CHERCHEZ DANS CE BLOG

mercredi 31 mai 2017

CETTE FOIS-CI IL EST BIEN MORT THIBAULT, DIS (*) ?




Jean Marc Thibault naquit un 24 août 1923 à Saint-Bris-le-Vineux (Yonne) et grandit en sagesse car, petit saint, bris le vit nœud coulant : oui, il coulait des jours heureux et la moindre rixe par ses sages interventions de petit Thibault (de peu Titi beau ?)

Il grandit mais il s’ennuya ferme, dans ce milieu rural, et partit sur Paris pour se former à la comédie avec l’aide d’humour si con, heu, du cours Simon. Il se rode alors dans les cabarets pour se payer encas barrés d’irrégularité car il ne mangeait pas tous les jours à sa faim. 

Il apparaît sur grand écran dès 1944, dans un film de Louis Daquin ; un Daquin restant un nanti sceptique quant à trouver dans ce jeune homme une solution pour sauver le cinéma d’occupation.

Au lendemain de la guerre, par le plus grand des hasards, il rencontre Roger Pierre, né lui aussi en 1923, avec qui il créera un duo comique. On les voit au théâtre mais aussi dans des longs métrages, dont La vie est belle (1956 – film réalisé par ce duo) ou encore Faites donc plaisir aux amis (1969 – de Francis Rigaud).

Puis on le voit seul car au sentier caillouteux il déroge, épierre. On le voit dans Les Baratineurs (1965 – encore de Rigaud) avec le duo Poiret-Serrault (à ne pas confondre avec Soirée Perrault, contes pour enfants). Il est plein d’allant et n’a pas le coup de barre atteint. On l’aperçoit aussi  dans La femme flic (1978 – Yves Boisset) où il incarne un commissaire qui dirige une jeune inspectrice à un poste qu’on a mis où mi-août ? A Lens ! Et oui, le film est tourné dans ma chère région ! Poils au menton !

Puis, comme Victor Lanoux, il se fait piéger par une série télévisée. Lui, ne fait pas dans la brocante, il se retrouve durant 333 épisodes (maniaque de la numérologie ?) comme troisième mari de Maguy (interprétée par Rosy Varte) ! Maguy mauve, Maguy tare, Maguy née bisse haut et j’en passe… Il a dû se faire ch..(censuré), il a parfois dû trouver le temps long, le pauvre Jean-Marc dans le rôle de Georges Boissier, loin des planches, à dormir comme une souche…

Il lui faudra attendre de longues années pour retrouver enfin des rôles dignes de leur nom : De l’Amour (2001 – Jean François Richet), Féroce (2002 – de Gilles de Maistres) ou encore Mademoiselle Chambon (2009 – Stéphane Brizé d’après le roman d’Eric Holder) où il côtoie le couple Kiberlain-Lindon.

En 2010, il enterre son ami de toujours, Roger Pierre…

Il le rejoint donc, sept ans plus tard, au paradis de la déconne franchouillarde !


Salut l’artiste !


(*) En novembre 2015, le fils de Jean-Marc, Alexandre, devait, d'un tweet d'indignation, faire taire les rumeurs du décès de son père !

Par ailleurs, Mortibody, est un animal domestique attaché à Seymour dans un jeu vidéo Final Fantasy X mais on n'y trouve ni Jean Marc Thibault ni Jane Seymour et..c'est dommage, cela eût fait un bien joli couple. Enfin, je dis ça, moi, je n'y connais pas grand chose !

lundi 29 mai 2017

MACRON INVITE LE RUSSE TÔT

N'hésitez pas à agrandir l'image !


Le président Emmanuel Macron tout juste sorti du G7 de Taormine, où le climato sceptique Trump a fait figure de gland des six îliens, vient d’accueillir en grande pompe, ce lundi 29 mai son homologue russe Vladimir Poutine !
Et pas n’importe où s’il vous plaît ! Au château de Versailles ! Et oui, c’est l’occasion pour les deux hommes d’inaugurer une exposition qui célèbre le tricentenaire des relations diplomatiques entre la France et la Russie.
Et oui, en mai 1717, le Tsar Pierre 1° prenait dans ses bras Louis XV, alors âgé de 7 ans et toute une exposition est consacrée à cet événement, au Grand Trianon.
En attendant c’est le petit tri, ânon, semble lancer notre jeune Président à l’ex du KGB. Oui faisons le tri dans tous les dossiers qui te font, avec éclats, baudet et clabauder !
Sur le dossier syrien, Emmanuel Macron a rappelé qu’il était indispensable de renforcer le partenariat avec la Russie pour « assurer la stabilité et la transition démocratique » du pays. Mais il a également veillé à mettre en garde contre l’utilisation d’armes chimiques ! Sinon gare !
Puis, Emmanuel Macron a affirmé qu’il serait « constamment vigilant » sur le sujet des droits de l’Homme. Il a rappelé l’importance pour la France « du respect des minorités ». Evidemment il faisait référence aux répressions des homosexuels en Tchétchénie.  Le chef d’État russe a promis, de son côté, la « vérité complète sur les activités des autorités locales ».
Les deux hommes se sont mis d’accord pour lutter contre le terrorisme et pour rapprocher culturellement les deux pays !
-    Il faudrait que nos rapports s’accrussent, a lancé Macron en pensant à des mécènes comme Vuitton.
-         Oui, il ne faudrait pas que nos rapports mourussent, rétorqua Vladimir avec un léger tic russe, heu, rictus.
Toute une conversation en privée que les deux hommes d’état dévoilèrent lors d’une sympathique conférence de presse.
Il était temps, après, de passer à cette superbe exposition dédiée à Pierre Le Grand qui séjourna en France du 21 avril au 21 juin 1717.


Histoire de se redire que les relations franco-russes ce n’est pas que du flan !



dimanche 28 mai 2017

TOUCHE A MON POSTE, RENDS LE MEILLEUR !





On voudrait que cette affaire ne prît point autant d’importance, qu’elle ne fût pas relayée par tant de médias compte tenu de la gravité de bien d’autres situations sur notre planète ; pourtant, n’est-ce pas là l’occasion de mettre un terme à un type d’émission télévisée que d’aucuns avouent honnir tout en s’en repaissant ?

On voudrait mettre sous l’éteignoir le nom de Cyril Hanouna parce qu’il n’en vaut pas la peine, parce qu’il y a tant à s’indigner de mille autres scandales, guerres et viols sur notre triste planète et, cependant, nombre de Français, même ceux qui ignoraient le triste produit cathodique « Touche pas à mon poste » (sur C8), finissent par connaître ce monde parallèle, animé par un gourou déviant  et désormais sous les fourches caudines du CSA et de celles de la nouvelle ministre de la culture, Mme Nyssen.

Car, l’affaire est grave mais au-delà du simple cas d’Hanouna c’est une réflexion qu’il nous faut porter sur l’avenir de notre télévision, des sponsors qui l’alimentent et de la déontologie qui doit la maintenir à flot.

De quoi s’agit-il ? Dans un canular diffusé jeudi 18 mai, dans son émission Touche pas à mon poste, Cyril a piégé en direct des hommes qui le contactaient après s'être fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce.

La déontologie et un minimum d’intelligence auraient dû dissuader l’animateur à se lancer dans ce genre d’expédition médiatique. Il n’en a rien été.

Lundi matin, une quinzaine de militants LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans de France) se sont rendus au siège du CSA pour taguer le trottoir avec le slogan "Hanouna producteur d'homophobie, CSA complice".
Sur Twitter, le réalisateur Xavier Dolan a qualifié l'animateur d'"imbécile". En soi ce n’était pas un scoop, on le savait depuis un moment déjà ! Ce qui est étonnant, en revanche, c’est que certains ne s’en aperçoivent qu’à présent. Il m’aura fallu deux minutes de diffusion, un jour, alors que je m’étais égaré sur C8, par le plus malheureux des hasards, pour me rendre compte de la vacuité du personnage, de son extrême déliquescence intellectuelle qui n’avait d’égale que sa vanité.
"On peut certes rire de tout. Piétiner la dignité, c'est autre chose. Tolérer une discrimination justifie toutes les autres", s’est indignée l'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira, revenue de nulle part.
La chroniqueuse de France Inter Sophia Aram a jugé l'épisode "à vomir": "Tu es responsable d'une banalisation des humiliations que subissent de nombreux homosexuels", a-t-elle lancé à l'animateur comme si ce dernier pouvait l’entendre !
Oui, je doute qu’Hanouna soit un fidèle auditeur de France Inter et qu’il prête attention à la chronique géopolitique de Bernard Guetta ou à celle, très scientifique, de Mathieu Vidard « la tête au carré ». Il doit y avoir une certaine carence en neurones dans sa tête à curer !



En attendant, que de buzz sur les réseaux sociaux, que d’articles concoctés en flambeaux d’indignation, que de levées de bouclier : un tel déploiement pour la défense légitime des victimes de l’agitateur d’opprobre ne peut, à mes yeux, se justifier que si la cause est nationale.

En d’autres termes en finir, une bonne fois pour toutes, avec ces émissions débiles, nivelant la culture au niveau zéro et toujours susceptibles de susciter des dérapages de toutes sortes : homophobie, xénophobie, islamophobie, railleries sur le physique des gens…

Je doute que le combat ne se place sur ce terrain.

Car alors, et depuis longtemps,  il n’y aurait plus place dans le panorama audiovisuel pour une émission comme « on n’est pas couché » de Ruquier où fausses polémiques et contre-vérités se côtoient, exacerbées par des chroniqueurs incompétents. Il n’y aurait plus audience pour « Salut les Terriens » d’Ardisson, émission durant laquelle injures et propos sexistes s’épanouissent jusqu’à voir Macron se faire traiter de gérontophile par un certain Eric Brunet sous prétexte que sa femme pourrait être sa mère !

Oui, je doute que le combat ne se porte, dans ses velléités, qu’à l’encontre d’Hanouna et que rien de change à l’avenir.

Le roi déchu (en supposant qu’il le soit), lâché par ses sponsors, laissera la place à d’autres princes de la provocation gratuite, pour le plaisir d’un certain public.

Car le petit écran aime se reconstituer ces moments de pure déliquescence intellectuelle pour capter l’esprit reptilien de millions de téléspectateurs, flatter la bassesse de nos instincts et endormir l’esprit critique.

Il alimente ainsi les réseaux sociaux qui, de tweets en tweets, de réactions en humeurs atrabilaires, se ruent sur la polémique du moment, du scandale dont il faut absolument parler, de l’indignation à laquelle nul ne pourrait déroger sous peine de se faire traiter d’inconscient ou, pire, d’indifférent à la misère humaine !

Mais où est-elle la misère humaine si ce n’est dans les bateaux de fortune des migrants de la Méditerranée, dans les plaies d’Alep, dans les geôles d’Ankara, dans le désespoir des chrétiens d’Orient ou encore dans le long sanglot des homosexuels de Tchétchénie ?

Les dérapages d’Hanouna ne doivent pas occulter toutes les réflexions que nous devons alimenter pour guérir notre planète.

La télévision se grandirait à multiplier les émissions d’éveil, d’intelligence, le plus intensément portées vers l’objectivité.


Mais le cherche-t-elle ?.


Hanouna raie
Le sens moral
A nous navrer
Mal sidéral !

Hanouna crée
La polémique
A nous nacrer
D’ire homérique

Hanouna paie
En dérision
A nous napper
D’indignation

Mais Hanouna n’est qu’un produit
Parmi tous ceux de l’incurie
Qui souillent les fleurs cathodiques
De calamités névrotiques

Et que finisse gorge chaude
Pour tant de sales baguenaudes
Issues de Cyrille Hanouna
Gorge en pleurs : Syrie la noue, na !

samedi 27 mai 2017

PANGRAMME HOMOPHONIQUE



Le pangramme (du grec pan : tous, et gramme : lettre) est un "jeu de mots" qui consiste à inventer des phrases qui contiennent chacune des lettres de l'alphabet. Tout l'art du pangramme est de construire des phrases qui ont du sens et qui contiennent peu de lettres en plusieurs exemplaires.
Le pangramme le plus célèbre en français est "Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume." avec seulement 37 lettres.
Je me suis demandé, en m'inspirant du grec, si une légende ne pouvait pas m'inspirer pour ne placer que les 26 lettres !
Et oui, c'est possible en alliant l'homophonie au pangramme et en introduisant la légende.
Au pays grec, Yves, un homme âgé, mais encore très vigoureux, se décida d'aider son voisin Félix, parkinsonien ! Il lui proposa de faire ses courses, gratuitement ! La légende dit qu'à partir de ce moment de pure philanthropie, le pays ne vécut plus que sous un ciel bleu d'une beauté irrésistible.
N R J K G, I V D F L X U A  M S C Z : H T E B O.  P Y W Q !
Soit, par homophonie :
Énergique âgé, Yves aidait et Félix eut à aimer ses aides : acheter oeufs, baies, eau...Pays grec doux bleu vécut !

10 ANS DÉJÀ !


Il y a 10 ans, le jeudi 17 mai 2007, j'entrais "en résistance" contre le sarkozysme.

J'y entrais par la porte de l'humour gentil, voire grinçant.

Je me lançais dans ce blog en ignorant quel visage il prendrait ni quelle longévité il épouserait...

10 ans déjà ! Je n'ai pas vu le temps passer !

On arrive vite à la retraite, comme dirait Leprest...

10 ans que je m'échine à tenir ce blog, à l'alimenter de ma prose ou de mes vers.

10 ans que j'ai traversés dans le long couloir de la cybernétique en traînant derrière moi les événements du monde, les efflorescences de ma muse, mon âme engluée dans la magie des mots.

10 ans que vous me suivez, assidûment ou au hasard de vos temps morts.

Je tenais à vous en remercier !

VIVE OTAN POUR LES UNS, VIVOTANT POUR L'AUTRE...





Donald Trump, en ce jeudi 25 mai, après avoir vendu des armes aux Saoudiens, pleuré au mur des lamentations à Jérusalem et vu le Pape François à Rome, s’est rendu à Bruxelles.

L’homme à la coiffure jaunâtre (et que de vieux politicards rattrapés par l’âge honnissent) y venait-il pour contempler le manekken à un moment pro-pisse ou allait-il s’attarder devant une baraque pour y déguster de croustillantes frites nappées d’une mayonnaise dont la teneur minimale en matière grasse est passée de 80% à 70% par arrêté royal du 10 juin 2016 ?

Non, Mr Trump se rendait dans la capitale belge pour un sommet de l’OTAN et retrouvait 27 chefs d’Etat et de gouvernement de pays membres de cette magnifique organisation militaire !

-      J’aimerais y mettre Thermes, car barbe OTAN, avait grommelé le chef de la Maison Blanche

Trump y allait en se grattant le cuir chevelu et, squames ôtant, escamotait dans sa tête les mots qu’il serait tenté de dire et qui blesseraient autrui !

Une heure après il avait déjà oublié.

La minute de silence pour les victimes de Manchester n’y put pas grand-chose ! Trump prit la parole et fut franchement désagréable !

Le milliardaire reprocha à ses petits copains européens de ne pas suffisamment contribuer à l’effort de guerre.

-      Votre écot qui paie l’épée n’est guère épais, lança-t-il de façon martiale !

Comment cet homme, qui humilie taire, (et qui en a encore…des soldats) ? Comment lui dire que l’Europe a entrepris un réel effort pour accroître sa contribution et qu’elle s’est engagée à consacrer 2% de son PIB au budget de la défense à l’horizon 2024 ?

L’homme continua dans ses invectives avec la même brutalité qu’il avait manifesté en écartant sur son chemin le premier ministre Monténégrin Markovic lequel avait dû songer alors « relis Montaigne, hé gros ! ».

Surtout, Mr Trump omit de confirmer l’engagement de l’Oncle Sam à appliquer l’article 5 de la charte atlantique. Cet article constitue le socle de la défense réciproque car il stipule l’obligation d’intervenir pour défendre tout allié attaqué ! Serrer alliés reste la meilleure façon de soigner les blés sûrs !

Alors si les Européens se sont battus aux côtés des Américains en Afghanistan, après le 11 septembre, on serait en droit d’attendre que de futurs vilains tours jumellent et que la bannière étoilée prêtât main-forte à la vieille Europe. Cela s'avérerait bien utile, si Poutine, par exemple et d’aventure (ou réciproquement), se mettait à menacer les pays baltes puisqu’on lui a si bien laissé annexer la Crimée, en 2014.

Mais Trump, par son discours culpabilisant, ne semble pas rassurer son auditoire. 

Avec son « America First » il est prêt à tout sacrifier au nom du protectionnisme : pourquoi protéger ces « mauvais » Allemands qui vendent trop de véhicules de luxe aux USA  ? Pourquoi débourser de l’argent pour protéger des territoires qui se battent contre un autre ennemi : la défense de la planète ?

Oui, Trump n’a que faire de l’OTAN tout autant qu’il s’assoit sur les résolutions de la COP 21 en relançant chez lui les exploitations de gaz de schistes et les énergies fossiles particulièrement dégradantes pour l’environnement !


Plus que jamais, l’Europe a besoin de se protéger seule. Cet impératif suppose une défense commune avec des moyens adaptés.

jeudi 25 mai 2017

LAPONS D'EIRE A SION




HOMMES DU PONT DE L'ASCENSION (BRIDGE MAN) !


C'est le jeudi de l’Ascension
Et pour beaucoup le gentil pont
Quel beau gruyère ce mois de Mai
Oui, à quelques exceptions près !

POURQUOI FALLAIT-IL DONC QUE ROGER MEURE ?



S’il avait été réellement un espion de sa gracieuse Majesté et s’il eût été encore assez jeune pour être en service, peut-être aurait-il su déjouer l’attentat de Manchester.

Mais voilà, Roger Moore n’a jamais été un espion. Il a juste enfilé le costume du 007 pour la beauté de l’art cinématographique. Quant à la jeunesse, elle lui a tellement filé entre les mailles de Scotland Yard qu’il en est mort !

Et oui, Roger  Moore vient de nous quitter le jour même où nombre de ses concitoyens périssaient sous les éclats d’une bombe djihadiste.

Roger représente, pour moi, la meilleure incarnation de l’agent secret 007, bien plus que Sean Connery (surtout ne pas prononcer « c’est une connerie » car il en prend une douche écossaise) ou que ces acteurs plus ou moins doués qui ont succédé à ces deux monstres sacrés pour interpréter le héros indestructible.

Je suis conscient que c’est un avis très subjectif mais, que voulez-vous, Roger Moore représente au mieux et  à mes yeux (voire vice-versa)  le flegme britannique personnalisé.

D’ailleurs le cinéma ne s’y est pas trompé qui l’a qualifié à sept reprises pour se glisser dans la peau du gentleman des services secrets de la Couronne (encore très mal remboursée par la Sécurité Sociale, mais...je m'égare).

Le petit Roger naît un 14 octobre 1927 à Stockwell, près de Londres. A 18 ans, il quitte sa province, bien décidé à empoigner la vie. Le cœur léger et le bagage mince, il est certain de conquérir…l’armée ! Et oui, Roger devient capitaine dans le Royal Army Service Corps… Je vous demande un peu ! Heureusement, un grave accident de voiture lui remettra du plomb dans la tête ! Après sa convalescence, sentant que con va l’essence  martiale, il se décide d’épouser l’art dramatique ! Tac !

Il suit les cours à la Royal Academy of Dramatic Art (soit la RADA à ne pas confondre avec l’art à Dada ou loup roux doux d’août ou l’ère est d’aider ou…mais qu’est-ce que je raconte, là ?)

Et bientôt il se fait remarquer. La télé britannique l’embauche pour jouer Ivanhoé. Un rôle de chevalier qui confère un cœur de lion ! Voilà du butter dans les spinach, comme le dirait Popeye, même s’il faut se coltiner 39 épisodes et en plus en noir et blanc !

Après cette terrible épreuve marquant  d’Yves à Noé (ses costumiers) les organismes, Roger joue Le Saint, toujours pour la télé des rosbifs Mais, cette fois-ci, la dose augmente : 118 épisodes ! Un véritable calvaire pour l’acteur englué dans un rôle d’aventurier nommé Simon Templar même si s’y monte ample art de la comédie ! Jouer le Saint n’est qu’terre, lance Roger en maugréant histoire de dire qu’on ne décolle pas vers les hautes sphères divines.

La TV ? L’idée,  Roger, serait d’y déroger ! Hélas, le petit écran le capture de nouveau. Le voilà pris dans les mailles d’Amicalement vôtre ! Heureusement on réduit les doses : que 24 épisodes et, cerise sur le gâteau, la joie d’avoir Tony Curtis comme comparse ! La classe ! Roger joue le rôle de Brett Sinclair, un Lord qui joue les redresseurs de torts. Quitter un sombre saint pour jouer un saint clair ne vous fait pas monter au Paradis même si avec son pote le cœur tisse une amitié solide.

Le Paradis il va enfin le trouver avec la reconversion en James Bond. En 1973, il joue dans Live and Let Die (avec la bande originale de Paul Mac Cartney alias Boss of the Wings !). Il ne veut pas s’arrêter là ! Sinon c’est colère ! Il faut te faire vivres et ne pas te laisser, Moore, ire ! Alors on continue. En 1974, c’est l’homme au pistolet d’or (à ne pas confondre avec la piste au lait d’Ore, un micro tournage d’un ami de Haute Garonne, jamais diffusé).

En 1977, Roger récidive dans L’espion qui m’aimait où il joue avec BB, non pas celle de initiales de Gainsbourg, mais Barbara Bach, une jolie actrice jadis tentée par une carrière de chanteuse mais trop tiraillée entre les reprises de l’Aigle Noir et la cantate BW 4 !

En 1979, comme c’est un pro Roger, il continue : le voilà 007 dans Moonraker (leur Halo de thune, heu le râteau de Lune) qui, sans vraiment être un navet nous plonge dans les navettes…spatiales.

En 1981, c’est rien que pour vos yeux, où Moore joue avec notre Carole Bouquet nationale, alors encore toute en fleurs et ayant besoin d’être au parfum avant que Chanel ne s’en occupe. En 1983, Octopussy  ajoute une nouvelle pieuvre de la longévité de Roger : à 55 ans, il reprend du service dans un film qui parle d’Inde et ses temps d’œillets mais sans voir 007 endeuillé.

Car James Bond n’est jamais triste. La mort ne t’atteint pas quand sonne le glas Moore ! Alors comme le rôle est assez cool, Roger se prend une piqûre de rappel. Mais ce sera la dernière car elle est dangereusement vôtre (1985) ! Oui, il ne faut pas abuser avec le Bondage, enfin, je veux dire, la Bondérisation. Ce sera donc le dernier James Bond pour notre homme. Dans ce dernier opus, à nouveau, tandis que suent rats, Bond danse, sape, les tord, est toujours vainqueur ! Bref, la routine ! Il est temps d’arrêter ! Allez, va, gars Bond d’âge mûr !

Roger jouera encore dans quelques films insignifiants (où tu te fais, ah Moore, haché !) puis se consacrera aux Droits de l’enfance en étant ambassadeur de l’UNICEF.

Mais il se fait las, Moore ; pas las, guère d’entrain.

Alors il s’éteint, ce 23 mai 2017, à l’âge de 89 ans, à Crans-Montana, en Suisse, un peu loin de son île natale sévèrement frappée par la folie meurtrière.

On ne lui en voudra pas.


Il sera toujours le 007, magnifique et si délicieusement british !

mercredi 24 mai 2017

MANCHESTER PLEURE SES ENFANTS




L’horreur habite notre pauvre monde. L’horreur se drape dans des oripeaux d’idéologie d’un islam frelaté et nous n’en sortons plus.

Une fois encore l’Etat Islamique a frappé des vies innocentes, et, cette fois-ci, des vies de jeunes enfants, de petites fleurs des champs écloses et épanouies sous le soleil chaleureux d’une chanteuse à leur image, la jeune Ariana Grande, astre rayonnant sur la scène de la Manchester Arena, à Manchester, la 3ème ville de Grande Bretagne.

Ce mardi 23 mai, à la fin du concert de la starlette, le jeune public sort de l’enceinte où il vient de vivre un pur moment de ravissement. Il sort, la tête tout éblouie d’étoiles quand soudain la déflagration jaillit, ravageuse, bête hideuse emportant de jeunes cœurs définitivement.

22 morts et 64 blessés. Les chiffres bruts mais derrière la froide statistique tant de destins brisés, de jeunes ailes qui n’avaient pas encore pris leur envol dans le ciel adulte, des cœurs de parents venus chercher le fruit béni de leur existence, des deuils à perpétuité et l’impossible chagrin.

Un jeune homme, une ceinture d’explosifs, et toujours le même mode opératoire comme savent le commenter les spécialistes de la lutte anti-terroriste.

Un attentat suicide, au nom du groupe djihadiste, pour la gloire d’un Dieu qu’il ose appeler Allah !

Sur les terreaux de nos fragiles démocraties poussent désormais les fleurs de menace, au pollen fertilisant, emporté par les vents mauvais d’une haine qui se nourrit de frustrations, de rancœurs contre l’Occident.

Une atrocité rampante contre laquelle nous devons faire face, en gardant le noble visage des valeurs d’humanité.



Safie Rose, Kelly, Georgina
Et tant de cœurs broyés d’éclats
Dans le brasier de Manchester
Arena au cœur de l’enfer

La vie plongée dans tant d’abysses
Ténèbres au pied du précipice
La bombe humaine éteint de nuits
Les frêles bougies de la vie

Deuil alourdi de l’impuissance
Au fond de l’océan d’errance
Chorégies, sel des sanglots

La vie d’Ariana Grande
Sous un soleil qui s’est voilé
Danse un crépusculaire halo !


mardi 23 mai 2017

TRUMP SE PREND UN PEU DÉRAILLEUR...




Le président américain Donald Trump vient d’entamer son premier déplacement à l’étranger pour sortir de l’atmosphère nauséabonde de son bureau ovale. Il est vrai qu’un sale air qu’on exalte érode aura (sale air connexe altère odorat) du milliardaire : une vilaine histoire de communication d’informations classifiées et pourtant communiquées aux Russes, le 10 mai dernier. Le Président ne serait pas étranger à la fuite et dès lors on se demande : Trump, privé d’éclat, s’y fier ?
Oui, Trump fuit son pays pour échapper aux nauséeuses accusations qui pourraient lui valoir une procédure de destitution.
En effet, il a suggéré à M Comey, patron du FBI, d’interrompre une enquête visant Michael Flynn, son conseiller à la sécurité, qu’il venait de limoger. Mr Flyn avait menti à Mike Pence, vice-président, sur le contenu d’un échange téléphonique avec l’ambassadeur de Russie. En réalité c’était grave car Flynn avait assuré aux Russes que les sanctions imposées par Obama (dont l’expulsion de 25 espions) seraient bientôt levées…par voie de Bush visiblement sur les dents. Or, à l’époque, Trump n’avait aucun mandat pour négocier avec l’étranger.
Vouloir empêcher une enquête d’être menée peut être assimilée à une tentative d’obstruction visant la justice : Trump pour Comey commet coup pas commun qu’homme hait.
La destitution pourrait lui tomber dessus mais tout le système repose sur les majorités de la chambre des représentants et du Sénat. Or, les Républicains sont, pour l’instant, les majoritaires. Mais tout pourrait être chamboulé lors des élections de mi-mandat nées d’aimants damnés attirant les démocrates, en ce 6 novembre 2018 ! Le spécialiste du golden shower pourrait alors perdre sa majorité.
En attendant, fuyant ce climat délétère et muni d’un passe porc, notre chef des armées de l’Oncle Sam a fait un petit tour à Ryad, histoire de vendre des armes aux Saoudiens, de les flatter dans leur sunnisme anti-iranien et de désigner Téhéran comme l’ennemi numéro 1 !
Il n’a que faire de voir l’Iran voter majoritairement, et dès le premier tour, pour Rohani, le modéré, qui repart pour un second mandat.
-      Même si Rohani, le modéré, fait de ses mots des rets pour entraver la théocratie, il n’en demeure pas moins que l’Iran se fait perçant en Syrie avec l’aide de la Russie pour protéger Bachar, le chiite alaouite qui aime Allah neuf, a lancé Trump dans un arabe approximatif, celui de son traducteur claustrophobe mais néanmoins vegan !
Et puis Trump avait tellement à se faire pardonner de ses décrets anti-immigrations bien saupoudrés d’islamophobie que ce voyage tombait à pic tout autant que l’homme imprécis pisse sur la diplomatie dont l’effet sera vain.
Pour rassurer les rois du Pétrole, Mr Trump a tissé un long discours, en ce dimanche 21 mai. Il s’est déclaré porteur d’un message « d’amitié, d’espoir et d’amour ». Il a exhorté les pays arabes à se coaliser contre Daech, l’ennemi commun qui salit l’Islam. On l’aurait presque entendu dire que s’il vend des armes aux Émirs (l’Émir adore) c’était aussi pour qu’ils s’en servent, qu’ils écrasent définitivement l’Etat Islamique évitant ainsi à l’Oncle Sam de se salir les mains si longtemps souillées par de l’interventionnisme exacerbé.
Et puis, profitant de la proximité, il s’est rendu en Israël pour rencontrer, ce lundi 22  mai,  le premier ministre Netanyahu et apporter un rameau d’olivier en lançant « par la Paix naîtra Sion » !
Car Mr Trump ne désespère pas de décrocher le prix Nobel de la Paix pour instaurer définitivement la cessation du conflit entre Juifs et Palestiniens. Seulement il ne sait pas comment s’y prendre, il n’a pas de feuille de route. Il s’est alors rendu aux murs de lamentations et y a glissé une petite prière : mon Dieu, inspirez-moi pour que je puisse réconcilier ces deux peuples, pour me glorifier d’un Nobel et faire taire tous les détracteurs qui me cherchent des poux dans la tête !
Il a profité d’être au pied du mur pour savoir combien avait coûté l’édifice. Car il n’oublie pas qu’il doit construire un mur anti-Mexique et il cherche des devis !
Les hommes de Benjamin Netanyahu ont donné des chiffres bidons, il sentait que ceux-là mentaient, trompant sa seule âme hantée par la peur d’une destitution : c’est lamentable !
Ce soir, il va manger casher en espérant que son épouse, Mélania, appréciera, qu’elle n’aura pas un problème de colon ! Il ne sait pas mais, ces jours ci, elle est un peu chagrine voire Mossad. Des petits gestes d’énervement, le fait de repousser un geste tendre qu'il lui adressait !
Pourquoi cette crispation se fait hâte et l’avive ?

Trump croise les doigts pour que demain lui procure moins de nazes arêtes.

samedi 20 mai 2017

ITINERAIRES SYMPA - 4

Cette nouvelle planche d'itinéraires pourrait bien nous raconter l'histoire d'un jeune éphèbe partant voter en étant torturé : doit-il soutenir un PS complètement euthanasié ou voter pour les candidats en marche ?

LE GOUVERNEMENT DE L’ÂME A MA_




Ça y est, le gouvernement Macron vient d’être constitué après un petit suspense bien compréhensible pour rendre l’évènement croustillant comme des Macron dans la durée.

Le nouveau premier ministre, Edouard Philippe dont la barbe n’est pas sans évoquer celle d’un autre Edouard, lui aussi premier ministre en son temps, mais qui la portait rarement, voire jamais, a dû la jouer finement pour éviter tout débat, las, dur.

Oui comment choisir des hommes et femmes pour respecter la parité tout en ouvrant les vannes à droite, au centre (Modem), à gauche et à la société civile mais si belle comme on dit pour désigner les quidams non encartés politiquement ?

L’affaire s’annonçait corsée mais il n'est pas deal de botter...en touche. Alors Edouard, Havrais dire, avec la complicité d’Emmanuel, s’en est bien sorti.

Ce mercredi 17 mai, les deux hommes nous on pondu un gentillet groupe de combat pour les législatives. Car, ne nous y trompons pas : ce gouvernement n’est que transitoire le temps d’élire les députés. Ensuite, on verra selon la couleur de la chambre…

La barbe du Havrais, du haut de 1m90 a comme attiré, tel un phare breton étouffe crétins, des personnages qui, quelques jours avant, auraient pu appâter leurs propres électeurs dans leur propre camp. On peut réellement dire que la barbe happe appâts.

Qui sont ces poissons pêchés par le Mr Philippe, auguste, sous l’égide de Mr Macron ?

Le plus gros d’entre eux s’appelle Nicolas Hulot ! Et oui, l’homme d’Ushuaia, échoue, aïe, aïe, ah, sur une plage d’ouverture et ne sait des galets rien ! Après avoir été courtisé par moult hommes politiques il a fini par accepter d’être Ministre de transition écologique dans un gouvernement. Il a juste déclaré aux fausses sceptiques qui feignaient de le croire hypocrite :

Je rentre en ce gouvernement pour changer les choses et sauver les écosystèmes par des plats nets, recettes garanties ! Mon goût vert ne ment pas : rit Terre !

Puis viennent deux requins issus des Républicains : Bruno Le Maire et Gérald Darmanin. Ils auront respectivement le Ministère de l’Economie et le Ministère de l’action et des comptes publics. Ils marquent vraiment l’ouverture et provoquent un mini séisme dans leur camp. Le Maire se rit de donner des boutons à ses amis de droite mais le jeune Gérald (34 ans) est déjà raillé par ses pairs. Les vilaines langues lancent :

Darmanin ? Il étaie merde de tous coins !

Ce n’est pas très gentil pour le petit sarkozyste qui réclamera bientôt des comptes à tous ces Migaud, heu nigauds.

Sinon les surprises sont moindres. François Bayrou touche les dividendes de son alliance avec Macron. Le voilà nommé garde des sceaux et pour quelqu’un qui a du Pau on peut vraiment dire que la chance elle rit. Il emporte dans ses valises deux copines du Modem : Sylvie Goulard, ministre des armées et Marielle de Sarnez, ministre chargée des affaires européennes.

Jean Yves Le Drian, quant à lui, sera le seul à opérer une double passation de pouvoir. Il quitte son costume de chef des armées (sous Hollande), souhaite bonne chance à Mme Goulard puis se retrouve au Quai d’Orsay pour remplacer un sombre Ayrault.  


Quant à Gérard Collomb, Maire de Lyon, et premier fidèle parmi les fidèles macronistes, il s’occupera des poulets en évitant les bavures pour éviter de susciter les piges aux niais. Oui, le voilà nommé Place Beauvau comme premier flic de France et prêt à traquer les terroristes si le moindre délit haut naît !

Je passe rapidement sur d’autres personnages de cette équipe gouvernementale pour consacrer la fin de mon billet à Mme Flessel Laura. Et oui, la quintuple médaillée olympique d’escrime, guadeloupéenne bon teint, se retrouve Ministre des Sports ! Celle qu’on surnomme « la guêpe » y est allée dare-dare ! Est-ce crime de se plonger dans un tel guêpier comme lui reprochent certains ? Elle ne le pense pas et a sabré le champagne pour cette nomination !  Animée du feu de la résistance, (en elle l’or enfle Hessel), elle saura s’indigner et croiser le fer si, par malheur, son Ministère perdait lame de combativité.

La France se paie donc un sympathique gouvernement, loué par les apôtres de l’ouverture mais abhorré par les réfractaires à toute explosion du dualisme gauche-droite.


Le temps de poser pour la photo (ils sont venus, ils sont tous là) à l’issue du premier conseil des Ministres et il faudra se mettre au travail.

L'âme à Ma_ (cron) est en Marche !


(Sur l'air de la mamma - Charles Aznavour)

Ils sont venus
Ils sont tous là 
Ils ont délaissé le perron 
Pour les marches de l’âme à Ma-cron
Ils sont venus
Ils sont tous las
Des querelles au sein des partis
Y a même Hulot ; l’écologie
Se croit glissée sous de beaux draps
Quelques ministres font  silence
Les LR se tiennent à carreau
Le Modem prend de l’importance
Bayrou se gardera des sots !
A l’âme à Ma..

On se gausse d’avoir bien baisé
Les vieux partis fossilisés
Puisqu’elle sait courir l’âme à Ma_
Les marris aigris, nus  de grâce
Chez Philippe n’ont pas eu de place
Par contre on a tendu les bras
Aux coudes épais de la Laura !
Est venue Schiappa
Y a tant d'amour ! A l’avenir
Choiera-t-il encore l’âme à Ma_
Temps de Collomb, paix et sourires
Tout près de toi, toi l’âme à Ma_

Le père Le Drian fait le show
En restant dans cet appareil
L’après Hollande c’est l’âme à Ma_
Ferrand, Blanquer, petits nouveaux
Vivent un conte aux mille merveilles
Pourtant déjà viennent pêle-mêle
De gros dossiers sous les manteaux
C'est drôle Marielle n’fait plus sang triste
Jubile de son affectation
Elle ne voit pas de guide à risque
Dans le personnage de Macron
Ah, l’âme à Ma_

Les femmes disent en souriant
Qu’elle est bien là, la parité
Elle a fait courir l’âme à Ma_
Sylvie Goulard tout d’aise armée
Sourit fort au tout premier rang
Quand ses copines reléguées
A l’arrière ont bien moins d’allant
Marlène on n’te voit pas…

Y a du glamour, des beaux sourires
Autour de toi, toi l’âme à Ma_
Temps Darmanin, bée le plaisir  (tant d’armes à nimber le plaisir)
Sans travers, pour toi l’âme à Ma_
Que les clans tout aigris crient : « jamais
Cela ne marchera ! »