CHERCHEZ DANS CE BLOG

lundi 31 mai 2010

LE CIRQUE AMAR DINE AU BRIS !!


Ah il ne fallait pas dire du mal de Tonton ! Martine n'a pas apprécié que le petit Nicolas critique la force tranquille qui dort à Jarnac, pour l'éternité ! Il ne fallait pas la chercher sur ce terrain de l'invective gratuite ! Elle a du répondant la tigresse ! Et voilà que la Maire de Lille (et surtout première secrétaire du PS) sort ses griffes.

Elle a dit, ce 29 mai, lors d'un meeting : "quand Nicolas Sarkozy nous donne des leçons de maîtrise budgétaire, c'est un peu Madoff qui nous administre des cours de comptabilité".

Et voilà Martine qui nous compare le petit Nicolas à l'escroc de Wall Street ! C'est un peu poussé mais...il ne fallait pas l'énerver ! C'est vrai que la comparaison est mal venue et pour plusieurs raisons :

- Madoff a écopé de 150 ans de prison (alors que Nicolas hait Coppé ; mais cela ne va pas plus
loin)
- Madoff utilisait un système de cavalerie (payer les intérêts des premiers investisseurs avec le
capital des derniers entrés). Ce système a plombé les banques !! Nicolas, lui, prête à des
banques qui ne sont pas à cheval sur les principes eu égard à leur non participation à l'effort de
redressement du PIB.
- Madoff a abandonné ses études de droit ! Pas Nicolas !! Tra la la !!
- Madoff ne connaît rien à la comptabilité alors que Nicolas non plus !!

Je crois surtout que Martine voulait montrer qu'elle existait politiquement ! Donc, à l'image d'illustres prédecesseurs (Jean Marie, Nicolas hé oui, Nicolas !) elle a sorti sa petite phrase assassine comme on lance un pavé dans la mare !!

Ensuite on calcule le nombre de remous obtenus !!

C'est marrant comme jeu, non ?

Non ?? Ha !!

samedi 29 mai 2010

LES SONDAGES

Laissons les sondages
Laissons les sondages !
Laissons les là, c’est lassant
Les soi-disant dons sages des sondages
Laissons, laissons !
Les sondages bêtes,
Les sons d’âge canonique,
Les sons d’âge ingrat !
N’enquiquinons pas nos méninges
Par ces messages mécaniques
Et suivons une autre logique !

On veut tout savoir sur tout :
Ce qu’on préfère, ce qu’on abhorre
De loin ou aux premiers abords
Et il nous faut le mesurer !
Comment choisit-on ses culottes
Selon qu’on soit vierge ou taureau ?
Qui d’entre nous mange des carottes
Le dimanche après l’apéro ?
Qui de la femme ou du macho
Votera plutôt socialo ?
Et que préfère l’enfant gâté
Depuis la mort de Dorothée ?
Comment se comporte un Anglais
A qui on a ôté le thé ?
Quelle couleur portent donc les femmes
Qui lisent Figaro Madame ?

On ne le sait, on ne le sait, on ne le sait que trop !
On rebat les, on rebat les, on rebat les journaux par ces propos :

Cinquante pour cent des persans sont perçus comme d’impurs serpents.
Trente pour cent des alcoolos boivent de l’alcool à vingt pour cent.
Dix pour cent des Franc-Comtois comptent encore des francs à l’ancienne.
Vingt pour cent des Antillais préfèrent le rouge au lait entier...
Les Bretons ont en moyenne deux virgule quarante sept enfants :
Pour le calcul des allocations ce n’est pas évident !
Cent pour cent des verts voteraient rouge avec un chèque en blanc
C’est fou c’que les gens sont bizarres quand on parle d’argent !

Laissons les sondages
Laissons les sondages !
Laissons les là, c’est lassant
Les soi-disant dons sages des sondages
Laissons, laissons !
Les sondages bêtes,
Les sons d’âge canonique,
Les sons d’âge ingrat !
N’enquiquinons pas nos méninges
Par ces messages mécaniques
Et suivons une autre logique !

On veut connaître son moi :
Quand ? Comment ? Pour qui et pourquoi ?
On doit pouvoir tout expliquer
Par des enquêtes détaillées.
Quels sont ceux qui font du vélo
A la moindre panne de métro ?
Qui dit qu’la vue des seins trop pèse
Dans le décor de Saint-Tropez ?
Qui croit encore au paradis
Qui ne soit fiscal ni maquis ?
Combien de nous font du stretching
En écoutant Prince ou bien Sting ?
Qui voudrait voir le Président
En salopette plus souvent ?
Combien seraient prêts à manger
Du flan avec du cassoulet ?

On vous dit qu’ça, on vous dit qu’ça, on vous dit qu’ça permet
De mieux situ, de mieux situ, situer des sujets tant abordés :

Trente pour cent des grands malades ne disent que des mots d’alités.
Vingt pour cent des gens, en gagnant plus, beaucoup de chic auraient.
Et plus de trois quarts des chanteurs sont dans tous les cas barrés
Par des vedettes sacrées à la baraka baraquée.
Soixante-dix pour cent des italiennes sont très ravies au lit
Les trente pour cent autres sont chocolat ou bien font aïe au lit.
Vingt pour cent de la pédale ont un vilain petit vélo ;
C’est fou c’que les gens sont bizarres dans ce monde nouveau !

Mais

Laissons les sondages
Laissons les sondages !
Laissons les là, au salon
Les soi-disant dons sages des sons d’âge..
Laissons, laissons
Les sondages bêtes,
Les sons d’âge canonique,
Les sons d’âge ingrat !
N’enquiquinons pas nos méninges
Par ces messages mécaniques
Et vivons d’une autre logique…

mercredi 26 mai 2010

LA RETRAITE A 60 ANS : UN MYTHE ERRANT ?

Mais qu’est-ce qui lui a pris encore une fois ? Non mais franchement ! Franchement ! Il ne lui suffisait pas de nous ressortir la lettre de Guy Mocquet ou les mille colombes de Mireille Matthieu ! Il fallait encore et toujours ! Toujours plus dans la résurgence du passé ! Cette fois ci le petit Nicolas nous a ressorti le fantôme de Mitterrand ! Carrément ! Bon, pas vraiment pour lui rendre hommage. Jugez plutôt :

- Vous savez, quand on pense à ce qu'a fait François Mitterrand en ramenant l'âge légal du départ à la retraite de 65 à 60 ans... On aurait beaucoup moins de problèmes s'il s'était abstenu…
Du grand art ! Du très grand Nicolas Sarkozy ! Je parie même que sur ce coup là Guéno, son nègre, n’y est pour rien dans la sémantique !!

C’était lors d’une réunion informelle, entre intimes de l’UMP, à Beauvais, dans l’Oise !
Mais à Beauvais nul ne s’émeut : ah, mauvais, nuls, neuneu ces bœufs !! Ils avalent tout ce que dit le chef ! Si vraiment la retraite à 65 ans avait dû être rétablie libre à Mr Chirac de réaliser le retour au source !!

Non, laissons les morts dormir et ne refaisons pas l’histoire !! Ce n’est pas en cherchant des boucs émissaires parmi les macchabées que la France va trouver des solutions à des problèmes endémiques !!

J’espère que le neveu de tonton va lui en causer deux mots au petit Nicolas !!

mardi 25 mai 2010

RETRAITONS LA RETRAITE...

A l'heure où, sous la surveillance du marché financier, notre pays vise à diminuer ses déficits divers (voire de printemps) force est de constater qu'un levier de manoeuvre consiste à réduire les trous de la Sécurité Sociale et notamment de la fameuse branche "vieillesse" !

Ah ! La branche "vieillesse" et ses bourgeons qui se multiplient chaque année avec l'allongement de la vie !! Il faut payer nos retraites..enfin, celle de nos aïeux !

Les pistes de réflexion ne manquent pas : augmenter les taux de cotisation, retarder l'âge légal du départ à la retraite (actuellement de 60 ans), augmenter le nombre de trimestres de cotisations (165, 166 ??), faire payer les riches et démanteler le bouclier fiscal, accroître l'assiette de calcul des cotisations...

A bien y réfléchir les paramètres sont multiples : démographiques, économiques, sociaux, politiques...

S'il nous faut travailler plus longtemps (sous prétexte que l'espérance de vie s'accroît) pourra-t-on profiter pleinement de notre retraite (enfin gagnée) avec les risques encourus de virus mutants, de pollutions diverses, de cancer à retardement, de pincées d'Alzheimer à la sauce parkinsonienne ?

Et s'il nous faut oeuvrer plus durablement quand laisserons-nous les générations montantes nous remplacer ? Devront-elles chômer plus durablement le temps qu'on collectionne nos petits points de retraite ?

Pas simple, pas simple...


Un jour je serai retraité
Si le bon vent peut me porter
Jusqu’à cet âge canonique
Où l’on peut changer de musique.

Où l’on peut changer de braquet
Tout doux, tout doux sans s’affoler
Loin des horaires mécaniques
Et des contraintes despotiques

Un jour je serai retraité
Mais avant j’aurai végété
Dans une ambiance lymphatique
A bout de sève énergétique.

Usure et pénibilité
Déambulateur patenté
Tiendront ma vie fantomatique
Par des sursauts automatiques.

Un jour j’aurai enfin glané
Tous mes trimestres bien comptés
Et laisserai ma place épique
A la jeunesse dynamique.

Aurai-je alors assez de blé
Pour enjamber la pauvreté
Sans parler de gains mirifiques
Tout au plus vivre sans panique !

Aurai-je encore la volonté
Et le dynamisme associé
Pour voyager jusqu’au Mexique
Au Canada, en Martinique ?

Ou me serai-je trucidé
Au fil de cette activité
Qu’on voulut me rendre élastique
A des fins très économiques ?

Et dans ce port enfin gagné
Où mon vieux corps pourra nager
L’échelle sera-t-elle famélique
Ou d’envergure kilométrique ?

La relève en mille métiers
Pourra-t-elle assez cotiser
Pour assurer ma vie ludique
Sans tracer de lignes drastiques ?

Aux canicules vais-je échapper ?
Saura-t-on bien m’immuniser
Contre les microbes cycliques
Et les maladies endémiques ?

Ou serai-je un vieux déprimé
A m’écourter la destinée
En mesurant mon poids critique
Dans le budget des gens toniques ?

Un jour je serai retraité
Dans les quinze ans ? Ou bien après ?
Bien malin qui peut, dogmatique
Nous fixer l’horizon chronique…

lundi 24 mai 2010

L'ANEMIE HELAS ASSENA DE SANG LAS LASSANA !


Lassana Diarra n’aime pas l’altitude ! En stage à Tignes avec l’équipe de France il a ressenti un malaise ! Vendredi le milieu de terrain a dû déclarer forfait pour la Coupe du monde en raison d'une forme d'anémie, la drépanocytose, maladie génétique assez courante qui entraîne une modification de la forme des globules rouges et affecte donc le transport de l'oxygène dans le sang.

Si c’est génétique on aurait dû le savoir ! D’ailleurs on le savait : sur son site internet, le Real Madrid (club mythique dans lequel joue Lassana) écrit que Lassana Diarra souffre d'un "syndrome asthénique dû à une anémie à hématies falciformes".

Je ne comprends pas tout mais visiblement notre cher Lassana ne pourra partir en Afrique du Sud car il est en chemin damné mis !!

samedi 22 mai 2010

RETOUR SUR LES PLANCHES...

On vient de m'envoyer par mail la magnifique affiche qui annonce un festival de la chanson française comme il s'en produit des centaines en France chaque année.

La spécificité de ce festival est...ma présence ! Hé oui, votre dévoué serviteur sera présent sur les planches de la Ferme Dupire (V Ascq - 59) le soir du 17 juin 2010 !

Un retour sur scène après 6 années de...rien ! Enfin rien... Si peu ! Juste un petit blog que j'entretiens régulièrement !

Le programmateur a annoncé mon show de cette façon :"Fabien Jansens par Fabien Janssens"
Pourquoi pas ! On est sûr de ne pas se tromper (à un S près !)

Bon, il me reste même pas un mois pour me préparer, sortir la guitare de la housse et m'y dégourdir les doigts. Refaire les gammes ! Heureusement au piano j'assure un peu plus !!

Venez me voir nombreux car je ne me produis que tous les six ans !

(PS : je partage la soirée avec Dominique Bos : il est très bien ! Si, si...)

A AURELIE

Aurélie Fouquet était une jeune policière municipale. Elle a été abattue, jeudi, lors d'une fusillade dans le Val-de-Marne ! On l'a nommée chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume, selon un décret paru samedi au Journal officiel.
"Tuée dans l'accomplissement de son devoir» selon la formule appropriée !

La jeune femme, mère d'un enfant, a été touchée par trois balles à la tête et au thorax. Elle a succombé à ses blessures après avoir été hospitalisée d'urgence. C'est la première fois qu'une policière municipale est tuée par balles en mission. Ses obsèques auront lieu mercredi.

Ils ont fauché ta vie comme on fauche l’ortie
Impitoyablement contre l’ombre nuisible
Sans humeur ni remords, loin de troubles visibles
Ils ont fauché ta vie, dans un vent de folie.

Tu respirais la vie qui brodait ta jeunesse
De guirlandes d’amour pour l’enfant désiré
De tressages subtils d’humour et d’amitié
Pour ces cœurs policiers de fragile rudesse.

Ils ont fauché ta vie dans le printemps qui chante
Trois éclats foudroyants et ton sang qui s’écoule
L’uniforme de blanc que le rouge chamboule
Sera pour très longtemps cauchemar qui les hante.

Ils ont fauché ta vie et qu’importe l’honneur
Qu’on exhibe en ce jour pour draper ta mémoire
En d’infimes regrets, en légion dérisoire
Ils ont fauché ta vie et demeure l’horreur !!

Tu étais Aurélie, jeune fée policière
Trop fragile colombe face aux loups prédateurs
En service tombée, dans l’immonde fureur
Qui emplit peu à peu le monde et ses ornières.

Ils ont fauché ta vie et déjà ton trépas
Alimente l’émoi des franges politiques
Responsabilité agite polémique
Qui faillit que déjà tu prisses l’au-delà ??

Ils ont fauché ta vie et subsiste la peur
Trop sournoise gangrène, métastase morbide
Dans le corps des cités où s’instaure le vide
Jusqu’au jour où la mort les remet à l’honneur...

vendredi 21 mai 2010

EST-CE QUE CE MINISTRE A PART TE MENT ?

Transparence quand tu nous tiens !! Le Ministre de l’Industrie joue la transparence ! Non qu’il veuille lancer la vague des métaux transparents ou des PVC du même acabit ! Non, que nenni ! Il joue la transparence informative, médiatique !

Un sale petit canard a enchaîné les allusions sur sa forte propension marginale à disposer habilement du système. Oui, le vilain journal a accusé le Ministre de profiter de deux logements de fonction financés par des fonds publics !

- Ah c’est comme ça, a lancé Christian, et bien je vais leur montrer que je ne triche pas avec l’argent du contribuable !! C’est vrai que je dispose d’un appartement rue de Lille (à Paris) mais je n’ai pas d’appartement rue de Paris (à Lille). Oui, j’ai aussi un bureau au « ministère » mais il ne me sert pas uniquement à loger ma fille comme peuvent l’écrire de mauvaises langues !!
Et pour que nos concitoyens puissent juger de visu notre spécialiste de la moto a fait visiter à la presse les deux appartements en question !

- Ils ne coûtent pas un radis à l’Etat (rire de certains journalistes, pouff, pouff…) car ils font partie des logements de fonction dont dispose le ministère. Mais vous savais, je ne détiens pas à titre personnel d'un appartement à Paris et j’aurais pu choisir de louer un 120 m2 aux frais de la République, si, si (pouff, pouff, pouff !!) ! Et je ne l’ai pas fait ! Alors camembert !!

Le premier appartement, situé au 80, rue de Lille, ( 7e arrondissement de Paris), est un trois-pièces sans ascenseur situé dans l'aile gauche de l'hôtel de Seignelay : une annexe du ministère des Finances. On y compte péniblement 70 m2 limite confortables, sans signe ostentatoire de richesse insolente. Ce F3 au deuxième étage s'ouvre sur un séjour et s’agrémente de deux chambres, d’une cuisine indépendante (donc sans étiquette politique !) et une d’une salle de bain d’où s’échappent des fragrances de Channel !

Il faut dire que Christian partage l’appartement avec une de ses filles. Une autre, qui poursuit actuellement ses études à Toulouse (sans toutefois les rattraper), y vient également épisodiquement.
- Dans ce cas je lui laisse la chambre mais elle s’engage à nettoyer et à passer l’aspirateur, lance le papa ministre.
Pour persévérer dans la bonne voie et dans la bonne foi, le ministre organise dans la foulée la visite du deuxième appartement évoqué par le vilain Canard . Mais tout à coup Christian s’aperçoit qu’il a un rancart avec le Conseil des Ministres !

- Et Dominique, tu peux me remplacer ?
- Pas de souci Christian, je me charge de la visite ! Allez file, Nicolas n’aime pas les retardataires !
Dominique c’est Dominique Lamiot, le secrétaire général du ministère de l'Économique et des Finances ! Un homme de confiance, l’ami aussi ! Lamiot-ci présent présente les locaux "mis à disposition" de Christian , à Bercy même !!
Il s'agit d'un duplex sans complexe ni annexes de 50 m² composé d'un salon avec vue sur la Seine (susurre la veine !), d'une kitchenette et, à l'étage, d'une chambre et encore une salle de bain. Face à la presse les conseillers du ministre refusent de parler d'un second appartement de fonction :

- C’est un lieu à la disposition du ministre, dit l’un !
- Il n’y vient qu’exceptionnellement, renchérit l’autre !
- Un tout petit pied à terre, confirme un troisième
- Un zone de retranchement, affirme un quatrième, quand les réunions de Bercy commence à
gonfler notre brave Christian !
- Une parenthèse immobilière, susurre un cinquième
- Une garçonnière élégante, se permet un sixième !

Retenons de cet épiphénomène qu’Estrosi dispose (répartis sur deux logements) de :

- deux cuisines
- trois chambres
- deux salles de bains
- 120 m²

On est quand même loin de « l’Affaire Gaymard » ! Vous vous souvenez ?
Gaymard, le ministre de l'Économie et des Finances de Jean-Pierre Raffarin ! On se souvient que Bercy lui avait loué brièvement un duplex de 600 m² pour 14.000 euros par mois !!

Les programmes (actuellement connus) de visite des monuments « historiques » occupés par les Ministres :

- Le 22 mai 2010 : visite du logement de Mme Bachelot. Guide : Rahma Yade
(détention d’une carte de presse obligatoire)
- Le 29 mai 2010 : visite des différents F3 de B. Kouchner. Guide : C. Ockrent
(non titulaire d’une carte de presse ou d’adhésion à MSF s’abstenir !)

mercredi 19 mai 2010

COURT SEJOUR EN GEOLE POUR COURJAULT


La mère des «bébés congelés», Véronique Courjault, est sortie de prison vendredi, la justice ayant accepté sa demande de liberté conditionnelle.

C’est le 23 juillet 2006 que son mari, Jean-Louis Courjault, en voulant prendre une mégapizza aux fruits de mer dans le congélateur s’aperçoit que l’espace frigorifique est déjà occupé par deux bébés !!! La scène se passe à Séoul (Corée du Sud) et jette un froid dans ce pays traditionnellement chaud !

- Chérie, c’est normal ces deux bébés dans le congélateur ?
- Deux bébés ? Comment ? Fais voir !! Ah oui ! Deux bébés !!

Face à l’étonnement de sa femme et en proie à l’inexplicable Jean-Louis adoptera la même attitude que celle de son épouse. Le couple niera «être les parents», mais les tests ADN finiront par avoir raison de leur forfaiture !

Véronique finira par admettre trois infanticides (le premier avait eu lieu en France en 1999 : Véro avait utilisé le feu !). Le 18 juin 2009, elle est reconnue coupable par la cour d'assises d'Indre-et-Loire et condamnée à 8 ans de prison.

Mais, avec le système des remises de peine, le tribunal l’ayant condamnée en juin dernier savait pertinemment qu’elle resterait moins d’un an en prison eu égard aux trois années de détention déjà effectuées !

Ce qu’il faut surtout retenir de cette histoire est l’introduction possible d’une nouvelle infraction dans le Code pénal : le « néonaticide » !

De Néo NA « nouveau né » et du suffixe « cide » « tuer ».

Il s’agirait de bien différencier «les mères qui tuent à la naissance des mères qui tuent un enfant».

Tout est question de relativité, comme dirait Einstein (que sa mère a bien fait de laisser vivre !). Il s'agit ici de relativiser le crime, comme « néonaticide » entre l’avortement et l’infanticide.

Après la dépénalisation de l’infanticide prénatal (l’avortement – Loi Veil de 1974), qui est devenu un «droit» des femmes, on s’acheminerait donc vers la dépénalisation du « néonaticide », l’infanticide postnatal ayant déjà, du reste, été supprimé du Code pénal en 1994 (on le considère comme un avatar d’un meurtre de nouveau-né).
On n'est donc plus très loin de priver le nouveau-né du statut d’être humain.
Au point où on en est on sera à même de manipuler à tout va les embryons congelés (en surnuméraires) en ayant révisé les lois bioéthiques !

En décembre dernier, la cour d’assises du Bas-Rhin a acquitté une certaine Valérie Goeller, qui encourait jusqu’à 30 ans de prison pour privation de soins ayant entraîné la mort de son nouveau-né.

Comme dans le procès Courjault, c’est le «déni de grossesse» qui a été au centre des débats. Pour ses trois bébés supprimés , Véronique Courjault a été condamnée à 8 ans de prison qu’elle n’a pas accomplis et loin de là !. Pour le bébé qu’elle a regardé mourir, Valérie Goeller a été acquittée…
J'ai donc le droit de tuer mon bébé puisque je ne savais pas que j'étais enceinte !!
Je ne nie pas que le déni de grossesse soit une réalité (attestée par de nombreux médecins) mais je crains qu'il ne serve d'alibi pour le moindre infanticide !!
Franchement, ça laisse à réfléchir !!

mardi 18 mai 2010

UN FILM QUI PERSE !!


Le premier diplomate de France semble avoir réussi sa mue dans le septième art. Bernard Kouchner, poussé par sa compagne Christine, n’a pas démérité pour son premier film. Une production sobre, mais efficace. Des décors empruntés à des studios iraniens. Une belle histoire sur fond d’espionnage.

Le ministre a dû demander la permission d’utiliser le titre « l’échange » à Clint Eastwood et à Taylor Hackford qui, tous deux, avaient déjà réalisé un film libellé des mêmes mots. Puis il s’est mis au travail…

La première scène du film se situe à Téhéran. L’infâme Ahmadinejad, qui vient d’être réélu, gouverne l’ancienne Perse et combat impitoyablement les ennemis du pouvoir. Ses policiers surprennent une jeune française, Clotilde (jouée par Clotilde Reiss, étonnante !), en train de prendre des photos d’une manifestation antigouvernementale. La jeune femme est très vite incarcérée puis jugée. La France fait des pieds et des mains pour qu’elle soit extradée mais le pouvoir iranien refuse. On trouvera alors un compromis : Clotilde devra rester en Iran, en résidence surveillée à l’ambassade de France.

Ahmadinejad va alors chercher à utiliser cette proie pour tenter un échange ! Il aimerait récupérer le tueur Ali Vakili Rad qui, jadis, avait brillé dans l’élimination physique d’un ancien premier ministre du Chah.

Kouchner a la brillante idée d’insérer dans son film des reportages de l’époque ! Car son scénario se base sur des faits réels ! La voix off qui commente l’actualité de l’époque est assurée par Frédéric Mitterrand. Je me permettrais un petit reproche : cette voix lasse avec son petit goût de suranné, déjà entendu…

Ali Vakili Rad pourrait donc rentrer au bercail en échange de la jeune Clotilde. Mais le Président de la République française s’y oppose lors d’une interview télévisée (excellent Nicolas Sarkozy qui joue son propre rôle avec une aisance extraordinaire).

Cependant les jours passent et la real politique reprend ses droits. Bernard Kouchner a intentionnellement voulu montrer le poids des exigences politiques et de la théorie de l’échiquier international dans les transactions diplomatiques ! Il sait de quoi il parle ! Le refus de Sarkozy s’étayait sur l’argument du chantage ! Le Président français refusait de se plier au vilain jeu du dictateur iranien. Il devra, in fine, changer d’avis !

Finalement, le maître de l’Elysée avalisera l’idée d’un échange d’une jeune femme amoureuse du persan contre un ancien Moudjahidine du peuple ayant déjà purgé 18 ans de prison !

Le film nous sort alors une scène étonnante comme seul le cinéma est capable de générer. La caméra zoome en très gros plan une main velue prolongée de doigts tremblants. On écoute la respiration de l’homme qui va écrire mais on ne voit pas son visage. Les doigts bégaient en saisissant un stylo plume au corps nacré. L’arme à encre appose une signature : on lit, en un flash, « Hortefeux » ! Le Ministre vient de signer un décret autorisant l’expulsion de l’ancien meurtrier !

La fin du film est un peu bâclée (restriction budgétaire ?). En trois minutes le spectateur avale une rapide scène de décollage : Vakili Rad repart vers l’Iran après avoir attendu que les cendres d’un volcan cessent de contrarier la visibilité de l’azur. Puis on aperçoit Clotilde sur le perron de l’Elysée, tout sourire. Une petite musique de fond sert de prélude au générique. On reconnaît la chanson « Quelqu’un m’a dit » de Carla Bruni réorchestrée par Barbelivien…

lundi 17 mai 2010

L'ALCOOL HAPPE HEROS !!


Un jeune homme est tombé d'un pont jeudi, à Nantes, lors d'un apéro géant organisé via le réseau social Facebook ! Les politiciens de tous poils se sont prononcés contre une interdiction mais souhaitent un meilleur encadrement.

Le ministre de la Jeunesse et des solidarités actives Marc-Philippe Daubresse a estimé vendredi que "l'interdiction totale" des apéros géants, "ça ne marche pas", et prôné "des mesures de prévention nouvelles". "Il faut évidemment avoir une attitude 'ordre public', mais aussi et surtout mettre en place des mesures de prévention nouvelles,"a expliqué le ministre au micro de RTL.

"Ce n'est pas en fermant les yeux devant la réalité de l'évolution de notre société que l'on va la résoudre: il faut traiter les causes et non pas les conséquences", a-t-il ajouté.

En attendant les apéros géants vont continuer à essaimer leur fièvre festive pour le plus grand bonheur des vendeurs d’alcool, des viticulteurs et commerçants de spiritueux.

Il faut dire que la crise se prête bien à ses débordements de beuverie très rabelaisiens !

Voici un petit texte bien pétillant à cet égard.


Dans la trame des relations les pas se tissent. Mais sur la toile un book a montré ses charmes dans un coin trop cordial et qui brandit des invitations.

Une invitation chérie à venir vers Moutes ou dans le Calvados ou même à Chambéry pour festoyer en communauté : Facebook lance les apéros géants !!

Des méga fêtes où on se lance d’amères piques, on brandit l’arme à niaque qui cogne activement contre l’infortune qu’on ne peut plus saquer !

L’artiste marri brise art et s’abandonne dans l’absinthe en parlant avec un ex ambassadeur qui a épousé une ancienne bénédictine !

Des dialogues démarrent, salamalecs, de type cordial au cœur d’un bourg bon. Bon !!

De bonnes cures à seaux de sangria permettent de se désinhiber ! Les gens si ânes se trouvent moins bêtes à fréquenter jungle ou zoo ! Les langues se délient ! On peut enfin ramener sa fraise que la gêne épie timidement.

Pour changer l’ode-vie il fallait bien que le mal y bût ! On oublie les boissons insipides : l’envie de thé qui l’a ?

La crème floque l’œsophage, liquoreuse ! L’épine au pied du mur s’estompe et les contraintes s’usent : on en a moins marre des gens, des roms… On rit car on sait s’amarrer tôt dans une folie fine en oubliant la télé : Bianco interviewé par Pernaut, par exemple !

Ah, amoroso de mon cœur, qu’il est merveilleux cet apéro géant, que son allant bique !!


jeudi 13 mai 2010

DANS LE DIT ETAT J'ERRAIS AVEC DIETE A GERER !!


La Commission européenne craint l'hémorragie du syndrôme grec ! Aussi, elle propose d'examiner les budgets nationaux avant leur vote par les Parlements des pays membres ! Pire, elle voudrait accélérer la procédure de sanctions en cas de non respect des engagements !!

Ca sent la Barrosoïte aiguë et les cures d'austérité dans la zone euro !

Paris doit ramener ses déficits publics de 8% du PIB à 3% en 2013 pour respecter les critères du traité de Maastricht !!

C'est une gageure que notre premier sinistre, François Fillon, compte défier par le biais de trois mesures principales. D'abord, le remplacement d'un seul fonctionnaire partant à la retraite sur deux. On connaît déjà la chanson ! Le nouveau tube portera sur les dépenses de fonctionnement (20 milliards par an pour les meubles des ministères, les ordinateurs...). Enfin, la nouvelle musique portera sur une baisse en valeur de 10% (en trois ans) de l'ensemble des dispositifs d'intervention de l'Etat (régimes spéciaux de retraite, prestations sociales, aides à l’agriculture…) !

J'espère que nos ministres et le petit Nicolas montreront l'exemple !!
Ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux
Partant à la retraite ça réduirait fort peu
Les dépenses de l’Etat il faut alors songer
A trouver d’autres charges prêtes à se dégraisser.

Soixante-sept milliards chaque année sont fondus
Dans ces interventions que d’aucuns voient en dû
Rien n’est acquis à l’homme comme le dit Aragon
Sachez-le citoyens : la crise aura du bon !!

Nous allons expurger de nos aides sociales
Les scories inutiles qui font l’assistanat :
Accession au logement, don au milieu rural
Devront hors de l’Etat trouver bon mécénat !!

Peu m’en chaut les conflits : on me dit : "la paix hèle
Un besoin d’équité, de solidarité "
Mais financer les gueux grèvera l’escarcelle
Et vous me saurez gré d’avoir impôts baissé !!

Les régimes spéciaux sont des gouffres béants
Je les modifierai jusqu’à ce qu’ils expirent !
Ne grinceront des dents que ceux qui les respirent
Sans songer à la fonte des banquises d’argent !

Au sublime RSA ne toucherai jamais
En hommage à Martin son brillant géniteur
Toutefois suis enclin à moins subventionner
La culture qui fleurit en trop de champs d’horreur.

Ne blâmez pas mes choix, sous mes ailes ténues
Je préserve le fonds de notre économie.
Sous l’intense contrôle de l’Europe assaillie
Qui ne veut plus d’enfants dispendieux bien que nus !!

mercredi 12 mai 2010

PAUVRE PRESSE (3) !

Double cliquez sur l'image car c'est vraiment petit !!

PLAN D'OSEILLE


Petit Nicolas s’en souviendra de la nuit du 9 mai 2010 ! Il a ingurgité 30 tasses de café arabica bien corsé ! La chancelière Angela Merkel l’a accompagné ! Il fallait tenir pour trouver un plan d’urgence ! Il fallait sauver l’euro ! Au terme d'une longue nuit de négociations, les 27 pays de l’euro ont enfin mis en place un plan de stabilisation de 750 milliards d'euros en collaboration avec le Fonds monétaire international (et revoilà Strauss Kahn !!). Ce dernier s'est engagé à accompagner l'UE via de nouveaux prêts à hauteur de 250 milliards d'euros. Il s’en fout : ce n’est pas son argent !!

Concrètement, les 27 ont adopté un fonds communautaire de 60 milliards d'euros, mobilisable à très court terme. Ce nouveau bidule (machin chouette) permettra à la Commission européenne de s'endetter sur les marchés financiers, avec la garantie des Etats membres de l'UE et de la Banque centrale européenne (BCE) afin de prêter à un pays rencontrant des difficultés à se refinancer (exemple, au hasard : la Grèce, l’Espagne, le Portugal, la France...heu…oui, la France !)

Il faut rajouter à ce dispositif une garantie de 440 milliards d'euros de la part des Etats membres de la zone euro et des pays n'ayant pas adopté la monnaie unique, comme la Suède et la Pologne ! C’est cette garantie qui devrait permettre au nouveau bidule de lever des fonds sur les marchés financiers. Et oui on ne prête à un pays que si des gros bailleurs de fonds se portent garants !!

Juste après l'annonce de l'accord des 27, la BCE a dévoilé son intention de commencer à acheter de la dette publique et privée de la zone euro La BCE va donc acheter des obligations d’Etat, des bons du Trésor…. Une décision historique de l'institution de Francfort puisque celle-ci était jusqu'à présent hermétique aux appels en faveur de l'utilisation de ce type de mesures.

Voilà ! Tout un pataquès financier pour convaincre les spéculateurs de l’ombre qu’on ne va pas les laisser impunément attaquer l’euro !! Notre monnaie va être défendue avec les petits bras musclés des 27 pays solidaires !! Quitte à ce que ces petits bras soient vite fatigués par les efforts physiques inhérents à la prolongation de la durée du travail dans une vie d’homme qui ne cesse de s’allonger ! Quitte à ce que ces efforts se paient en sueur, en dégraissage de postes (notamment dans les fonctions publiques).
Car derrière l’argent qu’on gère se profile les congères : refroidissement de l’activité, glaciation des rapports sociaux, banquise et gel des crédits à la consommation ! Le réchauffement de la planète et le réveil d’un volcan ne suffiront pas à « défrigérer » la situation !

vendredi 7 mai 2010

FILLON : UN MAUVAIS COTON...

(Toujours double-cliquer sur l'image pour mieux lire !)

LE SACRE DE L'OM REND DESCHAMPS POETE


Ca faisait 18 ans qu'on attendait cela sur la Canebière ! L'OM en a rêvé, Deschamps l'a fait ! L'ancien capitaine de l'Equipe de France, l'homme qui a tout gagné (poil au nez !) a mené l'équipe phocéenne à son 9ème titre de champion de France de Football !
La clé Deschamps ! La clé de la réussite ! Cet homme là réussit pratiquement tout ce qu'il entreprend ! Une bête de "la gagne". On ne peut assommer Deschamps de leurres ! L'homme est solide, loin des turpitudes, droit dans ses bottes ! Deschamps donneur de bons conseils ! Deschamps point enclin à se couper les cheveux en quatre ! Un homme de décision ! Deschamps pignon sur rue, illustre représentant de la gauloiserie footballistique ! Deschamps d'ailes de pigeon en tacles artistiques, pédagogue du beau geste ! Deschamps bourre si, oh oui !! Il bourre, il bourre l'esprit de ses joueurs de matière grise gagnante !! Il est toujours prêt là, l'abbé Deschamps et ses ouailles en short l'écoutent religieusement !!
Si on cherche un successeur à Domenech...suivez mon regard..à l'horizon de la ligne...des champs.

jeudi 6 mai 2010

UNE JOLIE NOTE QUE L'ETAT LAISSE...

lEn 1991, Edith Cresson lance la France dans une sacrée salade. Plusieurs feuilles de choux indiquent qu’elle a donné son feu vert au groupe Thomson-CSF (rebaptisé depuis Thalès) pour signer avec Taïwan la vente de six Frégates.

Jusque là rien de très choquant n’eût été le type de marché, en lien étroit avec l’économie de la guerre ! Mais Edith n’ignore pas que la France doit maintenir son rang de marchand d’armes ! La transaction a donc lieu : 16 milliards de dollars !

Mais, au terme de ce contrat (surnommé « bravo »), aucune commission ne doit être versée, sous peine d'annulation ! Taïwan ne veut pas d’intermédiaires, de commissionnaires, d’agents de transition et je ne sais quoi encore !! Taïwan a raison : l’accroissement de commissions nuit à la santé du budget public ! L’ancienne Formose redoute une répercussion des prix des intermédiaires sur le prix final du contrat !

On aurait dû respecter le client ! Le client est toujours roi ! Hélas, en toute violation de "Bravo", le groupe Thomson décide d'arroser quelques entremetteurs : une enquête remontera jusqu’à la piste d’un certain Andrew Wang. Ce brave homme aurait été désigné pour convaincre l’île nationaliste d’opter pour les bons produits français !!

- Achetez les frégates françaises, bon sang, c’est pas de la merde !

Même si quelques fonds appartenant à ce Wang ont été bloqués par la justice helvétique il n’en demeure pas moins que d’autres paiements restent occultes ! Certains arrosages pécuniaires auraient même inondé l’aire pékinoise ! Il s’agissait, mieux que le lama doué, d’amadouer la Chine pour qu’elle ferme les yeux sur cette vente d’armes dont bénéficiait sa rivale de toujours !

En 2001, Taïwan a collectionné des preuves sur l'existence des moult commissions ! C’est avec un dossier « béton » qu’elle demande la constitution d'un tribunal arbitral (trois juges choisis par contrat par les parties) pour en demander le remboursement.

La Cour arbitrale de Paris a donné raison à Taïwan et à sa marine !!

Motif : le contrat a pas été respecté !! Donc Thalès se voit condamné à 591 millions de dollars (448 millions d'euros) "à titre principal" et à verser des "intérêts qui courent depuis août 2001, date du début de l'arbitrage" !

Mais Thalès ne veut pas plonger tout seul ! Il ressort son fameux axiome qui met en exergue la notion de proportionnalité ! Thalès ne paiera qu’en proportion de son implication dans le contrat juteux !!

Thalès argue le fait suivant : sa part de travail ne s’est élevée qu’à 27 % du temps de concrétisation du contrat ! Ah !? Ah bon ?? Ben, ben, alors et les 73 % restant ?
Voyons, jeune homme, mais vous ne savez donc pas ? Mais enfin ! Mais c’est bien sûr ! Le reste est honoré par le principal fabricant de bateaux de guerre : la DCNS !

Mais oui, la Direction des Chantiers Navals Stakhanovistes ! Ah ! Donc cette entreprise va payer !! Comment ? Pardon ? Que dites-vous ?? La DCNS appartient à l’Etat ! Elle est nationalisée ? Elle appartient à l’Etat à hauteur de 75 % ?? Et que.. ? Comment ? Parlez plus fort ! Ah AH AH !! Non ! C’est pas vrai !! Si ?? Si ?? On va devoir essuyer les plâtres ? En tant que contribuables ?

Ah non ! Ah non ! On nous a déjà fait le coup avec le Crédit Lyonnais !! Même que maintenant, avec tout le fric injecté dans cette institution, on a tout loisir d’admirer le superbe jeu d’acteurs et d’actrices qui simulent un intérêt extraordinaire pour les produits financiers LCL (on t’a reconnu derrière ce sigle, le Crédit Lyonnais !). Ah quelle superbe publicité qui nous montre le mimiques subtiles et ingénieuses d’artistes aussi talentueux que Chazel, Jacob, Aumont, Morel, Deutsch, Benzema…Heu, Benzema ? C’est un acteur ??

Mais je m’égare… Quoi que… Quoi que..

Avec l’argent que nous, petits contribuables, allons injecter dans les sublimes sociétés Thalès et DCNS, il sera possible de financer des publicités qui vanteront les qualités technologiques de nos frégates et autres sous marins, à une heure de grande écoute !! J’imagine bien un spot qui mettrait en exergue les talents orateurs de Charles (blanchi par la justice) d’Edouard (si tout se passe bien pour lui) voire de Jacquot : pour eux, plus besoin de commissions ! Il seraient directement payés par les sociétés susnommées, en parfaite transparence et auraient l’occasion d’exhiber leur talent de comédien !!

Ah les futures belles publicités télévisuelles que voilà !!


Bonjour à vous Andrew Wang
De vous connaître n’en ai l’honneur
Mais pour vous ne serai payeur
Contre vous j’affûte ma langue !

Thomson jadis vous arrosa
De très juteuses commissions
Contre la stupide mission
D’inciter Taiwan à l’achat

Achat de six frégates fières
Que Madame Cresson voulait
Ecouler sans trop l’ébruiter
Aux ouïes de la Chine entière.

Taiwan visait l’anonymat
Et surtout pas de commissions
Elle craignait tant pour l’addition
Au dernier folio du contrat !

Mais Andrew Wang fut bien payé
Au mépris du désir formel
De ne pas ébruiter nouvelles
Pauvre client taiwanais !!

Pauvre client ? Pas plus que ça !
La Cour Arbitrale de Paris
A condamné la frauderie
Thalès alias Thomson paiera !!

Tollé ! Thalès montre du doigt
Le bénéficiaire des magouilles :
D.C.N.S. qui se débrouille
A honorer juteux contrats !!

Leader de l’armement naval
D.C.N.S. a profité
De ce marché taïwanais
Trempée de fièvres illégales.

D.C.N.S.devra payer
En tant que premier fabricant
Dont l’Etat se porte garant
Vu qu’elle est nationalisée !

Chacun de nous, le cœur morose
Paiera la note de justice
Pour réparer le préjudice
Subi par l’ancienne Formose !

Bonjour Wang, monsieur l’arrosé
Et vous ses amis politiques
S’il faut payer, ayez l’éthique
De nous sortir votre chéquier !

Mon âme de contribuable
Ne souffrira pas l’infamie
De votre blancheur de nantis
Collée à vos desseins coupables !!

Payez, payez, vils profiteurs
Restituez vos commissions
L’argent de nos contributions
Ne doit pas se tromper d’honneur !

Payez sans nous, vilains truands
Que ces frais gâtent vos budgets
Juste retour de l’équité
Dans l’ère du dollar flamboyant !!

mercredi 5 mai 2010

PAUVRE PRESSE (2) !


Code secret : L N A 6 T : DSK AJ (Hélène assistée : DSK agit)

Ca y est ! La Grèce est sous surveillance FMiste ! La grosse usine à financement de Mr Strauss Kahn va apporter 30 milliards d’euros pour sauver la patrie d’Hélène ! Les amis européens prêteront, eux, 80 milliards à un taux de 5 % ! Sachant qu’ils empruntent à 3 % je vous laisse calculer le différentiel !

Mais pourquoi la Grèce ne peut-elle pas, elle-même, emprunter à 3 % sur les marchés internationaux ? Mais tout simplement parce qu’elle est déclarée insolvable par les agences de notation internationales. C’est la mauvaise élève de la zone Euro ! Une cigale méditerranéenne qui s’est laissée endormir sous ses oliviers ! Une mangeuse de moussaka qui n’a pas géré son budget et qui, le moment du bilan venu, a tronqué ses données économiques pour faire croire au monde qu’elle était en bonne santé financière !

Oh la vilaine ! On va l’aider mais avec quelque réticence ! Le parachutage des vivres pécuniaires ne s’exécutera qu’à la seule condition que les Helléniques adoptent un régime de minceur !! Plus de prime, style 13ème mois voire 14ème mois, pour les fonctionnaires ! Une augmentation de la TVA (de 19 % à 21 %, aïe, le prix de la salade Horiatiki !), un accroissement de la durée de cotisations pour obtenir une retraite pleine (40 annuités contre 37 !)

Les Grecs n’acceptent pas de gaîté de cœur ces mesures d’austérité dictées par les instances internationales et l’Europe ! C’est un euphémisme que de le dire ! Les manifestations battent leur plein à Athènes que meuvent des syndicats à ténacité (Athènes ah, cité !!).

Contre ses hordes de revendications ils ne vont quand même pas nous ressortir le régime des colonels ?

Attendons la suite... L’Espagne, à son tour, serait sur le point de se déclarer en faillite. Le docteur Strauss Kahn n’a pas fini de se porter au chevet de cette Europe qui a voulu se doter d’une monnaie unique sans veiller à harmoniser les politiques et les croissances économiques des différents membres !!

lundi 3 mai 2010

LA MANGROVE

Une nappe de pétrole s'échappe de la plate-forme Deepwater Horizon (société BP) au large des côtes de Louisiane. L'huile noire continue de s'échapper d'un puits à 1 500 m de profondeur, au rythme de 5 000 barils (795 000 litres) par jour. Bientôt le spectre touchera les côtes de Louisiane, le paradis des mangroves, ses forêts qui trempent les pieds dans l'eau et qui abritent tant d'espèces animales. Un cataclysme écologique d'une ampleur indiscible !!

Elle attend l’invasion de la visqueuse engeance
Sous ses palétuviers aux tumultueux corps
Dans le vent maritime naviguent des fragrances
Que les relents d’or noir n’altèrent pas encore...

Elle attend, la mangrove, sous le soleil ardent
Que taquinent parfois les nuages solubles.
La menace s’étend que des rumeurs affublent
D’oripeaux nauséeux maillés de fin des temps.

A des milles de là, sur les flots frénétiques
Un derrick aquatique a vu tonner l’enfer
Il a sombré, mortel, en fracas mécaniques
Et laissé le jus noir délivré de l’artère.

Le nappage morbide des ondulantes eaux
Etend l’hégémonie au gré de la vidange
Gisement libéré que nulle vanne ne range
Au rayon des ressources maîtrisées des héros.

Elle attend, la mangrove, l’inévitable plaie
Cette souillure immonde à la gueule visqueuse
Louisiane qui pleure des bayous apeurés
Louisiane qui geint des futures ténébreuses.

Chevelures de racines plongées dans l’eau vaseuse
Où viennent se nicher des essaims de crevettes
Que serez-vous demain sous la laque crasseuse
Si ce n’est qu’agonie, douloureuse et muette ?

Et vous marais côtiers hôtes des caïmans
Paradis des castors et des loutres lacustres
Qu’adviendra-t-il de vous si le dégoût s’incruste
Sous le vol désolé des maigres pélicans ?

Elle retient, la mangrove, son cri d’apocalypse
Sous l’effluve des vents que le Golfe délivre
Elle attend sa Passion que le Monde lui livre
Monde mu de progrès qu’aucune âme n’éclipse...

Monde mu de progrès qu'aucune âme n'éclipse...

PAS DE POLYGAMIE MAIS DE LA POLYSEMIE !!

- Monsieur le Juge je porte plainte contre mon mari !
- Ah, bon ! Il est polygame ?
- C’est parce que je porte le tchador que vous en concluez cela ?
- Heu, oui, peut-être !
- Là n’est pas le problème ! Il est monogame mais il m’empêche de porter la Burqa, chez moi ! Or j’ai le droit ! Chez moi ce n’est pas en public !!
- Oui ! Mais c’est plutôt étonnant que votre mari vous l’interdise ! D’habitude un mari cherche à voiler sa femme ! C’est bien ! Plutôt bien ! Votre mari n’est pas insensible à notre nouvelle loi !
- Comment ça ! Mais il la bafoue, au contraire !
- Comment cela ?
- Il me demande une taxe dès que je porte le voile intégral : une sorte de redevance pour permis de port !! Vous vous rendez compte !! Vous vous imaginez : il m’assujettit à un impôt pour port de burqa !! Je rêve !!
- Ce ne regarde que votre couple !
- Mais pas du tout ! Il est passible de condamnation !
- Mais non, enfin !
- Mais si : n’est-il pas dit dans la loi « Sera puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 € d’amende celui qui impose le port du voile intégral » !?

dimanche 2 mai 2010

PAUVRE PRESSE !!!

Depuis qu'une femme en voile intégral s'est fait prendre par un policier pour conduite à risque (amende de 22 €) on sort du chapeau, et dans la foulée, d'autres histoires ! C'est Brice Hortefeux qui allume (une fois encore) la mêche en déclarant que le mari de cette femme est polygame !!

Depuis le mari en question fait la une de l'actualité !! On découvre, tout à coup, que la polygamie existe en France !

Lies Hebbadj (c'est son nom) devient ainsi une bête médiatique que s'arrachent les micros !

A quand un petit tour chez Ruquier ou chez Ardisson ? Au point où on en est !!

samedi 1 mai 2010

HU JINTAO : POUR LA FRANCE MA CHINE RIT !

Nicolas a emmené Carla en Chine ! Depuis longtemps qu’ils en rêvaient de la Chine et de ses secrets, de la muraille et du saké !!

Nicolas a transformé le périple en visite d’Etat ! C’était surtout une superbe occasion d’emmener sa chanteuse découvrir de vastes horizon et, pour lui, l’opportunité d’évacuer le stress que lui assènent les Français !

Au cours de ces trois jours tout ne fut que féerie : superbes manifestations de politesses, ronds de jambes inégalés, obséquiosité exacerbée ! Nicolas avait potassé tout le manuel du savoir-faire chinois, ingurgité l’abécédaire des bonnes manières pékinoises et le dernier tome des « politesses sinophiles » de Jean Pierre Raffarin, un expert en la matière !

D’ailleurs Jean Pierre ne lâcha pas les deux tourtereaux durant ce voyage. Toujours posté à cinq mètres derrière le couple présidentiel il veilla à la bonne amabilité du petit caporal !! On a tellement commis de bourdes dans le passé ! Il faut redorer le blason de la France aux yeux de nos hôtes chinois !

Nicolas commença par emmener Carla à l’ouverture de l’Expo 2010 à Shanghai :

– Tu vas voir, c’est super !! Il y a des maisons de Shanghaï qui ont été construites par des Français !
– Ah bon ? Et pas par des Italiens ?
– Non, quand ils ont vu comment on construisait les tours à Pise ils ont été quelque peu réticents !
– Ah Nico ! Fais pas le malin, fais pas le malin !!

Puis le couple fut reçu par Hu Jintao, le n° 1 chinois, à Pékin ! Depuis cette immense ville les Sarkozy purent se rendre sur la grande muraille de Chine ! Le seul édifice construit par des humains et qui soit visible de la Lune ! Impressionnant ! Carla put même découvrir un « tronçon sauvage » du Titan de pierres ainsi qu’un tombeau Ming qui, normalement, est fermé au public !! Quel privilège !

Et quelle joie d’entendre deux de ses chansons interprétées par la fanfare de l’armée populaire, lors du dîner !

Une jeune femme a d'abord chanté, en français (s’il vous plaît), "Tout le monde est une drôle de personne", puis la fanfare a joué "La noyée", deux titres qui figuraient dans le premier album de Carla Bruni, "Quelqu'un m'a dit", sorti en 2002.

- Je ne connaissais pas la chanson « tout le monde est une drôle de personne » ! Ou alors la Chinoise a déformé les paroles ! Problème de traduction ?
- Pourquoi dis-tu cela, chouchou ?
- Hé bien, Carlita, il m’a semblé comprendre que dans le texte on dit «Il faudrait que tout l'monde réclame auprès des autorités une loi contre toute notre solitude…que personne ne soit oublié…
- C’est exactement les paroles que j’ai écrites !
- Ah !! Quelle drôle d’idée que de réclamer une loi contre la solitude !! Moi je veux bien pondre une loi contre la burqa, une loi contre les petits dealers, une loi pour détaxer l’achat des Karcher mais comment veux tu, douce Carlita, élaborer une loi contre la solitude ? C’est..c’est impossible !
- Ah, fais pas le malin !
- Ne te fâche pas, ma colombe, on nous regarde ! Il ne faudrait pas qu’ici aussi on commence à gloser sur notre union !!

Les deux oiseaux ont très vite cessé de se voler dans les plumes au premier froncement de sourcils de Hu Jintao. Le dîner se prolongea sans heurts : nems suivis de nems suivis de nems…Avec, cependant du riz cantonais quand tonnait la fanfare !! Le traditionnel saké fut versé et le petit Nicolas put apercevoir au fond de la tasse vide une image de Carla… heureusement dûment vêtue !!

Nicolas offrit à Hu Jintao deux très beaux stylos de la collection Shanghai chez Dupont (pour la fine allusion à cette ville fascinante). Dans la foulée il lui fit don, également, d’un super de photos retrouvées dans les archives de l’Expo 1900 à Paris, et représentant le pavillon chinois de l’époque !

Avec toutes ses salamalèques nul n’eut loisir d’évoquer les sujets qui fâchent : l’indépendance du Tibet, l’exploitation des enfants, la sous évaluation du yuan (la monnaie chinoise) qui dope les importations de produits chinois au détriment de notre production domestique…

On n’allait quand même pas gâcher un si beau voyage !!