CHERCHEZ DANS CE BLOG

samedi 16 juillet 2011

JOLY GEINT...PERD ??

Le défilé militaire de la fête nationale du 14 juillet a-t-il vocation à s’éterniser ?

Les siècles défilent et les us se délitent ! Un jour, sûrement, le défilé des armées ne vivra plus de son immanence. Il n’ira plus de soi ! Mais ce jour n’est pas encore venu et, sans doute, Eva Joly s’est montrée précocement visionnaire en souhaitant remplacer le défilé martial par un défilé citoyen !

Que n’avait-elle pas dit là !! Montée de boucliers immédiate ! Stupéfaction ! Indignation ! Propos sans complaisance voire assassins à l’endroit de la toute nouvelle représentante des Verts pour l’élection présidentielle de 2012.

Vendredi, le premier ministre François Fillon, en déplacement à Abidjan, s'en est pris à la bi-nationalité de la candidate franco-norvégienne :

- Je pense que cette dame n'a pas une culture très ancienne de la tradition française, de l'histoire française et des valeurs françaises. Ce défilé est d'abord le symbole d'une armée qui défend la République. Chaque année, nous rendons hommage à cette armée parce que cette institution défend les valeurs de la République et de la culture française. Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de Français qui partagent l'avis de Mme Joly…

Le député UMP Lionel Tardy avait déclaré, ce même vendredi, à RTL qu’il serait temps que Madame Joly rentre en Norvège !

Ambiance !

Le Parti socialiste s'est démarqué de la proposition d'Eva Joly, tout en dénonçant les propos de la droite. "Il est indigne de la part d'un Premier ministre mettre en cause l'identité française d'un responsable politique et de le faire, de surcroît, depuis l'étranger", a déclaré le patron par intérim du PS Harlem Désir !

Le monde peut s’écrouler, notre petit microcosme politique se complet, sans retenue, sans dignité, dans le verbiage pestilentiel !!

Tout cela pour une proposition qui n’a rien de saugrenu ! Rien n’empêche que, parallèlement à un défilé militaire dans certaines villes, on assiste à un défilé citoyen dans des petites bourgades écolo, antimilitaristes et soucieuses des deniers publics !!

Mais voilà ! En bonne Norvégienne d’origine Madame Joly a voulu vérifier l’adage : on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs !!

Elle n’aurait pas imaginé à quel point les œufs étaient pourris !!

Et tandis que l’Europe est râpée sans répit
Que sa monnaie minée par les spéculateurs
Cherche un plan de secours et secoue l’Italie
Madame Eva Joly braque les projecteurs !

Et pendant que nos forces dans l’Afghane galère
S’immolent au gré du vent de sottes stratégies
Erigeant l’étendard des honneurs de la guerre
Madame Eva Joly alimente l’écrit.

Tandis qu’abondamment de la chair à canon
Nourrit l’avide bouche du grand ogre syrien
Et que saigne l’envie de briser l’oppression
Madame Eva Joly l’attention nous retient.

Pendant que Mouammar pérennise folie
Acculant nos avions à prolonger l’orage
Pour des millions d’euros empreints de gabegie
Madame Eva Joly aux esprits fait ombrage.

Et tandis qu’Obama fait des pieds et des mains
Pour lever le plafond de la dette ricaine
Contre levée d’impôt que fuient Républicains
Madame Eva Joly joue de calembredaines.

Ca fait jaser Fillon, courroucer la Marine
Déraper l’UMP par la voix de Tardy
La moutarde s’étend, elle irrite narines
Polémique pollen, politique allergie !!

Quel joli défilé en ce quinze juillet
Revue des régiments en tenue de débats
Légionnaires UMP, dragons verts excédés
Hussards des roseraies faisant feu de tout bois.

Parade au paradis pour des mots pas radins
De fiel exacerbé, érigé en microbe
Qui renvoie à l’impie son français incertain
Et fait de Sieur Fillon un fieffé xénophobe !

lundi 11 juillet 2011

QUIPROQUO ALIMENTAIRE...


C’étaient de bons présents
Tout sortis du terroir…
De très bons arguments
Qui sauraient l’émouvoir !

Elle m’a dit : « Sors d’ici
N’me prends pas pour une conne ! »
Mais pourquoi m’a-t-on dit
Qu’elle était au « Bleu-Rhône » ?

samedi 9 juillet 2011

RAQUETTE ET REQUETE

Lundi, Novak Djokovic est devenu le nouveau roi de la planète tennis, le 25e numéro un mondial de l'histoire. Depuis le début de l'année, le Serbe de 24 ans courtise l'invincibilité : il n'a perdu qu'une fois en 48 matches. C’était en demi-finales de Roland-Garros face à Roger Federer.

Le Belgradois vient de gagner le tournoi de Wimbledon face à Nadal.

Parallèlement, l’ex-chef des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, a protesté tout au long de la deuxième audience à La Haye. L’ancien tortionnaire, instigateur des massacres de Srebrenica (1995) a été arrêté le 26 mai. Depuis il se présente à diverses audiences du TPI (Tribunal Pénal International) de La Haye comme un chien dans un jeu de quilles. Hargneux comme un pitbull, le vieux soldat fustige les juges qui lui présentent les 11 chefs d’accusation qui pèsent sur lui (dont génocide et crime contre l’humanité).

La beauté du geste d’un tennisman plein d’avenir et les rictus pitoyables d’un criminel de guerre : deux visages d’une Serbie qui a rarement l’occasion de faire la une de l’actualité.

Novak, par la beauté de son jeu, peut redonner la fierté à ce peuple serbe que l’Histoire récente avait plongé dans l’opprobre de l’hégémonisme sanguinaire…

Il vit en son Eden des filets consacrés
Au bout de sa raquette une gloire dressée
Lui prodigue un sourire de guerrier victorieux
Dans ce combat de court qui éblouit nos yeux.

Il vit sur le terreau des utopies fanées
Aux étraves sanglantes, au sillage de feu
Sa grogne puérile avilit le damné
Qui a marqué sa vie d’un sceau noir et hideux.

Que chantonnait Novak du haut de ses huit ans
Pendant que son ainé Ratko le tout puissant
Décimait le croissant de la Srebrenica
Et de Sarajevo avait brisé l’éclat ?

Chantait-il à la gloire de sa douce Serbie
Au cours de ses tournois de gamin prometteur ?
Tandis que les canons prodiguaient la tuerie
Le petit Belgradois corrigeait ses erreurs.

Que n’a-t-on insufflé à Ratko la ferveur
Pour la mère Patrie sous de chaudes clameurs
Sur le vert d’un terrain, sur l’argile d’un court
Par des coupes dorées, médailles et beaux discours !

Le sport sait pimenter chaque nationalisme
D’un soupçon de respect pour toute adversité
La fierté d’un pays n’y perd aucun sophisme
Et l’amour d’une terre ne voit pas sang couler.

D’un service gagnant Novak a sublimé
La fierté d’être Serbe, si longtemps complexée
Une balle liftée a frappé l’opinion
Sans dégâts ni martyrs,  mais nullement sans passion...

jeudi 7 juillet 2011

UN FILM QUI PROMET...



Un film qui ne raconte pas une vie en rose.

Un scénario cousu de fil noir, à la sauce piquante.

Pour envenimer la sauce y'a liste..de candidats qui se disputent comme des gamins en Primaire !

mercredi 6 juillet 2011

IL VAUT MIEUX RAMER SUR LA LESSE QUE... (contrepèterie)

Si vous aimez le cas Noé et son déluge, si vous aimez l’eau et tout ce qui est aqueux (ah que !) si vous aimez ramer et si l’été vous semble long et si, qui plus est, vous n’êtes pas très loin de la Belgique alors venez faire un peu de kayak sur la Lesse.

La Lesse est une jolie rivière ardennaise mais qui parle flamand avec un accent wallon. Son cours d’eau est de 89 km et sa source se trouve à Auchan, heu, à Ochamps soit près de Libramont-Chevigny ! Si vous ne voyez pas où cela se trouve utilisez Google Maps ! Je ne vais quand même pas vous joindre une carte. Un peu d’initiative que diable !!

Près de Han-sur-Lesse, au Gouffre de Belvaux, le cours s’engouffre sous la terre et se fraie même un petit passage à travers les Grottes de Han. On peut visiter ces grottes moyennant finance ! Mais là n’est pas le problème. Sauf si on est fauché ce qui est facheux !
Dehors, sous le soleil d’été, loin de l’humidité des stalactites, on peut louer un canoë (et Dieu aussi pour qu'il fasse beau temps) et descendre la Lesse. Ah quel plaisir ! Pas obligé de ramer comme Ben-Hur dans sa galère romaine à traction avant et conduite assistée ! Le courant s’avère suffisamment véloce pour vous permettre de vous relaxer ainsi que le ferait un coureur cycliste que l’EPO abandonne et qui trouverait son salut sur une petite pente montagneuse à 10 % de dénivellation !
Se laisse saouler de Lesse, si lascive mais sans silences salaces. Quel enchantement tant qu’il ne pleut pas ! On longe de jolies forêts en parcourant les méandres de la rivière. Voyage, voyage, c’est bien ce que désire Lesse. Ah y naviguer sur son cours, tel un chevalier, ne lasse pas Lesse…
Lestement Lesse te met à l’aise. Nul besoin de maîtriser les lois de la physique ou l’axiome de ta Lesse ; le courant œuvre pour toi sauf pour deux petits barrages de niveau 2 qu’il te faudra quand même bien négocier à la fin du parcours !

Mais, honnêtement, tu ne pourras jamais te dire que Lesse t’a miné !
Lesse est riche, y’a cool lit ! Une vraie détente pour les rameurs néophytes !!

- Je préfère Lesse qu’Allier, m’avouera une habitante de Moulins à paroles exaltées !
- Lesse compte, renchérit son mari banquier, j’y trouve beaucoup d’intérêt en son espace de
  liquidités…

Alors, si votre existence jamais n’a vie gaie, naviguez sur la Lesse sans attendre !!

lundi 4 juillet 2011

BANON BANON TI TI BI DI BI, BANON BANON TI TIT TI TI...


Il semblerait qu'un cas Banon se greffât sur celui de l'ex femme de chambre, alias prostituée de New-York !!

Encore un complot en vue ? Qui cette fois ci ? Le Quai d'Orsay ? Matignon ? Le Secrétariat d'Etat de David Douillet ? La chancellerie ?

Mais ça n'arrête plus !!

AH YINGLUCK, COMME TU RAVIS THAI !!


A Bangkok se taille l’an des militaires ! Les vieux généraux tout acquis à la cause du Premier Ministre Abhisit Vajjajiva devront se faire une raison : une page se tourne !

Et oui ! En Thaïlande aussi la femme est l’avenir de l’homme ! Et non plus seulement pour les massages !

Yingluck Shinawatra on l’aima sage ! Désormais on devra l’aimer combative car elle vient de gagner les élections législatives dans son pays !

-         Elle débute mais comme elle hait nos vices il nous faudra nous racheter une conduite, lance un vieux colonel décrépit aux faux airs de Chou en Lai qui aurait adopté la coupe de Yul Brinner.

La Commission électorale locale a d’ores et déjà pronostiqué une large victoire de la formation politique de la gente dame : le Puea Thaï (Pour les Thaïs) remporterait 264 des 500 sièges au parlement.

-         Elle va nous sortir des Thaïs de l’histoire, lance notre Marine nationale qui suit, non sans une certaine jalousie, la victoire de la jeune thaïlandaise !

Le Premier ministre sortant, Abhisit Vejjajiva, a reconnu sa défaite au troisième coup d’œil et a tenu à féliciter la très gracieuse Yingluck Shinawatra pour son ascension politique. L'armée thaïlandaise, a suivi :

- Il nous faut prendre royalement une nouvelle rame à neuf ! Abhisit est à bout, zut !! 

Yingluck est la propre sœur du banni Thaksin Shinawatra, l’ex Premier Ministre, chassé par un coup d’Etat en 2010 et réfugié à Dubaï. Aussi, le scrutin aura fait gagner la frangine qui représentait son propre frère !
A présent, l'ancien Premier ministre, autant attendu comme le Messie que DSK par les meutes socialistes françaises,  a estimé depuis son exil de Dubaï que son retour n’était pas prioritaire :

-         Il faut d’abord une réconciliation nationale. Puis il faudra remettre sur pied notre économie ! Moi j’ai du fric ! Je suis milliardaire ! Mais je suis bien à Dubaï ! Un doux bail ! Je pense que ma frangine est capable de réaliser ce que je lui demande à distance !

Petite dernière de neuf enfants, Yingluck tentera de conforter la confiance des chemises rouges, ces insurgés anti-Vejjajiva qui appellent Thaksin au son du tocsin :

-         Thaksin, reviens !! On t’aime ! Rejoins ta frangine !! 

Ces chemises rouges n’ont pas oublié que Thaksin a vendu toutes ses parts dans la société de téléphonie mobile de Shin Corp en se récoltant un joli magot net d’impôt !! C’était lors du putsch de 2006 qui précipita son exil ! Ils espèrent qu’il n’a pas dépensé les 2 milliards de dollars de l’époque ! Le pays en aurait tellement besoin depuis le Tsunami de fin 2004…

En attendant on fait quand même la fête : porc-thaï et porto ! Bète, ail, riz thaï, coq thaï !!

Les mots d’espoir sortent des bouches avinées : ils décollent en tas !!

samedi 2 juillet 2011

LETTRE ET MAL ETRE...



Rebondissement à Manhattan ! DSK vient de retrouver la liberté mais pas encore son passe-porc, heu, son passe-port que le juge a voulu conserver. Poils aux pieds (dixit Tron !).

Mais fini l'entretien d'un gardien hautement payé ! Terminé le bracelet électronique fabriqué à Taïwan ! Gommée la résidence surveillée au loyer prohibitif !! Récupérée la caution ! Bingo !!

La femme de ménage, présumée victime des déviances strauss kahniennes, a craqué ! Elle aurait menti devant le grand jury ! Elle aurait fait de fausses déclarations lors de sa demande d'asile aux USA ! Elle aurait téléphoné le lendemain de son agression pour demander à un ami taulard comment gagner le jackpot avec une telle affaire cousue de fil d'or ! Elle aurait triché avec le fisc !

Mais les griefs contre DSK demeurent ! Les chefs d'accusation peuvent s'arcbouter sur les expertises médicales qui prouvent une "relation sexuelle". Mais la thèse du viol pourrait faire pschitt comme dirait l'autre ! Il n'empêche ! Même si le non-lieu semble imminent il n'en demeure pas moins que DSK va trainer longtemps une casserole libidineuse !

Mais quelqu'un me disait qu'on récolte toujours ce qu'on a semé !

En attendant DSK chantonne dans sa baignoire une oeuvre magnifique (Anne se met les boules Quiès) à l'attention de cette France qu'il aime.

Cette France où les femmes victimes de viol pourront légitimement ressentir la crainte de ne plus être prises au sérieux quand elles viendront se plaindre...

Cette France où plus de 75 000 femmes sont violées chaque année, dans 8 cas sur 10 par un homme qu'elles connaissent...

Cette France où Martine Aubry se fait violence pour se représenter aux Primaires Socialistes tout cela parce qu'un jour DSK...


Depuis que je suis loin de toi
J’ai tous mes sens en émoi
Puis je repense au coup bas
Qui me cloue ici, las !
Je m’endors bien dans de beaux draps
Mais New-York c’est pas ça !!

Ma bile est rance
Et mon silence
Parfois ronge le foie.
Tu vis toujours ton bordel, oh
Quelquefois dans les journaux
Je mesure que le Sarko
Te laisse sans voix
Je vis dans un flou juridique
New-Yorkais et dramatique
Cauchemar d’Amérique

La différence,
C'est mon silence
Qu’Anne me tue parfois.
Elle restera toujours la plus belle
Pourtant  lui fus infidèle
Mais j’aurai à l'avenir
De moins déviants plaisirs
Puis j'ai le mal d’Etat parfois
Même si je ne le dis pas
DSK c’est comme ça.

Il était une fois
Toi et moi
N'oublie jamais ça
Toi et moi !

Depuis que je suis loin de toi
Du socialisme en émoi
Qui déprime, erre, restent coi

Oui, j’ai le mal des voix  parfois
Quand la Martine au combat
Semble mal aidée ; est-ce cas ?

Il était une fois
Toi et moi
N'oublie jamais ça
Toi et moi !

vendredi 1 juillet 2011

BUZZ A DEUX OTAGES...


Nos deux otages favoris ont enfin été libérés ! Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier ont retrouvé le sol français après un long séjour en Afghanistan (province de la Kapisa) sous la surveillance des Talibans. Enlevés le 30 décembre 2009 les deux acolytes de la télévision publique française vont goûter l'arôme inénarrable de la liberté après que l'Etat a négocié leur libération moyennant quelque paiement de rançon inavouée...

Hervé Ghesquière aura, pour sa part, vécu seul durant 8 mois. Loin de son compagnon caméraman et de leur traducteur Reza.


Des jours et des nuits, seul, à attendre la délivrance...


Hervé vient de passer sa 40ème journée dans ce taudis. Il a mangé sobrement le met-talibans, bête aliment ! Puis il est passé du banc au lit, du lit au banc, état « lit-banc » perpétuel ! Dehors le soleil brille, brille, brille !! Puis décline ! Il pense à sa femme, à sa mère et à son ami Stéphane. Le caméraman Stéphane Taponier ! Ils se sont fait prendre à deux ! Puis les ravisseurs les ont séparés !

La nuit tombe. Difficilement Hervé s’endort. Depuis quelques nuits l’activité onirique est délirante. Cette fois ci le sommeil l’emporte dans la France des années 30 ! Celle-là même qu’évoque Woody Allen dans son dernier film dont il ignore l’existence ! Hervé est coupé de tout ! Cette nuit là, donc, le captif se retrouve dans le Paris d’entre deux guerres. Il est assis sur une marche d’un perron d’église. Un vieux tacot ridicule s’arrête. Une dame ouvre la porte du vétuste véhicule. Elle l’invite à monter. Hervé s’exécute. Il se retrouve face à une jolie dame qui ressemble à Ségolène Royal mais en pire. La dame porte une extravagante guêpière :

GUEPIERE et TACOT NIAIS…

Puis l’image se brouille et le tacot se délite. Des spasmes fiévreux secouent le crane d’Hervé. Le reporter remue dans sa couche de fortune et se transporte dans le Paris de 1870 ! C’est la commune en simultanée avec le siège de Paris exercé par les Prussiens. Le Président Adolphe Thiers veut tuer la révolte dans l’œuf. Hervé se retrouve sur les barricades ! Les gardes républicains ont des têtes de taliban barbus. Ils tirent dans la foule ! Les insurgés cognent à leur tour ! Ils scandent : « Thiers ; tu vas payer pour tes crimes !! » :

« PAIE THIERS !! »… ET GARS COGNAIENT…

Hervé reçoit un coup de baïonnette et perd de son sang abondamment. Il se meurt sous le ricanement d’un Mollah qui lui brandit un Coran tout en lui souhaitant l’enfer. Mais à défaut d’enfer il se retrouve chez saint Pierre ! Le gardien du temple d’habitude jovial s’en prend à un catholique quelque peu demeuré ! Hervé sent pointer de la haine chez le premier Pape de la chrétienté !

GAI PIERRE HAIT CATHO NIAIS !!

Saint Pierre secoue l’abruti sous les yeux horrifiés de Hervé ! Le pire se dessine sous les traits de la victime du premier Pontife ! Hervé reconnaît le visage de son compagnon d’infortune : Stéphane Taponier. Il veut lui porter secours mais le sol se dérobe sous ses pieds. La chute est longue mais Hervé se retrouve sans mal sur le quai d’un port. C’est sûrement obsessionnel mais le quai est baptisé « Pierre » ! Il est le théâtre de manifestations déclenchées par des syndicalistes thoniers qui hurlent contre les quotas de pêche !

QUAI « PIERRE » et GARS THONIERS…

Un des manifestants lance au visage de Hervé un pavé au saumon d’Ecosse ! Et ça fait splash dans sa tête. Mille étoiles gravitent autour de son crane endolori. Il ouvre les yeux quand une voix suave lui susurre à l’oreille tout en reconstruisant sa chevelure :

TE QUIERO GARS PEIGNÉ !

Cet accent espagnol…Mais bien sûr c’est, c’est…

C’est alors que le vrombissement d’un drone le tire de son sommeil agité. Ce n’était qu’un rêve ! Et là haut, dans le ciel, un faux-bourdon est en train de repérer son lieu de séquestration ! L’espoir lui revient droit au cœur !!

Il s’en sortira ! Dans quelques heures il retrouvera RFI et des messages de soutien !!

C’est le seul lien qui lui reste avec la vie ! Il s’y accroche !

Il pense encore à Stéphane… Ecoute-t-il RFI lui aussi ?

Les heures s’écoulent, longues, longues, trop longues…