CHERCHEZ DANS CE BLOG

dimanche 28 février 2010

XYNTHIA OBTIENT L'OSCAR DU SCENARIO CATASTROPHE

Les premiers arbres commencent à tomber sous les coups de rafale de la tempête Xynthia quand Monsieur X songe à rentrer sa voiture dans le garage. Il va rater le début de la cérémonie des Oscars mais qu’importe ! Un véhicule dans un garage se trouve davantage en sécurité ! Il a fait deux pas dehors quand il entend un fracas métallique à l’arrière de sa maison. Il court vers la cour arrière, celle qui précède la longue bandelette de jardin. Il constate le drame et par là même la fin d’une soirée tranquille : Xynthia vient d’arracher son antenne de télévision !!
Une sirène retentit dans le lointain, qui lui glace le sang ! Il perçoit un bruit sourd à quelques mètres de là, en direction du Nord ! Un arbre vient de tomber emportant dans sa chute un fil électrique puisque le noir s’abat dans la rue !

Au même moment il entend passer, devant lui, à tombeau ouvert, une magnifique armada de véhicules de pompiers, sirènes rugissantes.

C’est alors qu’il repense à son véhicule. Il l’a garé en face de chez lui par flemme de le rentrer dans son garage étroit. Il va tourner la clé du démarreur et se dire « On tourne ! » quand une tuile percute le pare brise le faisant voler en mille éclats ! Mr X a le réflexe de porter les mains à son visage pour éviter la projection de pics de verres ! Son visage en est épargné mais les mains ensanglantées témoignent de la fureur de l’impact ! Il sort de sa voiture pour grimper comme un cabri l’escalier qui mène à son salon.

- Josiane, je suis blessé, crie-t-il à sa femme !

Pendant ce temps, dans l’anonymat de son écran condamné pour quelques temps, se trament une cérémonie de paillettes. Le jury vient de récompenser le jeune Tahar Rahim pour son rôle dans « Le prophète » de Audiard.

- J’ai l’Audi à r..à rentrer, crie-t-il encore à sa femme. Tu peux le faire pendant que je me soigne ! Tu verras : elle est salement amochée du pare-brise !

- La vache, lance sa femme, soigne toi bien, désinfecte un maximum ! J’espère que cette tempête ne va pas durer !

- Je ne suis pas prophète, grommelle le grand blessé.

Approximativement, au même moment, Mélanie Thierry brandit son trophée ! Elle vient d’être nommée « meilleur espoir féminin » pour son rôle dans le film « Le dernier pour la route ». Un film qui parle de l’addiction à l’alcool !

Mr X, monte à l’étage, trouve dans la salle de bains les produits nécessaires dont de l’alcool à 90° ! Il met la dose en grimaçant un peu ! Il entend le ronronnement d’un véhicule qu’on rentre dans le garage et en ressent un réconfort indicible.

Son fils le surprend avec ses pansements et s’étonne.

- Non, non, je ne fais pas de la boxe, oh fils ! Je me bats contre la tempête ! Tu entends au dehors ?

La tempête augmente sa violence avec des effets spéciaux fantastiques et on entend le craquement lugubre d’un arbre, à quelques mètres de là !

Pendant ce temps, Jacques Audiard reçoit l’Oscar du meilleur réalisateur pour son film « Le prophète ». Ce fameux film qui, tel un ouragan, va rafler un maximum de trophées : neuf statuettes sur douze nominations ! Un vrai vent de folie pour un film qui parle de Malik El Djebena, un jeune délinquant condamné pour six ans de prison. Dès son entrée en prison, il se voit acculé par un clan mafieux corse d’assassiner Reyeb. Il devient dès lors le valet de César Luciani qui contrôle l’ensemble de la prison, les petits et gros trafics, sous l’œil complaisant de matons soudoyés. Petit à petit, il gagne la confiance de César qui décide de lui confier un certain nombre de missions de renseignements et de transmission d’informations avec l’extérieur.

Je ne vous raconte pas ce film car déjà la situation se dégrade chez Mr X : le quart de sa toiture vient de se fracasser ! Heureusement que l’Audi est au chaud, dans le garage !

La cérémonie laisse un peu de consolation pour Isabelle Adjani qui reçoit, en larmes, l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans « La journée de la jupe » ! Sa fontaine n’est cependant rien à côté de la montée des eaux qui menace la ville de Mr X ! Il va falloir évacuer !

Et de concert, les gens se réfugient sur les toits car la crue s’intensifie ! Du jamais vu ! Même au cinéma ! Pendant ce temps, un autre concert reçoit le prix de meilleure musique de film !!

Et tandis que les eaux se carapatent dans les rues les oscars appâtent !

vendredi 26 février 2010

POUR L'AMOUR D'UNE MERE


Sur la troisième marche du podium, Joannie Rochette, la patineuse canadienne n'a pu retenir ses larmes plus longtemps. Quatre jours auparavant, elle avait perdu sa maman, Thérèse, victime d'une crise cardiaque à son arrivée à Vancouver.

Malgré tout, la star nationale, vice-championne du monde 2009, n'a pas renoncé aux Jeux et a ébloui son monde par son courage. A l'issue du programme libre, qui lui a valu 131,28 points pour un total de 202,64, elle a envoyé un baiser vers le ciel.

Joannie a le cœur trop lourd
Et sur la glace de satin
Les patins pointent les contours
D’une arabesque de chagrin.

Joannie a le cœur vidé
Alors elle pense à sa maman
Pour se nourrir de ses pensées
Malgré l’absence qui s’étend.

Elle se bat pour toucher le ciel
De celle qui tutoie l'Eternel
Et lui insuffle ses vertus.

Et de gracieuses envolées
Joannie touche le secret
De l’amour au delà des nues.

jeudi 25 février 2010

ANNONCE BIS REPETITA

Comme beaucoup de mes lecteurs veulent en savoir plus, voici la date et le créneau horaire de l'émission dans laquelle je sévis chaque dernier samedi de chaque mois !

C'est sur Radio Campus 106.6 (elle est sur V Ascq mais émet loin !! Jusqu'en Belgique, une fois !)

Ce sera le samedi 27 février de 10 H à 13 H !!

J'aurai le temps d'y plaquer quelques chansons et poèmes ! Trou la la itou !

PS : on peut réécouter l'émission sur le site de radio campus

http://www.campuslille.com/

Se mettre sur [Les Programmes] puis descendre la souris vers "Samedi"
Cliquer sur l'enveloppe correspondant à l'émission "Débit de laids" la tronche de Jean Marc apparaît (c'est l'animateur)- Fermez la messagerie (sauf si vous souhaitez envoyer un message au dit Jean Marc !) Cliquez sur archives 30 janvier (archives à 11 heures) puis cliquez sur l'icone représentant un haut parleur ! Bonne écoute !

UNE ACTIVITE TÔT LAIDE !!




L’archidiocèse de Tolède a condamné « des faits lamentables». Un de ses curés diffusait des annonces sur le Net pour vendre ses charmes « Pour femmes et couples, bien doté (15cm), je suis ouvert à tout sauf au sado, vous ne le regretterez pas, je vous ferais jouir de bonheur comme jamais », a écrit ce curé dans une annonce reprise par El Mundo. Le site du journal joint une photo du curé, torse nu, ventre rentré !

Dans quel monde vivons-nous ?
Qu’avait-on à lui reprocher
Au bon curé de Totanes
Et de Noez que l’évéché
Lui fît des remontrances amères ?

Qu’avait-on à lui reprocher
Dans ces coins paumés que Tolède
Couvrait de sa notoriété
Qu’avait-on à lui reprocher ?

Revendait-il sous le manteau
Des colliers de préservatifs ?
Tripotait-il son chalumeau
Pour tuer son fonds dépressif ?

Avait-il un penchant sévère
Pour les garçonnets du cathé
Quand la lourdeur de son bréviaire
Etait dure croix à porter ?

S’était-il égaré ce frère
A renier toute la Shoah ?
Avait-il bu tant de madère
Qu’il puait l’alcool à cent pas ?

Avait-il pris, vil infidèle
Le chemin qui mène à la Mecque ?
Avait-il pissé sur l’autel
Après avoir bu vin cul sec ?

S’était-il mis à fustiger
Le Benoît XVI pour ses errances ?
Ou s’était-il acoquiné
Aux vendeurs de désespérance ?

Avait-il brûlé des missels
Avec la flamme des saints cierges ?
Avait-il pris du vermicelle
En guise d’offrande à la Vierge ?

Avait-il écrit l’édito
Que j’ai relu dans ce canard
Et qui fustige, vade retro
Les cardinaux un peu ringards ?

S’était-il avili en Bourse
Ainsi qu’un vulgaire trader ?
Ou avait-il parié aux courses
Ses gains de funeste dealer ?

Non point messires et oyez bien
L’incroyable réalité :
Le curé à ses paroissiens
Proposait des plaisirs osés.

Et ses annonces sur le Net
Vantait ses charmes angéliques
Et pour des tarifs honnêtes
Un bonheur plus haut que mystique !

Il fourre, il fourre le Curé
Le curé dévergondé
Il a passé par ici
Et il pêchera par là !!

UNE ANNONCE FAITE AUX MARIS..et AUX FEMMES AUSSI (Parité oblige)

Oyez oyez bonnes gens ! Si vous captez cette merveilleuse radio qu'est Radio Campus n'oubliez pas d'ouïr de vos esgourdes attentives la fabuleuse émission durant laquelle je vais encore sévir !
Voici le fabuleux programme qui vous attend :

http://www.campuslille.com/index.php/les-speciales/468-debits-de-laid-du-27-fevrier

Mais oui ! Il s'agit de l'extraordinaire émission de "Débits de laids" sur 106.6 Mhz ce samedi 27 février entre 10 h et 13 h !

Qu'on se le dise au fond des ports !! Salut !

COCA : L'APPARAT BOLIVIEN (La parabole y vient ?)

En Bolivie, le vice-ministre Victor Hugo Vasquez a récemment indiqué à la presse que le projet de boisson Coca Colla «intéresse l'Etat dans sa politique d'industrialisation de la coca», outre d'autres débouchés possibles: infusions, farines, gâteaux, liqueur, dentifrice à base de coca, shampoings décoiffants, excitants érogènes, désinhibants antalgiques…

La production pourrait être lancée très rapidement, dans les quatre mois !

L’Etat bolivien se pose encore la question de savoir si la compagnie qui produira la boisson sera publique ou coopérative (une sorte de kolkhoze à la mode bolivienne). Ce qui est sûr c’est que la boisson gazeuse sera de couleur sombre et arborera une étiquette rouge ! Ainsi on annonce clairement la couleur : la Bolivie fait la guère au géant américain Coca-Cola ! Il y a de grandes chances que Coca-Colla gêne !!

Evo Morales, le Président bolivien et ancien cultivateur de coca du Chapare a placé la revalorisation de la plante «sacrée» parmi les symboles clefs de son «indianisation» de la Bolivie !

- L’écho qu’a coca sur l’éclat des quinquas ! lance-t-il en connaisseur ! Vive la feuille de coca, que nos ancêtres ont mastiquée pour lutter contre la faim et le mal d'altitude !

M. Morales est allé à l'ONU plaider la dépénalisation et le retrait de la feuille de la liste des substances interdites depuis 1961. Il veut surtout redonner un souffle à la culture de la plante divine : passer de 12 000 à 20 000 hectares le seuil de cultures autorisées pour l'usage «licite» de la feuille de coca.

Le projet devrait être adopté sans écueil par un Parlement bolivien composé de députés mâchonnant la coca à l’envi.

Le problème est que la Bolivie était, en 2008, le 3e producteur mondial de cocaïne selon les dernières données de l'ONU ! Moralès rétorque qu'il combat plus violemment le narcotrafic (26 tonnes saisies en 2009) qu'avant l'expulsion du pays de l'agence antidrogue américaine en 2008.
Mais si la surface cultivée augmente de 66,66666 % le père Morales s'apprête à prêter le flan (à la coca) à ses détracteurs américains qui diront :

- Quelle morale est-ce ?

Les anicroches avec l’Oncle Sam risquent d’être somptueuses ! Et je ne vous parle pas de l’ire de Coca-Cola qui défendra son monopole ! Chez les uns on parlera d’hommages « Colla-Terreau » et chez les autres de concurrence infâme et déloyale !!

En attendant on ignore encore où est passé Manureva. Où est passée la coque à Colas ?? Au large de la Bolivie ?

mercredi 24 février 2010

OH LA LA LA VIE EN ROSE...

L'amie gauche harasse une partie de l'UMP. Que voit-on là : Migaud, Charasse... ! Une partie de l'UMP n'en peut plus de voir le petit Nicolas nommer des socialistes plus ou moins roses à des postes importants du système constitutionnel français.

Commençons par Michel Charasse : le voilà promu « sage » du Conseil Constitutionnel par le chef de l'Etat ! L'homme aux splendides bretelles et aux cigares volumineux trônera à côté de personnages illustres comme Jacques Chirac ou VGE. Ce n'est pas vraiment une ouverture à gauche car depuis 2008 le père Charasse boudait la rose ! Il n'empêche, l'animal politique est toujours nostalgique du mitterandisme ! La question est : Mitterand était-il vraiment socialiste ?

Didier Migaud a lui été nommé, toujours par le petit Nicolas, au poste prestigieux de Président de la cour des Comptes ! Il est le remplaçant du feu Philippe Séguin ! Il rentre à la cour des contes de mille et une nuits de vérifications de comptes laissés pour compte car le rapport de la Cour des Comptes est purement consultatif ! Les magistrats de cette noble institution ne font que relever les dépenses improductives de l'Etat : surconsommation de l'Elysée, Falcone d'Estrosi, salaires irraisonnés des magistrats de la cour des Comptes eu égard à leur production écrite (un rapport) dont nul ne fait référence ou l'écho !! Tout le monde il s'en fout comme dirait mon voisin !

Oh la la la vie en rose, la vie que nous propose Nicolas très morose et qui croit nous planter dans le poteau rose à l'approche d'élections régionales à haut risque !!!

mardi 23 février 2010

LA FERME HANTEE


La Ferme Célébrités est un show de télé-réalité à la C.... comme sait en concocter TF1.
La version 2010 se passe en Afrique du Sud et les Célébrités ont vite déchanté ! Deux participantes, Célyne Durand et Adeline Blondieau, ont abandonné, victimes de piqûres de tiques, d'allergies et de malaises ! Pourvu que la fête continue !!!

Allez les tiques et sans éthiques
Piquez célébrités !
Faut que ça ferme, piquez épiques
TF1 doit sombrer !

Piquez, soyez antipathiques
Pour ce show délabré !
Piquez sans fard, sans esthétique
Tous ces pseudo-fermiers !

Piquez, piquez, soyez mythiques
A votre façon gaie
D’écœurer tous ces allergiques
De la brousse épicée !

Allez le tique, sois anarchique
Dard, dard, pas de pitié
Qu’à épuiser les antalgiques
Ils songent à se barrer !

Allez les tiques, coups fanatiques
Sabrez moi ces tarés
Qui songent par cette vie d’Afrique
Un blason redorer !!

Soyez furieusement hystériques
Piquez les sans arrêt
Que TF1 voie faméliques
Tous ses parts de marché !

Allez les tiques, semez panique
Dans la ferme du blé
Où poussent en tiges stratégiques
Des sponsors adulés.

Allez le tique, soit tyrannique
Réactive les plaies
Que ce show Fouco-Castaldique
Soit démantibulé !

Qu’il mette à la place les piques
D’un très vieux chansonnier
Ou Mimi Mathy la mystique
Ange réincarné !

Qu’il nous repasse les classiques
Le Saint, le prisonnier
Les Experts, Dallas et sa clique..
Ca sera moins mauvais !!

Ca sera moins mauvais !
Ouais !

QUAND CE RAFFINAGE SERA FINI...

Christian Estrosi, à l'époque où il était secrétaire d'État à l'Outre-mer, avait réservé un Falcon privé pour 138,000 euros afin de se rendre à une cérémonie qui devait défendre l'inscription du lagon de la Nouvelle Calédonie au patrimoine de l'UNESCO. Maintenant qu'il est ministre de l'Industrie on le verrait bien prendre souvent l'avion privé ou multiplier les kilomètres en voiture pour relancer la consommation domestique en carburant ! Il s'agit de sauver nos raffineries qu'on menace de fermer pour cause de non rentabilité !

Car Monsieur Estrosi, à l'approche des élections régionales (c'est curieux la coïncidence !) monte au créneau pour défendre la cause des grévistes de Dunkerque ! Ces derniers défendent leur steak en refusant de travailler puisqu'on leur promet un chômage programmé ! C'est le groupe Total pour lequel ils travaillent qui a décidé de fermer le site de Mardyck (banlieue de Dunkerque) en raison de la surcapacité de production, conséquence inéluctable de la chute de la demande en carburants.

La grève consiste à ne plus produire le liquide précieux qu'on retrouve dans les pompes ! Plus de raffinage, plus d'essence, plus de gas-oil ! La pénurie guette !

Le PDG de Total est un noble qui a gardé sa particule : Christophe De Margerie !

- Notre groupe, malgré la crise, s'étoffe de marge ! Ris !

Ainsi s'exprime son directeur Financier ! Et le PDG sourit dans sa grosse moustache !!
L'avenir est rose ! Celui de ses ouvriers morose !

Comme il en fut pour le secteur sidérurgique (et bien avant pour le textile), l'heure est à la dés industrialisation de secteurs en perte de vitesse ! Les raffineries symbolisent un monde qui devient dépassé quand se pointe à l'horizon le spectre du véhicule propre, électrique ou solaire ou mu par hydrogène !

Le Gouvernement se trouve pris « le cul entre deux chaises ». Il doit sauvegarder l'emploi des raffineurs tout en dissuadant les Français de brûler de l'essence à coups de fiscalité et d'incitation à l'acquisition de voitures moins gourmandes... En attendant les gratifications aux futurs acquéreurs de la future voiture propre !!

Ce problème pompe l'Élysée qui doit carburer pour trouver une solution de court terme quelque peu raffinée !!

- Nous sauverons les emplois, lance Estrosi !

Mais ce qui est dit est zèle ! Je peux m'autoriser à le croire !

lundi 22 février 2010

DU SANG ET DES LARMES

Trois évènements ont marqué les esprits et mettent en cause notre société de violence. Une violence de plus en plus jeune ; une violence que l'incarcération transforme en autoviolence (suicide)... Une violence larvée aussi...jusqu'au jour où...
C'est d'abord trois mineures, près de Grenoble, qui torturent un homme pour obtenir un code de carte bancaire.

C'est ensuite Jean Pierre Treiber qui se donne la mort dans sa prison, emportant son secret ! A-t-il vraiment tué Géraldine Giraud et Katia Lherbier ?

Enfin, c'est un homme qui reconnaît avoir kidnappé son fils et tué son ex-compagne, dont le corps avait été découvert le matin même lardé de coups de couteau à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). Le petit garçon avait été retrouvé sain et sauf après le déclenchement du plan "Alerte Enlèvement".


Elles sont trois mineures menées
Vers des manies de maux noirs
De sadisme en déversoir
Sur l’enfance sacrifiée.
Trois mineures que les montagnes
Par des cimes enneigées
Ne préservent pas des hargnes
Et des pulsions de damnées

Trois tigresses sans vergogne
Pour un trésor codifié
Vont un homme torturer
Et vas-y que je te cogne !!
Entravé dans ses suppliques
Le pauvre quinquagénaire
Subit le volcan des nerfs
De déesses sataniques.

Quand la douleur fut intense
Sous la brûlure de l’enfer
Quatre chiffres en souffrance
De ses lèvres s’échappèrent.
Quatre chiffres pour tuer
Au paradis grenoblois
Des frustrations de fauchées
Juste un temps de hors-la-loi.

Les uniformes sévères
Bientôt les interpellèrent
Garde à vue, aveu complet
« Voulait juste s’amuser ! »
La prison qui les attend
Des barreaux pour horizon
Jusqu’au jour où l’on se pend
A la barbe des matons.

Prendront-elles ce dur chemin
Que Treiber a emprunté
Pour fixer le dernier point
De son roman policier ?
Dans les geôles de France
Où s’incarcère le crime
Il demeure une souffrance
Telle que d’aucuns s’éliminent.

Quand la violence trace
Sur nos terres appauvries
Des sillons noirs de menace
La justice s’endurcit
Comme une coquille d’œuf
Fragile à tout craquement
Illusion d’un combat neuf
Que brandit le châtiment.

Illusion sécuritaire
Que ces prisons qui s’érigent
Quand le mal sorti de terre
Devient maître qui dirige.
Dérisoires bracelets
Et contrôles judiciaires
Qui n’empêchent pas le trait
Sur le destin d’une mère.

Qui n’empêchent pas la peur
De distiller son mystère…

dimanche 21 février 2010

ROBERT PANDRAUD ERRE EN PAIX ???


Retour de vacances ! Par quoi commencer ! La reprise est dure ! Bon, un peu d'hommages à "qui a causé des dommages". Il est mort, le Pandraud ! Et Pasqua de se pendre au gibet du désespoir !

Pour faire plaisir à Hortefeux cet Auvergnat est né en 1928 au Puy (Haute-Loire). C’est un fils d'instituteur, mais ne fera pas le métier de son père ! Non, il faut grimper ! Allez plus haut ! Aussi, le voilà diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, et de l'Ecole nationale d'administration (ENA) en 1953. Il aurait pu choisir la diplomatie…ce sera finalement le corps préfectoral tant il admire Papon !!

Jeune administrateur civil, il se voit affecté au cabinet du ministre de l'intérieur où il est chargé du réapprovisionnement en papier toilette sur lequel on note, au brouillon, quelques secrets policiers (noms de suspects, indication possible de circuits mafieux…). Puis il va occuper des postes en préfecture, notamment celui de secrétaire général dans les Hauts-de-Seine, lors de la création de ce département en 1967.

Il revient à la Place Beauvau au début des années 1970 ! La police le passionne : il y occupe divers postes avant de devenir directeur adjoint du cabinet de Michel Poniatowski. Il mettra deux mois pour bien prononcer le nom de son ministre de tutelle ! On est alors à l’époque de VGE et le folklore auvergnat a le vent en poupe, accordéon en tête !

Et c’est grâce à Ponia que la carrière administrative de Robert prend son envol ! Poniatowski l'installe à la tête de la direction générale de la police nationale. Il y restera jusqu'en 1978, pour devenir directeur général de l'administration du ministère. En 1981, l’arrivée de Tonton l’abat en plein vol ! Il perd des plumes ! La gauche socialiste place ses hommes de traque et de mise sous écoute !!

C’est une petite traversée du désert ! Un manque de grandes sensations coercitives ! Un désœuvrement de la matraque ! Mais, en 1983, Jacques Chirac à la mairie de Paris l’appelle :

- J’ai besoin d’un homme de confiance, un ancien flic qui connaisse les ficelles pour créer des emplois fictifs !

Robert ne peut refuser une telle proposition venant de Jacquot !! Quatre ans plus tard, quand Jacquot se retrouve à Matignon pour diriger le premier gouvernement de cohabitation (1986) il est tant satisfait des turpitudes finement soignées de son protégé qu’il le nomme ministre délégué à la sécurité auprès du ministre de l'intérieur. Et qui c’est le ministre de l’Intérieur à l’époque ? Hein ? Hein ?

C’est Charles Pasqua ! Tra la la la ! C’est génial ! Les deux hommes se connaissent déjà (les affaires de Paris, ça rapproche !) et ils frétillent de la queue et du bec rien qu’à l’idée de coincer des moins malins qu’eux : les petits dealers, les gauchistes en mal de Mai 68, les bronzés qui n’ont pas les moyens de faire du ski…

Pendant deux ans Robert et Charles formeront un tandem incroyable !

- Quand nous arrivions, les gens se mettaient à crier "Voilà Starsky et Hutch !"", se souvient, un brin nostalgique, M. Pasqua ! Bon ! On vit avec les références culturelles de son époque ! Encore heureux qu’on ne les ait pas comparés aux drôles de dames ! Mais non, suis-je bête ! Les drôles de dames…elles étaient trois !!

- Nous étions pratiquement des inséparables. J'étais plus politique, il était plus technicien", indique encore l'ancien ministre de l'intérieur !

Hé oui ! Des inséparables ! Deux pères au Quai...des orfèvres, des orfèvres ! Deux super flics qui vont rendre la vie dure aux gangsters comme… Oui, bon ! On arrête là les clins d’œil au monde débridé du feuilleton américain !

A partir de novembre 1986, les deux hommes font face à l’ire des étudiants et des lycéens qui fustigent la loi Devaquet (secrétaire d'Etat aux universités). De coups de matraques en gaz lacrymogènes les rixes perdurent jusqu’à ce que, dans la nuit du 5 au 6 décembre, un étudiant tombe, victime d'une équipe de policiers à moto !

- C’était nos "voltigeurs", disaient Charles et Robert ! De vrais pros qui travaillaient sans filet lors de filature ! Dommage, après cette bavure, on nous a dit de dissoudre ce corps exemplaire !

La victime est un jeune du nom de Malik Oussekine. Il a 22 ans. Les policiers en moto testent sur lui une nouvelle matraque décoiffante ! Le résultat est au-delà des espoirs policiers : le jeune homme s'effondre. Il mourra quelques heures plus tard à l'hôpital Cochin.

L'émotion est immense et la médiatisation intense. Tandis que Jacquot retire le projet Devaquet, Robert commente le drame : "La mort d'un jeune homme est toujours regrettable, mais je suis père de famille, et si j'avais un fils sous dialyse, je l'empêcherais de faire le con dans la nuit (...). Malik n'a jamais pu passer son bachot. Il est allé à l'école de tous les ratés de la bourgeoisie. Ce n'était pas le héros des étudiants français qu'on a dit."

Et c’est sur cette bonne phrase que j’en terminerai avec Robert Pandraud ! Je pense que j’aurai plus de cœur à la rhétorique au cours d’éloges funèbres à la mémoire d’autres Robert ! Mais Hossein et Badinter peuvent vivre encore longtemps ! Je ne suis pas pressé !!

jeudi 11 février 2010

L'EUROPE ET SA MAUVAISE GRECE

Depuis si longtemps que la belle Hélène vivait au dessus de ses moyens il fallait que cela arrivât ! La corne d’abondance que nous Prométhée les Athéniens n’était qu’une boîte de Pandore qui déverse, à présent, tous les maux d’une mauvaise gestion : déficit, risque de faillite et plan d’austérité en vue.

A force de remplir un tonneau de Danaïdes de liquidités qui s’évaporaient aussitôt, les Grecs ont vu fondre leur économie, leur toison d’or à en perdre le fil d’Ariane qui les aurait évité de se perdre dans le labyrinthe de la mondialisation bancaire !!

Ils affichent une mine aux tords et déclarent la mea culpa ! Ils se rendent compte que l’amour de l’argent est rosse ! Et ils vont Morphée, heu, morfler !!

Car les Grecs sont en faillite ! Et les méchants spéculateurs jouent à la baisse la monnaie grecque en vendant des titres d’actions de sociétés helléniques avec des coups de boutoir décisifs qui ne peuvent guère aider Sisyphe !

Dès qu’une société grecque pensera combler un petit trou de trésorerie, patatras, un roc de dettes dévalera tout aussitôt de la courbe fragile du redressement des marges ! Eternel recommencement ! Restriction, réduction de dépenses, encadrement du crédit ! Austérité !

La monnaie grecque est donc attaquée à la baisse et pourrait, selon certains prévisionnistes, devenir, dans ce cas, cendre !!

Mais, dites-moi ? La monnaie grecque…mais, c’est l’euro !! Notre euro !! Notre € !!

Mais dis donc le méchant spéculateur, quand tu revends en masse des obligations grecques ou des actions de firmes athéniennes, salopard que tu es, tu mets en danger notre euro !!

Les gouvernements de l'Union Européenne s’en sont émus !

Pour eux, à Athènes le Pirée naît, heu, le pire est né !!

Il faut aider la Grèce pour soutenir l’Euro ! Même si l’économie d’Hélène ne représente que 3 % de la zone « Euro », il faut sauver le soldat grec !! Solidarité, mes frères pour ne voir l’euro que fort ! Cette leçon d'économie vaut bien un fromage !

Les copains de la zone « euro » prendront des mesures coordonnées pour assurer la stabilité de ladite zone mais demandent à la Grèce de mettre en oeuvre son plan d'austérité budgétaire avec détermination et rigueur !!!

Certainement moins d’aubergine dans les moussaka, de feta dans les salades tyzatziki, une nouvelle TVA sur le Ouzo (ça devrait plaire aux combattants de l’alcoolisme) !!

Le Grec va subir l’affreux supplice de Tantale !! Il va lorgner sur certaines richesses qu’il ne pourra acquérir ! Il ne pourra pas racheter de nouveaux pneus et on imagine un flic local dire :

- Mais dis donc toi, tes pneus d’Audi...c’est du lisse !!

Je cite Audi mais si ça tombe (aïe) les Grecs ont beaucoup acheté de Toyota !! Ce serait vraiment l’avalanche de malheurs !

mercredi 10 février 2010

GARDE A VUE ! PRESENTEZ...LARMES !!


CA NE PEUT PLUS DURER !!

La garde à vue soulève des polémiques ainsi que des personnes à qui on demande de quitter le lit, tout en restant en pyjama pour passer un petit séjour dans un commissariat !
Ah si seulement on donnait les moyens humains et matériels pour que notre Police (service public s'il en est !) honore ce genre de séjour de plus en plus proposé !

La police n'est pas bien lotie
J'en veux pour preuve mon séjour
Au commissariat cette nuit
Disons le tout court : pas glamour !

Commencement : pour menotter
Le plus poliment mes poignets
Le policier s'y prit trois fois
Problème de clé, du moins je crois !

Dans le fourgon ça sautillait
A la moindre disparité
Excusez nous : les suspensions
Dit un flic plein de contrition !

Le froid au poste me surprit
A peine 11, givre aux fenêtres
La couverture sentait pipi
J'eus mal à voir mes songes naître !


Entretemps un vieux commissaire
Souffreteux, perdu dans ses glaires
Par deux doigts tapa mes propos
Sur un clavier très rococo !

Dans ma cellule la vieille ampoule
Avait grillé : pas d'effet joule !
Trois ans qu'on en a en commandé
Se lamenta un brigadier !

La nuit dans mon demi sommeil
Un vil arôme sans pareil
Me réveilla : c'est leur café
C'est del chirloute à bon marché !

Je les entendais houspiller
Sur les horaires élastiques
Hortefeux en eut pour ses frais
Ainsi qu'un autre politique !!!

Je suis sorti le lendemain
Le coeur empreint de désespoir
La police a besoin de mains
De matériels et d'accessoires !

C'est un métier si délicat
Qui nécessite qu'on sursoie
A des dépenses plus futiles !
Modernisons tous nos vigiles !!

mardi 9 février 2010

ESPECES PLUS OU MOINS PROTEGEES



Une tribu indienne qui juge que sa situation est similaire à celle des Na'vi du film "Avatar" a lancé un appel à l'aide au cinéaste canadien James Cameron, dans un encart publié lundi par le magazine américain "Variety".

La compagnie britannique Vedanta Resources, aurait l’intention d'exploiter les riches gisements de bauxite que renferment les collines de Niyamgiri. En ces lieux vivent les Dongria Kondh ! Les Dongria ne veulent pas mourir !

Par ailleurs, et pour la première fois en France, un bébé rhinocéros indien vient de naître au zoo de Cerza, à Hermival-les-Vaux, près de Lisieux (Calvados) ! Ca s’arrose (au calva !)

Zoo près de Lisieux
Thérèse est loin des yeux
Des mordus d'un véloce
Petit rhinocéros.

L’unicorne indien
Se déplace très bien
Dans sa captivité
Sous le feu des clichés.

Pachyderme chéri
Par fantasques Dali
Fellini, Ionesco
Reprend vie au zoo !

Si longtemps braconné
Pour sa corne censée
Etre fée d’Aphrodite
S’échappe enfin des mythes

Le voilà protégé
Car pour mieux copuler
Viagra, Cialis
Nous jouent les bons offices !

Mais au pays lointain
Où vivaient ses anciens
Pas besoin d’artifice
Pour engendrer des fils.

En tribu indienne
Les Dongria conviennent
Que la contraception
N’est pas leur obsession !

Bien plus sont-ils soucieux
Des projets dangereux
Qu’attise le bauxite
Abondant en leur site !

Exploiter cette roche
Par de géantes pioches
Détruirait la colline
Où plongeaient leurs racines.

Pour de l’aluminium
On chasserait des hommes
En sapant des forêts
Séculaires et sacrées !

On ôterait la vie
Aux Dongria s’écrie
Une grande ONG
Qui veut les protéger !

Qui écrit, à dessein
A ce grand Canadien
Le nommé Cameron
Pour qu’il change la donne !

Mais le père d’ "Avatar"
Y trouvera-t-il gloire
Autant qu’il en glana
A choyer Pandora ?

Puisque Niyamgiri
La région des maudits
Des falots Dongria
Ce n’est pas Pandora !!

Si l’argent coule à flots
En 3 D, triple show
Saura-t-il immerger
Des cupides projets ?

Zoo près de Lisieux
Bébé rhino joyeux
Goulu tête maman
Loin du feu de l’argent !

lundi 8 février 2010

LOULIA N'EST PLUS DES GAZODUCS REINE !

Les Européens, soucieux que la stabilité règne chez leur turbulent voisin ukrainien par lequel transite les livraisons de gaz russe, ont chaudement accueilli le résultat de l'élection présidentielle qui a vu la victoire du candidat pro-russe Viktor Ianoukovitch au dépend de sa rivale la blonde tigresse Ioulia Timochenko !

Le froid s’est installé pour quelques jours encore
Et la neige a couvert Washington et ses rues
La grande maison blanche se perd dans le décor
Le froid s’est installé et on chauffe un peu plus !

Et on chauffe un peu plus ce n’est pas le moment
De se priver de gaz que la Russie nous livre !
Ouvrez les robinets et que rien ne nous prive
Du trésor inflammable que Poutine nous vend.

Oh, voisin ukrainien de la sainte Russie
Tu fus bien inspiré de voter pour Viktor
Il nous garantira l’endémique transport
De ce gazeux présent qui fait défaut ici !

Que Ioulia la tigresse rentre griffes pointues
Viktor n’a pas triché en ce noble scrutin
Il est « plébiscité » en pays ukrainien
Le voilà président, il en a le statut !

L’Europe se rassure qu’un drapeau jaune et bleu
Flotte ostensiblement vers le géant de l’Est
L’énergie passera en traversant Donetz
Le chauffage assuré fait l'avenir joyeux !

Viktor auréolé enterrera bien vite
Le projet d’adhésion à l’Otan qui donnait
A Poutine-le-grand de beaux regains d’acnée !
Il ne faut pas tuer l’ours qui vous abrite !

dimanche 7 février 2010

VOL A VOILE...

Deux hommes ont choisi de se déguiser en femmes « burqanisées » pour attaquer un bureau de Poste d'Athis-Mons (91 - l'Essonne), près de Paris !

Les deux braqueurs ont pénétré dans l’agence postale en dépit des nombreux clients présents. Croyant être face à deux femmes portant le voile intégral, un employé a ouvert le sas de la banque. Mais une fois à l'intérieur, les deux hommes ont relevé le voile mais pour ne pas se faire reconnaître ils avaient mis un masque ! Munis d'une arme de poing, ils ont ensuite menacé le personnel et ont réussi à se faire remettre de l’oseille puis ils ont pris la poudre d’escampette ! Petit détail : le butin serait de 4.500 € ! Mais ce n’est pas cela le principal !!


Braquer la poste en burqa
Athis-Mons est aux abois
Va-t-on trouver les braqueurs ?
Quel toupet ont ces voleurs !

Ils voudraient discréditer
Ce noble habit distingué
Au plein cœur d’un grand débat
Que ça n’étonnerait pas !

Allez Besson et Coppé
Vous pouvez bien m’avouer
Que c’est vous les deux coupables !
Parlez, mettez-vous à table !

Où avez-vous déniché
Ces draps de corbeau grossiers
A Emmaeus ou aux puces ?
Dites-moi tout sans hiatus !

Vous êtes commanditaires
De cette sinistre affaire ?
Qui étaient les deux acteurs
Qui jouèrent les braqueurs ?

Et pourquoi cibler la Poste ?
Comment vous portez un toast
A sa mort en prévision
Après privatisation ?

La police va coincer
Des coupables tout trouvés
Dans la banlieue qu’un Kärcher
N’a pas encore su bien taire !

Ah mais, quelle machination !
La Russie et ses espions
A côté c’est du ciné !
Vous avez bien manœuvré !!

samedi 6 février 2010

MAM VA EN BAVER DES BEVUES DE BEAUVAU...

Double cliquer pour ne pas en rater une seule !!!

C’est la plus belle des embellies entre le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux et la garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie ! C’est deux là s’aiment, ostensiblement, d’un amour…vache !

Dans une lettre datée du 29 janvier et adressée au locataire de la Place Beauvau, MAM notre vénérable Garde des Sceaux tire à boulets rouges (prêtés par le PC) contre le
le nombre squelettique d'interpellations réalisées par les forces de police lors d'incidents à l'occasion des matches de football.

On peut dire qu’elle est excédée par le laxisme de son successeur (elle fut Ministre de l’Intérieur et connaît bien les vieux dossiers) ! L’apathie de Brice est d’autant plus incongrue que Mam avait réclamé, dans une circulaire, une "réponse pénale particulièrement ferme et rapide" aux violences dans les stades. Cette circulaire avait dû circuler, mais en rond et en vain, dans les circuits nébuleux du Parquet et des couloirs de Procureurs !

MAM reconnaît contre mauvaise fortune bon cœur "la difficulté d'intervention des forces de l'ordre dans ou aux abords des enceintes sportives", mais ajoute : "Il n'en demeure pas moins que l'absence ou la quasi-absence d'interpellations à l'issue des graves incidents ayant accompagné de récentes rencontres à Grenoble et à Lille ne paraît pas de nature à mettre un terme au comportement des supporters les plus violents."

L’activité épistolaire de MAM se focalise sur son destinataire privilégié : Brice ! Ainsi, une lettre débute par "Cher Brice" et s'achève par la mention "amitiés", mais le contenu se rengorge de reproches implicites, de petites phrases assassines ou d’acrostiches dont la poétesse de la Justice nous avait bien occulté les talents littéraires (1).

Ah, les tensions occuperont les temps si on les laisse se chipoter juste avant les élections régionales ! Ce n'est pas la première fois que ces deux mastodontes du gouvernement usent de la rhétorique assassine. Il n’y a pas si longtemps MAM avait reproché à Brice d'empiéter sur ses prérogatives. En l’occurrence le ministre de l'Intérieur souhaitait durcir les sanctions pénales en cas d'agression de personnes âgées. MAM avait répondu laconiquement : "Les propositions en matière pénale sont faites soit par le ministre de la Justice soit par les parlementaires ! »

Ca c’est vrai, ça !!! Alors Brice, on oublie les fondamentaux de la Justice ?

(1) En voici un exemple :

CHER BRICE, MON AMI
ON VA RESTER POLI !
NE NOUS FACHONS DONC PAS !
NOUS MENONS UN COMBAT
ARDU CONTRE CEUX QUI
RENDENT STADES EN FURIE !
DOUBLONS NOS ENERGIES !

VW : VANECK-WILSON, COMEDIENS ET PERES DE COMEDIENS

Pierre Vaneck est décédé le dimanche 31 janvier 2010 à l'hôpital à la suite d'une opération cardiaque qu'il n'a pas supportée. C'était un grand comédien qui aura dispensé son art autant sur les planches que pour le compte du petit comme du grand écran.

On peut en dire de même pour Georges Wilson qui vient de s'éteindre en ce 3 février 2010 ! Il fut aussi une référence incontournable dans le monde du spectacle visuel : théâtre, cinéma, télévision...

En dehors de leur talent ils affichent un point commun : leur décendance continuera à brûler les planches ; rassurez-vous, sans tomber dans la pyromanie. Seul leur feu décent danse !!

En effet, Pierre est le père d'Aurélie et de Thibaud qui sont deux acteurs de la série télévisée à succès "Plus belle la vie" qui installe France 3 comme concurrent redoutable pour les deux JT de 20 H (ceux de Tf1 et de France 2).

Quant à Georges, il est le géniteur du célèbre Lambert ! Un Lambert Wilson qui suit les traces de son père en jonglant entre les planches théâtrales, les plans cinématographiques et télévisuels ! Mais il ajoute une touche personnelle : le chant ! Hé oui, Lambert possède un bel organe qu'il a eu l'occasion d'échauffer pour nous gratifier de belles interprétations à la sauce jazz. Son joli timbre de baryton en a déjà charmé plus d'une !

La meilleure façon de rendre hommage à nos deux disparus était de vous renvoyer à une archive de l'INA. On y retrouve les deux acteurs dans le cadre magique d'Avignon !

http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-du-spectacle/video/I00011963/georges-wilson-et-pierre-vaneck-repetent-luther-au-festival-d-avignon.fr.html

vendredi 5 février 2010

SUFFISAMMENT PROTECTEUR DES THONS L'EST-ON ?


Des peines d'amendes ont été requises vendredi à l'encontre de cinq pêcheurs des Bouches-du-Rhône poursuivis pour avoir pris des thons rouges dans des conditions non conformes à la législation.

Le ministère public a requis une amende de 5.000 euros, dont 2.000 euros avec sursis, à l'encontre de chacun des cinq hommes.

Si je calcule bien : 5 x 5.000 = 25.000 € (dont 10.000 avec sursis) ce qui fait cher la chair de thon !

- On n’a pas le droit de pêcher, ont demandé hypocritement les marins ?
- Non, car thons rouges !
- Vous nous mettez à l’amende ?
- Comme pour la truite, a ricané un gendarme !

Les pêcheurs pécheurs comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Marseille pour des faits de "pêche maritime avec un engin dont l'usage est interdit" et de "pêche de produit de taille ou de poids prohibé".

Des contrôles ont conclu à des prises non conformes à la législation qui prévoit un poids minimal (30 kg) ainsi qu'une taille minimale (115 cm) pour les thons pêchés.

Ce fait juridique se situe dans un contexte houleux de guerre économique autour de la pêche. La France s'est prononcée mercredi pour l'interdiction internationale du commerce international du thon rouge, une espèce menacée de disparition en Méditerranée.

C’est Laurence Rossignol, secrétaire nationale à l'environnement, et Germinal Peiro, secrétaire national ruralité et mer qui se sont lancés dans cette décision qu’attendait la Commission européenne pour proposer à chaque état membre la même orientation.

Une secrétaire qui s’appelle Rossignol ne pouvait pas mieux faire pour protéger la faune !
Elle a pris cette décision et l’a signifiée à Peiro, autour d’un verre dans un bar ! Elle lui a tendu la perche :
- Gardons nous de prendre une décision unilatérale, a averti Peiro, il faut que l’Europe suive et ne reste pas muette comme une carpe !

Le PS a réagi hier à la décision de l'Etat français :
- Le gouvernement improvise une décision qui ne satisfait personne, provoque la colère des pêcheurs et la déception des ONG ! Etant donné que les volumes de capture ne permettent pas le renouvellement des stocks de thon rouge, la seule décision valable consistait à suspendre immédiatement la pêche au thon rouge, en veillant à compenser intégralement les pêcheurs du préjudice économique subi !

Il est vrai que la pêche au thon rouge concerne, en France, quelque 200 bateaux et un millier de marins !

Il ne m’étonnerait pas que le contribuable français mette la main à la poche pour subventionner les pêcheurs de thon rouge dont le manque à gagner risque de d’alimenter les entrefilets de la presse maritime et économique !

Ce serait un « Impôt-thon » qui nous rendrait un peu plus « impotent » financièrement !
Une pilule fiscale d’autant plus amère s’il s’avérait que les Japonais continuent, eux, sans coup férir, à dilapider le patrimoine marin et à exterminer des bans de thons rouges pour satisfaire leur appêtit féroce de sushis !!

Si le thon rouge doit être protégé c’est multilatéralement ! Un grand effort planétaire !

Après tout on peut avoir la santé, sans thon ! Sans thon, sans thym, sans thé, sans tout citer…

jeudi 4 février 2010

FIN DE PANDEMIE ET DEPART DU PANDA AMI...

Tai Shan, est un panda ! Un grand mangeur de bambous ! Il mange des bambous et joue pas les requins ! C’est plutôt son pays adoptif qui joue les squales à l’égard de son pays d’origine : la Chine !

Tai Shan (je ne sais pas si ma prononciation est correcte !) était une vraie vedette du zoo de Washington ! On le regrettera ! Surtout les enfants ! En effet, il s'est envolé ce jeudi à bord d'un avion spécial baptisé "Panda express" vers la Chine, terre de ses ancêtres, un voyage prévu de longue date et qui finit par se réaliser à l’heure où Chinois et Américains s’aiment autant que Staline et Trotski !

Le départ du plantigrade vers la Chine intervient, en effet, en pleine crise des relations entre Washington et Pékin, sur fond d’attaques cybernétiques visant Google (le grand moteur de recherche américain), de ventes d'armes américaines au grand rival des Chinois c’est à dire Taïwan (notamment des frégates) et… de visite programmée du Dalaï lama aux Etats-Unis.

Barack Obama a fait très fort, en ce début février, pour énerver les descendants de Mao Tsé Toung ! On peut même imaginer une guerre économique de longue durée entre la nouvelle puissance capitalisto-communiste et celle qu’on peut déjà surnommer « le vieux nouveau Monde ». Un oncle Sam, empêtré dans son endettement et la faillite annoncée de ses grands firmes automobiles, vient défier le grand dragon derrière sa muraille !!
Alors, dans tout ce conflit militaro-économique qu’un brin de politique vient pigmenter, le déplacement, aussi médiatisé soit-il, d’un panda n’est qu’un épiphénomène !

Espérons que Tai Shan saura se reproduire dans son pays d’Asie et que les autorités locales ne limiteront pas descendance à un petit mâle unique !!

mercredi 3 février 2010

LES MAINS


On connaît trop bien les mains propres
A qui l’on remet des dossiers !
Et les mains sales, concept propre
A Jean Paul Sartre, l’engagé !

Je connais aussi la main verte
De Mamie qui sans un souci
Alors qu’idées quittent sa tête
Nous fait pousser des pissenlits !

Je connais la main dans le sac
Découpée sous le ciel d’Irak
Et la jolie main au collet
Qu’Alfred Hitchcock a sublimée !

Je retiens la main sur le cœur
Des politiciens prometteurs
Et la main de ma sœur, suave
Plongée dans la culotte du zouave !

N’oublions pas la main courante
Au commissariat, suppliante !
Et la main moite de Bedos
Qui fit Sophie Daumier féroce !

Je contemple la main de Dieu
Que Michel Ange a peinte, au mieux
Sur le plafond de la Sixtine
En sifflotant prières latines !

Il y a la main de mon aimée
Qu’à mon beau père j’ai demandée
Sans compter la main à la pâte
Qui comble ma femme et l’épate !

Retenons aussi les mains pleines
Aux innocents de la déveine !
Et les mains basses sur l’argent
Qui font les voleurs de tous temps !

Et que dire de la main de fer
Dans un gant de velours, mon cher ?
Et la main tendue à l’ennemi
Pour achever un vieux conflit ?

Sans les mains, sans les mains, mon frère
Que ferions nous sur cette Terre ?
Prendre son pied deviendrait vain
A se passer d’élans de mains !

KOFI DÉCONFIT A L'ÂME À MAL À LOMÉ !

En ce 2 février 2010, sous un soleil d’Afrique qui darde de ses rayons les poils hérissés des vieux pachydermes de la brousse, le président de la Cour constitutionnelle togolaise, Abdou Assouma, a rejeté la candidature du franco-togolais Kofi Yamgnane à la présidentielle du 28 février.

Qui est Kofi Yamgnane ? Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne connaissent pas ! Kofi a été Secrétaire d’Etat sous François Mitterand ! Une sorte de représentant avant l’heure sarkozienne de la discrimination positive à la française ! Il a aussi été Maire de Saint-Coulitz (Bretagne) ! Certains l’appelle le celte noir !

Quel est le prétexte invoqué par Abdou Assouma tôt gaulé par le doute irréfragable : la date de naissance de l'ancien maire de Saint-Coulitz mentionnée sur son passeport français était différente de celle inscrite sur son passeport togolais !

Alors là ! Si Kofi s’assume à falsifier les papiers pour faire plus jeune à l’instar de certains de ses compatriotes footballeurs qui cherchent à garder le haut de la compétition en trompant tout le monde avec leur âge ; on n’en sort plus !

Un quotidien du Burkina-Fasso voit une manœuvre louche (à ne pas prendre avec le dos de la cuillère) pour faciliter la tâche du candidat sortant, Faure Gnassingbé.

Des sept candidats encore en lice, trois seulement peuvent être pris au sérieux, estime-t-il !
« Au Togo, il n'y a pas d'état civil pour les gens de ma génération, se défend Kofi Yamgnane. On mettait juste l'année. Plus tard, mes parents m'ont déclaré le 11 octobre 1945. Or le gouvernement a décidé, depuis peu, de rajouter le 31 décembre à l'année de naissance figurant dans l'état civil. Évidemment, c'est un prétexte pour m'écarter. »

Oui, car dans ce pays où les visages sont noir café ce n’est pas vraiment le racisme que Koffi choppe !!

Établi depuis février 2008 à Lomé, Kofi Yamgnane avait pourtant tout préparé dans les moindres détails. En réussissant à tenir des réunions dans la plupart des quelque 300 cantons du Togo ! Oh là, là ! Kofi est aussi malheureux que son équipe de Football qui s’est fait gravement agresser et qui n’a pu participer à la dernière CAN (Coupe d’Afrique des Nations) !

Pourtant au Togo, comme ailleurs, tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir !

Kofi peut encore soulever une irrégularité : l'arrêt de la Cour constitutionnelle invalidant sa candidature doit être signé de cinq personnes, quatre juges et un greffier. Actuellement seule une signature y figure.

Allez un petit effort les quatre autres : donnez lui du crédit et mettez à Koffi 10 (sur 10) !

mardi 2 février 2010

CECILE LUI CRIE : LAISSE TES FANS (1) !

Double cliquer car ils parlent de plus en plus bas !!!

Le chanteur Sanseverino se présente sur la liste d’Europe-Ecologie à Paris pour les régionales, a annoncé Cécile Duflot, tête de liste en Ile-de-France du rassemblement écologiste, lors de la présentation à la presse des candidats parisiens
Il ne sera pas éligible mais son nom, en 39ème position sur la liste, devrait attirer les regards de ceux qui prennent le temps de lire...des listes électorales !
Personnellement ce n'est pas ma lecture préférée et je m'intéresse davantage aux textes de chansons, notamment celles de Sanseverino où se glissent quelques perles sémantiques et littéraires de bonne facture !
J'espère que Cécile n'aura pas, par un battement de pinceaux surmontant ses iris, attiré dans sa toile le chanteur adepte de Django Reinhardt (dont on fête le 100ème anniversaire de la naissance !) !
Et que, lui répondant, Sansévérino, ne lui ait adressé un papillonnement frivole !
Auquel cas, il serait perdu pour la chanson !
Il faut réagir et ôter ses cils du flot des promesses politiques jamais tenues ! Et se contenter de chanter ! Ce n'est déjà pas si mal !
(1) Le prénom de Sansévérino est Stéphane !

lundi 1 février 2010

SI TU VOIS L'EAU GELER : LOGE LES !

Le logement est le nouveau fossé de la fracture sociale, si chère à Jacquot le retraité !

C'est la conclusion que vient de publier la Fondation Abbé Pierre dans son 15e rapport annuel. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il se trouve surmultiplié, de manière alarmante, par la crise économique.

Ainsi, la Fondation recense, en 2009, 3,5 millions de personnes mal logées, auquels s'ajoutent 6,5 millions de personnes fragilisées par la crise.

Cela fait, quand même, 1 Français sur 6 (dont 600 000 enfants) qui souffrirait de ses conditions de logement.

Et par "mal logé" on entent les logements de fortune, les vieilles chambres de bonnes sous un toit non étanche, les chambres surpeuplées où cohabitent l'étudiant en mal de bourse et ses petits frères et soeurs, les SDF, les habitations qui squattent un ami ou un voisin charitable......

La crise a entrainé l'étouffement d'un parc immobilier déjà restreint, sans compter la flambée des prix (+23% pour la vente en 5 ans) ! La conjugaison de ces phénomènes a rendu fort difficile l'accès aux logements.

Par ailleurs les taux d'endettement des ménages et l'augmentation des charges (chauffage, électricité...) finissent par mettre une touche finale et noire à ce tableau misérable digne de Dickens !

Ainsi, la Fondation propose d'imposer un quota de 30% de logements à loyer accessibles dans tout programme immobilier de plus de dix logements, une hausse de 12% des aides sociales au logement en 2010 et la mise en place de "chèques énergie" pour les plus pauvres.

Il est temps de se remuer !! Comme s'est remué, il y a quelques années, un certain Claudo (qui malgré son sobriquet n'a jamais eu de problème de logement !) et que je parodie à cette (triste occasion)

Situation 0

Je caille quand même
Sous le regard des passants
Dans mon carton tout vieillissant.
Fin de bouteille, je bois la lie
Et j’ai bien peur
De ne pas passer cette nuit
L’hiver sévit ; je me sens

Très Mal Logé
Je suis très mal logé
Les gens me connaissent
Je fais partie du quartier !
Mais ils passent sans me voir
Se détournent de moi !
Dans leur cœur il fait si noir
Le soleil n’y croît pas !

Si l’indifférence
Fait ainsi feu de tout bois !
Ce feu ne me réchauffe pas
Contre cet enfer de chaque jour
J'échangerais mon merdier pour une basse-cour
Mais je suis là, comme avant !

Situation 1

J'ai besoin quand même
D’un petit peu de courant
Mais EDF est un géant
Qui m’envoie factures sans répit
Et j'ai bien peur
Toute ma vie qu’économie
Me rende gris : je me sens...

Le Mal logé
Je suis le mal logé
Les gens me connaissent
Dans mon vieux studio meublé
Mais ont-ils cherché à savoir
Si je n’avais pas froid ?
Et pourquoi il fait si noir
Dans l’appart’ du trois ?

Et si l’eau est rance
Dans ces plomberies, je bois
Et le saturnisme m’échoit !
Contre la galère de chaque jour
J'échangerais demain mon trou pour leur séjour !
Mais je suis là comme avant...