous étions des gamins
Il me souvient
J’avais 10 ans pas plus que toi
En ce temps là.
L’instituteur nous haïssait
Au regard de nos quolibets
Nos persiflages à bon marché
A son sujet

Nous étions des gamins
Plutôt coquins
Nous cultivions l’espièglerie
Tout à l’envi
L’instituteur nous punissait
Mais ce vieux croûton ignorait
Tous les surnoms qu’on concoctait
A son sujet

REFRAIN

Mes dix ans
Les dix tiens
Mes dix ans les dix tiens
Tiens tiens soudain il me revient
Ces maux de mots de malandrins
Coquins
Mes dix ans
Mes dix ans
Les dix tiens
C’était à celui qui disait le plus de mal
De son voisin

Nous étions des gamins
De bons vauriens
Deux pensionnaires très assidus
De l’incongru.
L’instituteur nous maudissait
Mais les punitions infligées
N’avaient sur nos trivialités
Que peu d’ effets.

Nous étions des gamins
Deux orphelins
Et nous nous vengions de la vie
Par ces lazzi
Jusqu’au jour où l’instituteur
S’est tué d’une balle au cœur
Annihilant ainsi l’ardeur
De sa tumeur.

Mes dix ans
Les dix tiens
Mes dix ans les dix tiens
Bon sang ce qu’on était crétins
Vauriens

Mes dix ans
Mes dix ans
Les dix tiens ...

A t-on idée de se moquer
De son voisin ?

vendredi 28 août 2009

DIALOGUE AUTOUR DES BEBES...


Avec 828.400 naissances en 2008, la natalité française continue d’augmenter. C’est ce que révèlent des données publiées hier par l’INSEE, qui viennent confirmer les résultats de janvier. Le taux de natalité ne cessera plus jamais de croître : les Français adorent les bébés !

Projetons-nous dans l’avenir ! Nous sommes en 2050 (c’est demain !) dans une des nombreuses maisons de retraite du Bade Wurtemberg et nous saisissons au vol une conversation de deux pensionnaires VIP.

Angela : Viens souffler mon gâteau d’anniversaire Mickael (Glos)*, j’ai 96 ans ! Quelle longévité !!

Michael : Yavol Frau Merkel ! Du bist eine résistante dame ! Tu vas nous faire augmenter l’espérance de vie allemande ! La plus belle du monde ! 91,84 ans pour la femme et 84,86 ans pour l’homme ! Mieux que les Français !!

Angéla : C’est là un triste record Mickael ! Pas de quoi se pavaner sous notre bannière noir, rouge, jaune ou danser le jerk entre les nobles piliers de la place de Brandebourg !
Nous avons la nation la plus vieille de la vieille Europe : 66 % de notre population a passé la soixantaine ! Notre jeunesse a foutu le camp je ne sais où !! On n’a pas suffisamment fait de bébés à une époque !! Les Français si !!

Michael : On ne va pas reparler de cela Angela ? Bon je souffle, tu ne veux pas le souffler toi même ?

Angela : Je te l’ai déjà dit : je suis sous insuffisance cardiaque après mon quadruple pontage des coronaires.

(Michael souffle et éteint, après s’y être repris 30 fois, les 96 bougies !!)

Angela : Bravo Michael ! Je te laisse le découper !!! Ah, la, la, qu’allons nous devenir ? Nous la nation de Goethe, de Beethoven, de Bach, de Claudia Schiffer ?? J’aurais dû mener une politique bien plus nataliste à l’époque où j’avais les rênes du pouvoir ! En France ils avaient des crèches, des haltes garderies en pagaille et les femmes pouvaient assumer des naissances sans craindre la perspective de devoir cesser le travail !!

Michael : Tu te fais du mal Angela ! Mange, va ! C’est super bon ! Ils t’ont gâtée cette année ! Un super bavarois des familles !!

Angela : Il m’aurait suffi de consacrer quelques euros dans la construction de structure d’accueil des Kinder !! J'aurais créé la surprise ! J’aurais évité cette baisse tendancielle de la natalité !! A présent on n’a pas assez de jeunes pour remplacer les vieux sur le marché du travail ! On est obligé de faire venir des milliers de Français ! C’est l’occupation dans l’autre sens ! On est complètement envahi ! La langue française se parle de plus en plus et bien au delà du Rhin ! Nous perdons notre identité progressivement ! Ah la démographie, mon cher Michael, la démographie, c’est l’arme du long terme, par excellence !!

Michael : Mange, Angela, tu verras : ça te fera passer ces mauvaises idées !

Angela : Ce ne sont pas des idées ! C’est la triste réalité ! Désormais le Parlement Européen accueille en son sein 258 députés français, sur un total de 900…depuis la 28 ème révision du traité de Nice. Tu t’imagines : 258 Français pour seulement 57 Allemands ! Car on a conservé l’esprit initial du traité de Nice : le principe de la « proportionnalité dégressive » : plus un État est peuplé, plus le nombre d’habitants représentés par député est important !! Nous voilà bien mal partis à présent avec ces 258 Français…

Michael : Heureusement, la Turquie ne fait toujours pas partie du club !

Angela : Alors là, oui, heureusement, ce serait eine grosse Katastrophe !! Avec leur population les Turcs se coltineraient 312 députés !! On serait complètement à leur merci ! Des toilettes turques partout, des vendeurs de loukoum à tous les coins de rue, des odeurs de chich kebab ! A choisir je préfère encore le cassoulet, les vins de Bordeaux ou les nougats de Montélimar en dépit des méfaits qu’ils exercent sur mon dentier tout neuf !!

Michael : Allez, moins d’amertume et de bavardage, goûte un peu, AngelaAngela ??

Angela : Pas faim ! Quand je pense qu’à mon époque j’aurais pu relancer la natalité ! J’aurais même pu montrer l’exemple ! Après tout, on peut être Chancelier ou Ministre et avoir une grossesse. Comment elle s’appelait déjà cette ministre française qui a fini au Parlement européen et qui avait eu un enfant, de père toujours inconnu d’ailleurs ?

Michael : Rachida..heu..Data, non, ah, zut, Alzheimer ! Rachida..Da..Dati !

Angela : Oui, c’est cela ! Quelle mémoire Michael ! Super ! Oui, Rachida Dati ! Et puis il y en a eu d’autres par la suite ! La France a été une véritable pépinière dans ce domaine : on a vu des curés utiliser des mères porteuses, des naissances hors mariage, des fécondations in vitro à l’usage des couples homosexuels ! Ils sont forts les Français pour se créer des progénitures !!

Michael : Allez, on passe à autre chose ! Mange Angela, mange…

Angela : En plus, les enfants français ont toujours été résistants, sans jeu de mots ! Je me souviens, même si ma mémoire vacille… Dans les années 2009 ou 2010, je ne sais plus trop, on les a vaccinés contre un vilain virus le NH11...

Michael : Le H1N1

Angela : Incroyable Michael : T’as une sacrée mémoire ! Oui, le H1N1 ! Ils ont été vaccinés et ont évité la mort ! Par la suite il y eut d’autres campagnes de vaccination, pour lutter contre d’autres virus ! Ah c’est vraiment le pays de Pasteur !! En fait, nous, on est trop un pays de musiciens et d’artistes ! Mais à quoi sert l’art pour éradiquer les maladies virales ? Hein, je te le demande ? A quoi ça sert ???

Michael : Mange Angela sinon je finis les restes ….


* Michael Glos a été Ministre fédéral de l’Economie et de la Technologie de 2005 à février 2009 date à laquelle il demanda sa démission à Angela Merkel…qui l’accepta.

VAGUE CINÉ EN PERSPECTIVE !!!

Alors que le nombre de cas de grippe A(H1N1) en France était estimé entre 10 et 4 500 par l'Institut de veille sanitaire (INVS) au 25 août, les ministres de l'intérieur, Brice Hortamiflueux, et de la santé, Roselyne Crache l'eau ont donné moult précisions sur la planification logistique de la campagne de vaccination qui sera mise en œuvre à l'automne.

Cette vaccination sera proposée gratuitement pendant quatre mois dans des centres créés à cet effet dans chaque département. L’assurance-maladie, qui s’en serait bien passé, va devoir éditer des « bons de vaccination », je vous demande un peu, afin que les futurs piqués, les potentiels seringués puissent être remboursés !

L’Etat (donc nous !) assurera le complément de la prise en charge financière !
Les deux ministres ont envoyé une circulaire, en date du 21 août, aux préfets des zones de défense et aux préfets de région et de département, sauf un :

- Je n’ai rien envoyé à Paul Girot de Langlade, fulmine Hortefeux, car je l’ai fait suspendre de ses fonctions ! Il a proféré des injures racistes à l’encontre de trois employés de la société Securitas et maintenant il m’accuse d’entretenir une cabale pour faire oublier mon passage au ministère de la désintégration..heu.de l’intégration ! Il ne manque pas de toupet ! Non ! Je ne lui adresse plus la parole ! De toutes façons il n’était plus vraiment Préfet mais coordinateur local pour la réunion des Etats Généraux de l’Outre Mer !!

Bref, mis à part ce petit incident, pas bien méchant (mais quand même, un Préfet un peu raciste ça évoque des mauvais souvenirs…) les responsables de régions et de départements savent à quoi s’en tenir :

- On vaccine qui veut être vacciné ! Attention on ne force personne ! S’agit pas d’injecter une substance dont on ne connaît pas encore vraiment le degré d’innocuité ! Il faut un principe de précaution au principe de précaution ! Vacciner c’est bien, vacciner sans prendre de risque, c’est mieux !!

- On propose trois injections à deux semaines minimum d’intervalle. Heu non ! C'est deux injections pour trois semaines minimum ! Oui, je crois que c'est plutôt cela !

- On met sur pied une traçabilité car c’est une vraie notion, bien dans l’air du temps !! Ah ! La traçabilité de la viande bovine depuis la crise de la vache folle ! Ca a fait des petits ! Nous vivons dans l’ère de la traçabilité ! En l’occurrence la traçabilité individuelle sera réalisée par l’entremise de l'assurance-maladie : chaque assuré ou ayant droit sera individuellement identifié, de même que le lot qui aura servi à sa vaccination.

- On élabore un schéma départemental des centres de vaccination. Il faudra au minimum trois centres par département. Ces centres seront situés dans des gymnases ou salles omnisports pour ne pas déranger les hôpitaux déjà asphyxiés ! Et tant pis pour les compétitions sportives : on ne peut pas à la fois chasser le virus et s’amuser à la baballe du basket ou au trampoline ! Un peu de sérieux s’il vous plaît !

- Un bassin de population donné sera rattaché au centre de vaccination, lequel bassin ne devra pas excéder plus de 100 000 habitants.

- Chaque centre comprendra une ou plusieurs "équipes types de vaccination" : une derrière le poteau droit du terrain de basket (qui sert aussi pour le hand-ball), une dans les vestiaires, une sur le praticable de gymnastique, une sur le tatami (si la salle propose des activités de judo…). On évitera de placer des infirmières en équilibre sur les poutres ou sur les chevaux d’arçons ! Un peu de sécurité quand même !

- On réquisitionne sur la base du volontariat tous les gens capables de piquer : infirmiers, infirmières, médecins, euthanasistes déclarés ou au noir, ancien toxicomanes, bref tout un régiment de « seringueurs » plus ou moins expérimentés mais disponibles à très brève échéance !

Bon courage pour tout le monde et vive la prévention !!!

jeudi 27 août 2009

HOMMAGE A TED KENNEDY

Poignée de mains (droites) entre Ted et Pompidou (une
époque révolue !! Je vous parle d'un temps que les moins
de vingt ans...etc...)

Le sénateur démocrate Edward Moore Kennedy (dit Ted Kennedy) élu depuis 1962, est mort, mardi 25 août, peu avant minuit (6 heures, heure française) à l'âge de 77 ans. Il souffrait d'une tumeur au cerveau, diagnostiquée en mai 2008.

C'est la fin d'une dynastie : celle des Kennedy. Après l'assassinat de ses deux frères, JFK en 1963 et Robert en 1968, il avait voulu à son tour être Président mais un accident terrible l'en empêchera..

Il se contentera d'être Sénateur et après 32 ans de participation, il deviendra président de la commission du travail et des ressources humaines du Sénat et parrainera la réforme du système de l'Etat-providence, pilier de toute administration démocrate depuis la crise économique de 1929.

Après l'intervention américaine en Irak, en 2003, il s'opposera à George W. Bush, l'accusant d'avoir sciemment exagéré la menace irakienne pour donner un alibi à la guerre. Il comparera ainsi Bush à Nixon et l'Irak au Vietnam. Rien que pour cette dernière remarque j'ai cru bon rendre hommage à l'homme.

Pas facile de vivre à l’ombre de ton frère
Ce frangin Président, au charisme effréné
L’espoir américain par son souffle incarné
JFK l’adulé et sa part de mystère...

A l’ombre de ce frère aux idylles pastelles
Avec un ange blond, icône hollywoodienne
Tu attendais ton tour dans l’ère politicienne
Il ne viendra jamais sous les nues criminelles.

Dallas, sombre Dallas, où le destin tragique
Signe d’un trait de sang la fin de ton héros !
Et puis cinq ans plus tard c’est ton autre frérot
Robert qui connaîtra la tuerie fatidique !

De cette dynastie de brillants politiques
Il ne reste que toi, flambeau d’opposition
Mais l’alcool insolent de toi aura raison
Les deux mains au volant, pont de Chappaquiddick…

Plongée en eaux troublées dont tu réchapperas
Mais sans porter secours à cette passagère
Qui en mourra noyée, attisant la colère
D’un pays indigné qui longtemps t’en voudra.

Ta carrière est plombée par ce vil incident
Tu perdras les primaires dans le camp démocrate
Course à la Maison Blanche : tu la frôles et la rates
Il te faut faire le deuil d’être un jour Président…

Mais l’Histoire magnanime te repêche aussitôt
Pour défendre ton nom aux lèvres du Sénat
Et l’humble institution retient de tes éclats
De très nobles idées qui voyagent aussitôt.

Certaines auront le gain du chef d’œuvre accompli
Comme l’Anti-Apartheid pour sauver Mandela.
D’autres auront mis du temps pour se faire un combat
Ce système de Santé qu’Obama a repris !

Repose en paix bon Ted sous ton étoile claire
Malgré l’ombre tenace qui t’a discrédité
Sans être Président tu auras honoré
D’un esprit de sagesse la bannière étoilée…

NB : L'enterrement de Ted Kennedy aura lieu ce samedi 29 août 2009. Mickael Jackson attend toujours son tour !! Patience Mickael, ça vient !!

mardi 25 août 2009

UNE NOUVELLE POULE AUX OEUFS D'OR...

La « Cessez-Œufs » soit l’acronyme CCE sera mise en place dès 2010. C’est une taxe nouvelle qu’Eric Woerth, notre ministre du Budget, chauve comme un œuf, juge utile car bonne !!

Il s’agira de taxer les ménages qui mangent trop d’œufs et ce pour plusieurs raisons :

- ce genre d’aliment très protéinique ne provoque que du cholestérol et du mauvais. Donc c’est un fléau pour le budget de la Sécurité Sociale, bien avant d’être une calamité pour la personne qui succombera d’un infarctus ! Cela va de soi !!

- c’est une denrée qu’on dévore rarement crue ! Il faut donc faire cuire ce qui sort de l’orifice de la poule ! Et la cuisson requiert de l’énergie ! Vous voyez où le gouvernement veut en venir ! Hé oui, c’est en même temps une taxe qui pénalisera les ménages consommateurs d’énergies non renouvelables. La seule façon de n’être pas obéré sera de se faire cuire un œuf à partir d’une énergie tirée d’une éolienne ou extirpée d’alvéoles photovoltaïques !!

- La digestion des œufs, pour peu qu’ils soient pourris car récupérés d’une manifestation anti-UMP, est souvent synonyme de flatulences nauséabondes qui se doublent d’émanation de méthane, gaz à effet de serre particulièrement nocif pour l’atmosphère et redoutable édificateur d’un réchauffement planétaire. Là encore on frappe le contribuable peu soucieux des grands équilibres de l’écosystème !! Bien joué !! J’en pète d’admiration qui n’a d’égal que mon estime pour ce gouvernement ultra-créatif !

- La production d’œufs, hormis celle repérée en Bresse ou à Licques, est souvent intensive. Les poules parquées en batterie sont acculées à pondre en quantité stakhanoviste à défaut de quoi elles risquent leur peau !! Combattre la consommation d’œufs venant de poules qui ne s’ébattent pas en plein air, en plein Gers, est un devoir civique !! Il en va du respect de l’animal ! Je ne peux qu’applaudir des deux mains, au diapason de Mme Bardot, cette initiative fiscale de haute tenue et bien digne d’un pays aussi civilisé que le nôtre !

Pardon ? Qu’entends-je ??

Ce qu’on me rapporte est faux !! Il ne s’agit pas d’œufs !

Je démens (jeux dément !!) donc formellement ! On m’a mal informé !! Mais bon, on ne fait pas d’omelette journalistique sans casser d’œufs !!

Donc démenti formel : la CCE signifie "Contribution climat énergie" !

C’est une taxe qui visera à encourager, dès 2010, des modes de transport ou de chauffage moins gourmands en énergies fossiles (pétrole, gaz ou charbon), fortement émettrices de gaz à effet de serre.

Bah, finalement, je n’étais pas si loin de la version officielle ! Non ??

LA RENTREE DES BANQUIERS : DES BANCS QUIETS !!



Les banquiers à l’Elysée
Pour quoi faire ? Allez lisez :
Récolter tous les reproches
De Nicolas, leur tout proche.

C’est le jour de la rentrée
Pour Nico vitaminé
Rétabli et plein d’aplomb
Il va passer un savon !!

En première ligne de mire
Les traders qui jouent le pire
Avec leur joli bonus
Qui génère du malus !

Du malus pour les ménages
Qui empruntent à taux d’usage
Exorbitant et doublé
De cautions exacerbées !!

Du malus aux PME
Qui étouffent sous le feu
Des crédits trop incendiaires
Où sont les pompiers mon cher ?

Les banquiers à l’Elysée
Pour quoi faire ? Allez lisez :
Pour redire à Nicolas
Que plus rien ne changera !

Car moins payer les traders
C’est les voir partir ailleurs !
Il n’y pas que dans le foot
Que les transferts se chouchoutent !

C’est la mondialisation
L’argent n’a plus de nation
Il voyage à la seconde
Sur toute partie du monde !

Et ce n’est pas le G20
De Pittsburgh qui aura gain
De victoire sur la finance
Honni soit qui mal y pense !!

lundi 24 août 2009

A NOS MORTS ?? NON : MORANO !!

Pour mieux lutter contre le virus A/H1N1 (sale bête, couché !!) Nadine Morano, notre chère Secrétaire d'Etat à la famille, s'apprête à faire publier des documents à l'usage des parents, des éducateurs, des instituteurs... Il s'agirait de recommandations d'usage !!
Qu'on se le dise au fond des coeurs !!
Voici un exemple de comptine qu'on pourrait entendre à cette occasion !

Laver les joujous
Laver les doudous
Se laver les joues
Se brosser le cou
Une bouche sous
Un masque et c’est tout ?
Non ce n’est pas tout :

Chercher des nounous
Pour garder nos choux
A la moindre toux
Aux moindres remous
De fièvre en courroux
Se méfier de tout !
Fermer l’école où
La grippe nous joue
Le grand méchant loup !

Voilà quelques mots
Que la Morano
Pour notre rentrée
Saura essaimer.
Pour le plus grand bien
De tous nos voisins
De nous même aussi
C’est pas beau la vie ??


Dernière nouvelle :

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a indiqué qu'on pouvait estimer à 3.000 le nombre de cas de grippe A/H1N1 intervenant par semaine en France, selon un nouveau système de comptage fondé sur le nombre de visites en médecine de ville.

La ministre a annoncé qu'elle partirait, jeudi soir, pour La Réunion. La ministre sera accompagnée du Directeur général de la santé, Didier Houssin, et rentrera samedi soir ou plus vite si elle doit être rapatriée d'urgence à cause de la sale bêbête...

LA GRECE AGRESSEE PAR LE FEU


Un chaud caniculaire s’est emparé d’Hélène
Et assèche la terre où poussent les forêts
Feuillages craquelés entendent les sirènes
C’est l’annonce d’un feu qui va se rapprocher.

Les frondaisons voisines en cendres dispersées
En premières victimes enfument l’horizon
La crémation tragique tend à se propager
Menaçant les villages tout près de Marathon.

Evacués cliniques, hôpitaux, maisonnées
La saison estivale joue l’apocalyptique
Et dans le désespoir qui secoue les pompiers
C’est le monde qui pleure toute la Grèce Antique.

L’Acropole hébété, voyant venir l’enfer
Crie désespérément de ses ruines meurtries
Et l’Europe ébranlée envoie ses canadairs
Estimables renforts pour saper l’incendie.


Les bourrasques de vent ne cessent d’attiser
Les flots incandescents de l’immense furie
En tragique fournaise des milliers d’oliviers
Ont immolé leur tronc, terrible tragédie…

On n’est pas trop de mille pour combattre Titan
Pour préserver l’espoir de sauver la mémoire
De la cité d’Athènes dont chaque monument
Nous conte un émouvant cheminement d’histoire.

Et qu’ils soient condamnés les odieux pyromanes
Qui sacrifient les bois pour capter du terrain
Destiné à l’écrin d’immobiliers infâmes
Oui qu’ils soient condamnés si cette thèse tient !

Oui, qu'ils soient condamnés si cette thèse tient !

jeudi 20 août 2009

CHATEL POUSSE ET CHAPELLE TOUSSE...

Chatel pousse un peu trop loin le bouchon. Et la chapelle UMP tousse un peu, de gêne, apparemment.

Qui est Luc Chatel ? L’Education Nationale elle sait… LC (Luc Chatel) : c’est son nouveau ministre de tutelle ! Et oui ! Exit l’énigmatique Xavier Darcos qu’on a redirigé vers les bureaux du ministère du travail ! Après s’être occupé des futurs chômeurs (les élèves) il va devoir s’occuper des vrais demandeurs d’emploi et des potentiellement futurs chômeurs ou allocataires du RSA.

Mais bon. On n’est pas là pour parler de Darcos mais de Chatel !!

Si vous voulez qu’on parle de Darcos on attendra septembre et sa cohorte de revendications salariales habituelles, après le retour des vacances, à la fin de la braderie de Lille et celle des universités d’été du P.S. exsangue.

Si je veux parler de Luc Chatel c’est qu’un vent de polémique souffle sur cette vénérable personne après sa visite au supermarché de Villeneuve-le-Roi. Le ministre de l'Education nationale aurait fait appel à des militants UMP pour constater la baisse du coût de la rentrée scolaire.

Un scénario que n’aurait pas dédaigné Patrice Leconte et sa bande de bronzés.

Luc (je me permets de l’appeler Luc, bien que ne le connaissant pas particulièrement !) s'est rendu, mardi 18 août, dans un supermarché de Villeneuve-le-Roi dans le Val-de-Marne pour marquer le lancement pour la seconde année consécutive des "Essentiels de la rentrée".

Cela part d’un bon sentiment et d’un bon centime en moins. En effet, c’est une opération par laquelle les supermarchés s'engagent à proposer des fournitures à bas prix et sans jouer sur l’artifice d’une baisse du taux de TVA de 19,60 à 5,5, comme pour la restauration (laquelle restauration n’a pas vraiment répercuté la baisse de la fiscalité indirecte ! Mais bon !!).

Donc Luc va s’enquérir de la baisse effective des prix des courses scolaires auprès des ménagères de moins de 50 ans venues faire des emplettes… scolaires.

On sent tout de suite un enthousiasme quasi général et frénétique parmi les clientes. Il faut dire que Luc est plutôt beau gosse (si !) et qu’il ressemble à Bernard Tapie en plus jeune avec des casseroles en moins ! Bref, on lui donnerait le bon dieu de l’UMP sans confession !!

Une cliente semble particulièrement diserte, voire volubile. Elle a des yeux de Chimène pour le beau Luc et s’adresse à lui en des termes dithyrambiques qui font rougir le nouveau ministre de l’Education Nationale.

C’est un journaliste de France inter présent sur les lieux qui va alors s'interroger sur le caractère fortuit de cette rencontre entre le ministre de l'Education et cette mère de famille "a priori anonyme".

Interrogée, la dame va spécifier n’être là que par le plus grand des hasards et n'être pas au courant de la sortie du Ministre :

- C’est incroyable, je me dis : tiens, il fait beau, j’en profiterais bien pour faire mes courses à Intermarché. C’est pas du tout mon genre ! D’habitude il fait très moche à Villeneuve-le-Roi et puis, à l’accoutumée, je ne vais jamais à Intermarché. Je préfère mon petit Lidl qui massacre les prix au pilori ! Non, franchement, je ne sais pas ce qui m’a pris ! Pourquoi a-t-il fallu que j’allasse chez les Mousquetaires de la Distribution, ce jour là ? Et que, précisément ce jour là, Mr le Ministre nous gratifiât de sa présence majestueuse ! J’en suis encore toute retournée !

L’utilisation abusive du subjonctif imparfait et les fragrances du parfum Raphaël (le même qu’utilise Carla Bruni) auront mis la puce à l’oreille du journaliste. Le professionnel de la radio publique finira par faire avouer à la belle qu’elle est conseillère municipale UMP de la ville de Vulaines-sur-Seine, à une cinquantaine de kilomètres du supermarché !!

Puis, de fil en aiguille, la polémique enflant, le groupe Intermarché décidera d'avouer : les clientes sont des employées du groupe. La direction du distributeur indiquera avoir «pris l'initiative d'inviter un certain nombre de (ses) salariés à l'occasion de la venue des ministres dans l'un de ses magasins à Villeneuve-le-Roi». Mais les mousquetaires veulent aussi dédouaner Luc :

- Cette initiative est le seul fait d'Intermarché et en aucun cas ni le ministre, ni ses collaborateurs n'y ont été associés ni même informés !

Qu’on se le dise au fond des ports !!

Il n’empêche, Luc grille peu à peu la crédibilité qu’on était en droit de lui conférer en raison de son aspect « propre sur lui, et tout et tout… ».

C’est le risque que l’on prend à trop s’exposer et à occuper une place médiatique pour ressembler au patron (lequel se fait discret en ce moment !!).

Après ses déclarations sur sa politique antivirale (les mesures prises prévoient que le préfet puisse décider la fermeture d'une classe, voire d'un établissement, à partir de trois cas de virus H1N1 apparus en une semaine dans une même classe, ou dans des classes différentes ayant des activités partagées, comme la cantine scolaire), Luc n’a pas pu s’empêcher de partir en campagne sur un nouveau sujet : le prix des fournitures scolaires.

Attention Luc ! Qui trop embrasse mal étreint ! Ménage toi ! Tu vas te fatiguer et finir par pondre de grosses âneries ! Tu flirtes aussi avec le risque d’un malaise vagal !! Si ton organisme s'atrophie il deviendra plus facilement la proie du H1N1 !!!

Prends des vacances ! Il ne te reste que quelques jours avant la rentrée scolaire !

mercredi 19 août 2009

BRAVO CHAMPION !!

Bob Thari, le Messin, rapporte à la France sa première médaille (du bronze) aux Mondiaux d'Athlétisme de Berlin. Il gagne enfin une médaille en passant devant un Kenyan pour lui chiper la troisième place lors d'un 3000 m steeple de très grande tenue.
Les Kenyan, rois de la discipline, auraient réalisé le triplé sans notre Bob national !!
Un bonheur ne venant jamais seul, Bob réalise un nouveau record d'Europe à la clé, en 8'01''18.

Au même moment, en Lorraine, des tags contre les musulmans...

Xénophobie en tags sur culte musulman
A Toul, Meurthe-et-Moselle, Metz n’est pas loin, vraiment…
Metz, la jolie lorraine, qui fête son champion
L’algérien Bob Thari : un pied de nez aux cons !!

Il fallait bien qu’Allah lui insuffle la foi
Pour gagner sa médaille malgré le désarroi
Qu’on lui avait jeté en salves de rumeurs
Suspecté de dopages, il clamait son honneur…

Il avait simplement dans son sang de champion
Des troubles génétiques et les viles intentions
De ceux qui le traînaient dans la boue de l’opprobre
Ont les yeux pour pleurer de sa victoire propre.

Il fallait bien qu’Allah lui insuffle l’envie
De dépasser enfin le Kenyan endurci
Sur les vingt derniers mètres d’un steeple étonnant
La foi et des ressources, le bronze finalement…

Fin d’une série noire, d’une ère de défaites
D’une histoire de podium qu’on frôle de justesse.
Le bronze, enfin le bronze, après les deux Kenyans
Il a fallu oser, il a serré les dents !!

Tu peux bien l’arborer ta médaille, oh champion
Tu l’as souvent rêvée, savoure l’émotion
Pardonne nous aussi car on y goûte un peu
L’émotion c’est la vie qui coule dans nos yeux.

Il fallait bien qu’Allah t’insufflât le courage
Pour vaincre les rancœurs et te donner la rage
C’est du bronze au final mais il vaut bien de l’or
Bob ne taris jamais, fais nous vibrer encore !!

mardi 18 août 2009

MINES DE RIEN



Oui dès qu'houille en Nord fut extraite
La prospérité fut concrète
Pour les patrons plutôt pas cons
Qui menaient les hommes au charbon.
Car le patron qui gère mine a l'
Profit et trouve ça normal !
Le coke aux ricochets marchands
Lui assure un avenir décent.

Descends, descends au fond du puits
Crie-t-il aux mineurs asservis.
Pour un sou mis dans l'escarcelle
Le galibot sue sous l'aisselle
Oui sue sous l'aisselle !

A piocher dans les couches noires
Le mineur se noirçit l'espoir.
C'est la peau terne, les coudes gris ou
La gueule noircie qu'il sort du trou.
Il n'adore pas sa bouche en suie
Et n'abhorre pas sa douche, s'essuie
Puis s'en retourne dans le crachin
Goûter chez lui et lit et vin.

Pour éviter qu'le coron pue
Les femmes des mineurs s'évertuent
A manoeuvrer tas de wassingues
La propreté ça les rend dingues.
Oui, ça les rend dingues !

Puis on repart au fond du puit
Pour le sol des nouvelles galeries.
Des bois si divers les étaient :
Dieu que rien ne puisse croûler !
La galerie c'est la psychose ;
Les étais qui oscillent y causent
Tant de morts et tant de douleurs ;
Il m'en revient au fond du coeur

Je suis devant le monument
Commémorant ce temps d'avant.
A présent les puits sont fermés ;
La région doit se recycler.
Oui, se recycler !

Allons bon, mais que faire de Lens
Qui donnait aux fosses forées sens.
L'ère dans laquelle on entre a sit-
Ué que trop bien nos limites.
Alors on retrousse ses manches
Pour se redonner des dimanches
Dans l'ancienne terre des périls
Où survivent des paires de terrils.

Oui dès qu'houille en Nord fut extraite
La prospérité fut concrète
Pour les patrons plutôt pas cons
Qui menaient les hommes au charbon...

PRET-CAUTION

Une caution qui tourne autour de 200.000 euros, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour gagner du temps, a été versée à l'Iran pour la libération conditionnelle, dimanche, de la jeune Française Clotilde Reiss dont je vous ai parlé il n’y a pas si longtemps.

Cette opération financière a été annoncée, lundi, sur LCI le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner. Un Bernard tout bronzé et de retour de Corse (où il possède une villa toujours pas plastiquée).

- Dans les systèmes anglosaxons en général et dans le modèle iranien, pour la libérer, il faut verser une caution qui se situe autour de 200.000 euros et que théoriquement on va nous rembourser, a dit M. Kouchner.

C’est beau la théorie chez Kouchner ! Ca ressemble à de la poésie surréaliste nimbée d’un zeste d’utopie humanitaire !

- Mais, a-t-il ajouté, ça ne veut pas dire du tout qu'elle est coupable. Au contraire nous espérons bien sûr être remboursés parce qu'elle est innocente et que cela sera reconnu !

On touche au lyrisme emphatique tout auréolé d’un angélisme de boy-scout !!

- Le jugement n'a pas été prononcé, a rappelé M. Kouchner, on peut s'attendre, on doit s'attendre, à un jugement qui reconnaîtra son innocence, je ne sais pas quand, et, à son retour en France, ce que nous souhaitons vivement comme le président de la République l'a dit dans sa déclaration d'hier soir !

C’est beau, c’est grand, c’est généreux la France !

Le procureur de Téhéran Saïd Mortazavi (Morte à sa vie ??) cité par l'agence Mehr, a indiqué lundi que "Clotilde Reiss a été libérée après le dépôt d'une caution de 300 millions de tomans", soit environ 213.000 euros (300.000 dollars).

La jeune femme de 24 ans, remise en liberté conditionnelle dimanche soir, est poursuivie par la justice iranienne pour avoir pris des photos de manifestations qui ont suivi la réélection contestée en Iran de Mahmoud Ahmadinejad (oui, je sais, je l'ai déjà écrit dans un article précédent ! Mais bon, je ne suis pas certain que vous l'ayez lu cet article précédent ! Si ? Ah !!)..

Elle est hébergée à l'ambassade de France jusqu'au jugement.

Elle peut, enfin, se débarrasser du foulard que lui avaient imposé ses juges et qu’elle devait porter en guise de coiffe afin de dissimuler un premier cheveu blanc, emblème des petits soucis que lui ont suscités son séjour dans les geôles iraniennes.

Elle peut enfin manger du « français » et déguster un bon champagne, veuve Cliquot ou quelque chose comme ça, acheté par l’ambassadeur aux frais de la Princessse.

Elle peut surtout voir la télé et s’admirer en boucle. Son procès a été hyper médiatisé.

- Je passe pas mal à la télé, dit-elle en regardant le petit écran de l’ambassade. J’ai très bien parlé persan lors de ma défense. Je suis sûr que mes juges en sont encore tous esbaudis !! Ca valait le coup d’apprendre la langue d’ici, même avec une méthode à six mille euros l’année !!

La télé lui montre ensuite un rapide tour de l’actualité. Elle a, ainsi, l’occasion de voir une autre « assignée à résidence », la Birmane San Suu Kyi !!

- Elle a moins de chance que moi, soupire-t-elle, malgré les critiques internationales le régime birman ne veut rien entendre. Il a gratifié la belle Aung de 18 mois supplémentaires d’assignation à résidence !! Faudrait peut-être leur verser une grosse caution !

Clotilde refait le monde devant le miroir cathodique. Elle attend l’issue de son jugement qui devrait avoir lieu avant le ramadan ! Donc bientôt.

Quant à la caution.. Il faudrait plutôt évoquer une « prêt-caution » soit une caution réversible en prêt sans intérêt, voire non remboursable !!

C’est le prix à payer pour libérer une victime d’une nouvelle forme de piraterie (les petits pirates somaliens peuvent aller se rhabiller !!) : la piraterie gouvernementale.

Recette garantie :

1) Vous incarcérez un ressortissant étranger en vertu d’un prétexte des plus futiles (par exemple : il a filmé une manifestation, il a lu le Marquis de Sade à proximité d’un lieu de culte, il portait sur lui un opinel à cran d’arrêt, il a siffloté du Michael Jackson, il a uriné dans une vespasienne à proximité d’un truand autochtone dont il ignorait pourtant l’identité…)

2) Vous organisez un procès hyper médiatisé pour faire monter en mayonnaise l’indignation internationale.

3) Vous exigez une caution pour que le (la) prévenu(e) soit libéré(e) momentanément.

4) Vous libérez le (la) prévenu(e) mais vous gardez la caution.

C’est une façon habile de se procurer de l’argent cash sans souci d’endettement et d’aggravation de la dette publique. Une jolie manne pour financer des projets ambitieux : réarmement, politique nucléaire civile à manteau réversible, construction d’établissements pénitentiaires, édification de palais de marbre…

dimanche 16 août 2009

LE ROI DE TOLERANIE

Le roi de Toléranie était particulièrement courtisé et générait des envieux chez les dirigeants des pays voisins.

Il était adulé pour ses pratiques généreuses qui consistaient à octroyer des droits et des reconnaissances pour chaque communauté hébergée en son petit pays.

C'était un Puissant aimé et que ses sujets n'hésitaient pas à interpeller pour obtenir gain de cause dans la quête d'une prérogative jusque là occultée ou ignorée.

Le roi de Toléranie avait consacré la première partie de son règne à bâtir des édifices monumentaux non à sa gloire, non, que nenni ! Il avait érigé des bâtiments utiles et reconnus comme tels par ses concitoyens.

Chaque clan, chaque communauté pouvait y trouver réponse à ses exigences.
Il avait fait bâtir toute une série de monuments religieux pour satisfaire la moindre croyance et la moindre corporation : temples bouddhistes, chapelles avec crypte ou sans, temples protestants, églises chrétiennes, pentecôtistes, synagogues, cathédrales, basiliques pour sourds et muets, monastères pour homosexuels, mosquées pour sunnites, pour chiites, maisons d'expression libre et loges maçonniques...

Il avait, ensuite, fait fleurir sur tout le territoire des structures sportives et culturelles : piscines pour monokini, pour bikini, pour burkini, pour short long, pour nudistes, terrains pour handicapés, pistes de ski pour unijambistes, pour frères siamois, pour aveugles, terrains de football pour handicapés moteurs, pour épileptiques, pour diabétiques (avec distributeurs d'insuline à proximité...).

Certes, à chaque fois qu'un édifice devait se construire il lui fallait négocier avec le paysan du coin afin qu'il cédât sa terre.

Ainsi, de constructions en édifications, les terres arables devinrent assez similaires à une peau de chagrin.

Pour autant, le roi de Toléranie ne cessait de se plier aux désiderata des différentes pièces de la mosaïque que constituait son petit empire.

C'était le prix à payer pour atteindre la tolérance maximale !

La production agricole suivant une courbe inversement proportionnelle à la satisfaction des besoins communautaristes, le roi de Toléranie dut se rendre à l'évidence : il fallait importer des vivres pour nourrir sa population.

Les pays voisins en profitèrent pour exporter à prix fort des céréales et produits laitiers qui faisaient défaut à la Toléranie.

Le roi en devint amer et dut subir la foudre des consommateurs autochtones, furieux d'assister à la surenchère des prix de produits de première nécessité.

Des premières frondes apparurent.

Elles étaient dirigées à la fois contre la hausse des prix et contre celle des impôts !
Le roi, en l'occurrence, avait augmenté la pression fiscale pour continuer à financer des projets multiculturels et consensuels.

Certains sujets mécontents sombrèrent dans la violence. Ils se retrouvèrent en prison : prison pour fumeurs, non fumeurs, pour témoins de Jéhovah, pour allergiques au pollen..

En matière d'incarcération le roi avait opté aussi pour la diversité !

D'autres sujets, contre mauvaise fortune bon coeur, se résolurent à quitter le territoire pour trouver le bonheur ailleurs.

Ils y trouvèrent de l'abondance alimentaire mais durent se plier à la dure loi de l'uniformité !

Ce conte n'a pas vraiment de fin ni de morale !
Chacun pourra y trouver son conte, heu, son compte !!

Enfin, je l'espère...

jeudi 13 août 2009

LE BURKINI : L'AVIS DE PHILIPPE LUCAS


Carole, une jeune musulmane de 35 ans, s’est vue refuser l’entrée de la piscine d’Emerainville, en Seine-et-Marne, dans une tenue de bain intégrale !
Carole, qui s’est convertie à l’islam à l’adolescence, raconte avoir acheté son "burkini" à Dubaï :

-En le prenant, je m’étais dit que cela pouvait m’autoriser le plaisir de la baignade sans trop me découvrir, comme le recommande l’islam !


mardi 11 août 2009

L'AUTOMOBILE PERD LES PEDALES...


UNE BANLIEUE COMME UN BAGNE AUX LAIDS

Dans ce coin de Bagnolet
Il voit que la bagnole est
Propriété des poulets
Et qu’elle le suit désormais.

Donc à fond la moto cross
Le bolide très véloce
Quitte le boulevard Raspail
Voulant semer la flicaille.

La cité du Malassis
Où son sort est mal assis
Lui fait craindre les contrôles
Et le spectre de la taule.

Pourtant il n’est pas malfrat
Petit livreur de pizzas
Non, rien à se reprocher
Que la peur des policiers.

Il met la gomme pour semer
L’objet de sa peur damnée
Il remonte les venelles
De Bagnolet, la rebelle.

Il n’a pas vu le virage
La peur lui crée du cirage
Il dérape en percutant
Un poteau, pas du fer blanc !

Le thorax est enfoncé
La mort sera prononcée
Sur la route de l’hosto
Vilain temps pour les moineaux !!

C’est le feu et c’est la poudre
La banlieue revit la foudre.
Les jeunes voyous saccagent
En réaction à l’outrage.

Ils dénoncent la bavure
Des policiers, ces crevures.
Le mois d’Août à Bagnolet
Je ne voudrais y camper !!

Ca rappelle un peu Clichy
Trois jeunes cherchant l’abri
Dans un gros transformateur
Pour fuir le joug enquêteur.

Deux vies électrocutées
Le feu aux échauffourées
Des banlieues à feu à sang
La racaille et ses accents…

C’est l’histoire qui répète
Quelle que soit l’humeur d’enquête
Bavure ou simple accident
Tout deviendra comme avant…

Des lieux de désespérance
Poussent ainsi dans notre France
Une jeunesse s’y meurt
Dealer plutôt que chômeur.

Des lieux de désespérance
Où l’étincelle est intense
L’explosion au moindre affront
Pour venger le moribond.

dimanche 9 août 2009

CLOTILDE, LA MATA HARI QUI PERSE...

La Française Clotilde Reiss a reconnu samedi matin devant le Tribunal Révolutionnaire Iranien (TRI dit aussi TRI Sélectif) avoir glissé dans une enveloppe (format 21 x 29,7) un rapport à l'ambassade de France à Téhéran. Ce petit document de 13,6 grammes contenait moult informations sur les manifestations à Ispahan dans le centre du pays.

Vous vous rappelez ? Ce sont les fameuses manifestations qui ont suivi la présidentielle du 12 juin. Cette fameuse présidentielle entachée de fraude électorale et qui a vu la victoire de Mahmoud Ahmadinejad, le plus adorable des dictateurs qu’a généré notre planète !

- J'ai écrit un rapport d'une page et je l'ai remis au patron de l'Institut français de recherche en Iran qui appartient au service culturel de l'ambassade de France", a affirmé Clotilde, selon l'agence officielle Irna.

La jeune femme a aussi reconnu avoir élaboré un rapport sur le nucléaire il y a deux ans :

- Mais c’était dans le cadre d'un stage au CEA, où mon père travaille comme expert ! J’ai rédigé un rapport sur les politiques en Iran en lien avec l'énergie nucléaire (...) J'ai utilisé des articles et des informations qu'on trouve sur internet et il n'y avait rien de secret !

En attendant la voilà sur les bancs des accusés. Vêtue d’un jean (seul symbole occidental qu’ont daigné lui laisser ses geôliers), d’un manteau sombre et d’un foulard, Clotilde Reiss prie Dieu pour qu’elle soit graciée.

Oui mais de quel Dieu parle-t-on ? Si c’est le Dieu de certains Iraniens intégristes je doute fort que Clotilde puisse espérer une clémence !

Mais quelle idée aussi d’essayer la fonction « photo » de son portable au cours des manifestations à Ispahan. Elle venait de découvrir que son téléphone pouvait devenir un appareil photo et que, même, il pouvait envoyer les photos à des amis. Elle aurait pu faire des essais en photographiant une plante exotique ou un scarabée ou… Bref, il y a des tas de choses à photographier en Iran, non ?

Il a fallu qu’elle fasse des essais de clichés au plein milieu d’une manifestation anti Ahmadinejad ! Evidemment les sbires du chef iranien ont eu l’impression qu’elle était une espionne ! Vous n’auriez pas pensé de même, vous ?

Elle a beau se prétendre amoureuse de l’Iran, passionnée de culture perse, elle aura du mal à convaincre les juges de sa bonne foi.

Faute avouée est à moitié pardonnée ! J’espère simplement que ses aveux n’ont pas été extorqués sous la torture (car souvent le Perse est cutter !) physique ou morale !

Il semblerait que non mais une petite pression psychologique du style « signe cette déposition sinon tu ne retrouveras plus jamais ton téléphone portable ! » n’est pas du domaine de l’impossible…

Faute à moitié pardonnée ? Ca chiffre à combien ? A 60 ans de réclusion divisés par deux ? Obtiendra-t-on une durée de réclusion similaire à celle infligée à Florence Cassez, au Mexique (60 ans !!) ?

Sa vraie chance, finalement, est d’être française et susceptible d’être secouru par Zorro Sarkozy (quoi que, avec Florence Cassez, cela fait plutôt flop !!).

Il n’en est pas de même pour une dizaine d'autres personnes poursuivies pour avoir participé à la contestation de la réélection de M. Ahmadinejad. Ces personnes sont bien iraniennes et encourent la peine de mort si elles sont reconnues coupables d'être des ennemis de Dieu !!

Mais de quel Dieu parle-t-on ?

samedi 8 août 2009

QUAND L'OUEST CHAUFFE, L'EST ROSIT...

Proche de Nicolas Sarkozy, mais pas autant que Carla Bruni, le maire de Nice (Alpes-Maritimes) Christian Estrosi passe des vacances studieuses en tant que Ministre de l’Industrie. Il met les bouchées doubles pour conserver son job car, à l’allure où ça va, il ne restera plus beaucoup d’entreprises du secteur secondaire (industrie) dans l’hexagone. A coups de délocalisations brutales, de fermetures d’usines, de dégraissages avec ou sans séquestration de patrons ventripotents, c’est tout le tissu industriel français qui se démantèle !

Pour le compte de mon blog estival je l’ai particulièrement interviewé, à l’occasion d’un apéro, au cœur du camping le petit Nice (forcément !!) près d’Arcachon.

Fabiano : La BNP songe à verser des bonus copieux à ses traders. Qu’en pensez-vous ?

C.E . Je préfère qu’on dise des boni ! Ca fait plus latin ! A vrai dire les boni m’en…

Fabiano : Les boniments.. ?

C.E. : Laissez moi finir ! Je vous ai laissé parler ! Laissez moi terminer ! Les boni m’enterrent dans un profond gouffre de stupéfaction nimbée de gène ! Je trouve la pratique indécente en cette période de crise. Il faut songer à remonter les bretelles aux banquiers qui ne cherchent pas à moraliser le capitalisme. Je reprendrais bien un apéro !

Fabiano : Suze, Ricard, Porto.. ?

C.E. : Suze ! Suze reine des boissons, à mon goût ! Où en étais-je ?

Fabiano : A la moralisation du capitalisme !

C.E. : Pouff (rire étouffé !). J’ai dit cela moi ??

Fabiano : Oui, enfin, il me semble !

C.E : Oh là ! Il faut que j’arrête la Suze ! Versez-moi plutôt ce Coca Light !! Là ! Merci. Une autre question ?

Fabiano : Heu, ben, c’est gênant comme question ! Mais bon ! Je me lance !

C.E. : Allez-y, on est entre amis !

Fabiano : Après son malaise fin juillet, Nicolas ne sera-t-il pas obligé d’en faire un peu moins à la rentrée ?

C.E. : Demander à Nicolas d’en faire moins, c’est comme demander à Martine Aubry de perdre 5 kilos ou à Ségolène Royal de cesser de jouer la Sainte Patronne de la Repentance ! C’est franchement impossible. Non, Nico va se retaper !! Il sera plus pugnace que jamais !!

Fabiano : Admettons ! Autre chose : on vous a vu très présent cet été. Allez-vous tenir les promesses que vous avez faites aux entreprises en difficulté ?

C.E. : Evidemment ! Je suis un homme de parole. Chez New Fabris, j’ai fait signer un protocole de sortie de crise, tout comme dans le cas de Nortel. Lorsque Nicolas m’a confié le portefeuille de l’Industrie, il m’a demandé de contribuer à sauver le tissu industriel de notre pays ! C’est ce que je fais en toute modestie, laquelle ne m’étouffera jamais ! Je suis à la fois un pompier et un architecte. Mais je suis un bon pompier, pas un de ces pompiers véreux qui foutent le feu dans le maquis corse pour gagner des primes d’intervention. Et je suis un bon architecte qui travaille sur des plans à long terme. Autre exemple : j’ai obtenu d’Alcatel l’assurance qu’il n’y aurait aucune fermeture de site, aucune délocalisation d’emplois à l’étranger !

Fabiano : Et vous avez cru Alcatel ?

C.E. : Je n’ai aucune raison de douter de la véracité des promesses d’Alcatel ! Son Président Philippe Camus m’est apparu fort sympathique ! En plus, j’adore Albert Camus !

Fabiano : Je ne vois pas le rapport !

C.E. : Cessez de m’interrompre ! J’ai de bonnes raisons de penser qu’Alcatel ne transfèrera pas son service paie et son unité de recherche et développement chez les Indiens ! Non ! Moi, la seule chose que je voudrais voir délocaliser c’est la dépouille de Napoléon III !

Fabiano : Pardon ?

C.E. : Oui, je milite pour le rapatriement en France de la dépouille de Napoléon III. Celle-ci se trouve actuellement dans l'abbaye Saint-Michel de Farnborough, dans le Sud de l'Angleterre. Franchement, qu’est-ce qu’elle a à foutre chez les Rosbif ?? J’aimerais assister à ce rapatriement avant 2010 ! Ce sera le 150e anniversaire du rattachement du Comté de Nice à la France en 1860, sous l'impulsion de Napoléon III, un des modèles de Nicolas !!

Fabiano : Oui, bon… Heu ! Parlons d’autres choses. Certains indicateurs économiques repassent au vert aux Etats-Unis. Peut-on espérer une reprise rapide ?

C.E. : Soyons prudents. Mais ce qui se passe chez l’Oncle Sam est un signe encourageant. Ce qui donne de l’espoir, c’est que lorsqu’une reprise se dessine outre-Atlantique, elle se répercute telle des ondes de vagues sur lesquels surferait Brice de Nice ! Et elle se répercute sur notre économie ! Youpi ! Concernant le secteur des bagnoles, la production va redémarrer, même si c’est avec un peu de retard. Dès la rentrée, avec Christine Lagarde, nous réunirons une commission consacrée spécialement aux sous-traitants de la filière automobile afin de ne pas sous-traiter les sous-traitants !

Fabiano : La moitié des restaurateurs seulement a répercuté la baisse de la TVA. Trouvez-vous ça normal ?

C.E. : Certaines entreprises ont joué le jeu, d’autres non. Et c’est inacceptable ! Certains restaurent leur marge ! D’autres cuisinent de nouveaux tarifs moyennement abordables ! D’autres augmentent leurs recettes ! D’autres encore n’appliquent pas des prix menus ! Ca me désole ! Je reprendrais bien un Porto !

Fabiano : …….

vendredi 7 août 2009

RONNIE


Me voici de retour de vacances !!

Je reprends la plume ou plutôt le clavier azerty que je pianote nerveusement de mes doigts bronzés par la générosité solaire d'Arcachon, de Collioure, de l'Ardèche et des Alpes.
Oui, j'ai pratiqué de l'itinérant, de camping en camping, de mer en rivières, de fleuves en montagnes...


Pour mon retour je propose (on reprend les bonnes vieilles habitudes) un poème (vers de 6 pieds) qui conte la libération du mythique Ronnie Biggs, le chef du gang de l'affaire du train postal Glasgow-Londres, en 1963.


Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne connaissent pas !
Sachons, quand même, que l'attaque du train a inspiré un certain Gérard Oury lors de son métrage "Le Cerveau" avec le duo inénarrable Bourvil-Belmondo !

Mille neuf cent soixante trois
Dans la nuit du huit août
Chez les Anglais un coup
Royal créa l’émoi !

Le train Glasgow-London
Transportant un butin
Fut stoppé en chemin
Par un mieux « qu’Al Capone »

Un bien mieux, un héros
Chez la perfide Albion
Ronnie Biggs, c’est son nom
Déroba le magot !

C’est près de trois millions
De livres de ce temps
Que Biggs et ses brigands
Prirent soudain possession !

Il ne profita pas
Longtemps de ce pactole
Juste un mois, puis la taule
Au vol le rattrapa !

Mais qu’importe le mur
De huit mètres de haut
L’escalade allegro
Rendit cavale sûre.

Voilà Biggs échappé
On le voit à Paris
Et puis en Australie !
Scotland Yard écoeuré !

Il s’installe au Brésil
Le temps de faire un fils
L’extrader devient vice
Le fiston crée l’asile !!

Mais loin de son pays
De Queen Elisabeth
Il se dit : « c’est trop bête
Mais j’ai la nostalgie ! »

Très malade et ruiné
Il retourne à London
Retour à case prison
Super médiatisé !

Mais comme la camarde
Lui titille la peau
La justice fait bon dos
Refusant qu’on le garde !

Le voilà libéré
Mais le poumon noirci !
C’est un mythe qui gît
Un vieil homme courbé !

Alors faites un effort
Gracieuse Majesté
Très vite anoblissez
L’épave avant sa mort !

Sir Biggs, suprême honneur
Ca aurait de la gueule !
Tous les Anglais le veulent
En leur for intérieur !