CHERCHEZ DANS CE BLOG

jeudi 25 février 2010

ANNONCE BIS REPETITA

Comme beaucoup de mes lecteurs veulent en savoir plus, voici la date et le créneau horaire de l'émission dans laquelle je sévis chaque dernier samedi de chaque mois !

C'est sur Radio Campus 106.6 (elle est sur V Ascq mais émet loin !! Jusqu'en Belgique, une fois !)

Ce sera le samedi 27 février de 10 H à 13 H !!

J'aurai le temps d'y plaquer quelques chansons et poèmes ! Trou la la itou !

PS : on peut réécouter l'émission sur le site de radio campus

http://www.campuslille.com/

Se mettre sur [Les Programmes] puis descendre la souris vers "Samedi"
Cliquer sur l'enveloppe correspondant à l'émission "Débit de laids" la tronche de Jean Marc apparaît (c'est l'animateur)- Fermez la messagerie (sauf si vous souhaitez envoyer un message au dit Jean Marc !) Cliquez sur archives 30 janvier (archives à 11 heures) puis cliquez sur l'icone représentant un haut parleur ! Bonne écoute !

UNE ACTIVITE TÔT LAIDE !!




L’archidiocèse de Tolède a condamné « des faits lamentables». Un de ses curés diffusait des annonces sur le Net pour vendre ses charmes « Pour femmes et couples, bien doté (15cm), je suis ouvert à tout sauf au sado, vous ne le regretterez pas, je vous ferais jouir de bonheur comme jamais », a écrit ce curé dans une annonce reprise par El Mundo. Le site du journal joint une photo du curé, torse nu, ventre rentré !

Dans quel monde vivons-nous ?
Qu’avait-on à lui reprocher
Au bon curé de Totanes
Et de Noez que l’évéché
Lui fît des remontrances amères ?

Qu’avait-on à lui reprocher
Dans ces coins paumés que Tolède
Couvrait de sa notoriété
Qu’avait-on à lui reprocher ?

Revendait-il sous le manteau
Des colliers de préservatifs ?
Tripotait-il son chalumeau
Pour tuer son fonds dépressif ?

Avait-il un penchant sévère
Pour les garçonnets du cathé
Quand la lourdeur de son bréviaire
Etait dure croix à porter ?

S’était-il égaré ce frère
A renier toute la Shoah ?
Avait-il bu tant de madère
Qu’il puait l’alcool à cent pas ?

Avait-il pris, vil infidèle
Le chemin qui mène à la Mecque ?
Avait-il pissé sur l’autel
Après avoir bu vin cul sec ?

S’était-il mis à fustiger
Le Benoît XVI pour ses errances ?
Ou s’était-il acoquiné
Aux vendeurs de désespérance ?

Avait-il brûlé des missels
Avec la flamme des saints cierges ?
Avait-il pris du vermicelle
En guise d’offrande à la Vierge ?

Avait-il écrit l’édito
Que j’ai relu dans ce canard
Et qui fustige, vade retro
Les cardinaux un peu ringards ?

S’était-il avili en Bourse
Ainsi qu’un vulgaire trader ?
Ou avait-il parié aux courses
Ses gains de funeste dealer ?

Non point messires et oyez bien
L’incroyable réalité :
Le curé à ses paroissiens
Proposait des plaisirs osés.

Et ses annonces sur le Net
Vantait ses charmes angéliques
Et pour des tarifs honnêtes
Un bonheur plus haut que mystique !

Il fourre, il fourre le Curé
Le curé dévergondé
Il a passé par ici
Et il pêchera par là !!

UNE ANNONCE FAITE AUX MARIS..et AUX FEMMES AUSSI (Parité oblige)

Oyez oyez bonnes gens ! Si vous captez cette merveilleuse radio qu'est Radio Campus n'oubliez pas d'ouïr de vos esgourdes attentives la fabuleuse émission durant laquelle je vais encore sévir !
Voici le fabuleux programme qui vous attend :

http://www.campuslille.com/index.php/les-speciales/468-debits-de-laid-du-27-fevrier

Mais oui ! Il s'agit de l'extraordinaire émission de "Débits de laids" sur 106.6 Mhz ce samedi 27 février entre 10 h et 13 h !

Qu'on se le dise au fond des ports !! Salut !

COCA : L'APPARAT BOLIVIEN (La parabole y vient ?)

En Bolivie, le vice-ministre Victor Hugo Vasquez a récemment indiqué à la presse que le projet de boisson Coca Colla «intéresse l'Etat dans sa politique d'industrialisation de la coca», outre d'autres débouchés possibles: infusions, farines, gâteaux, liqueur, dentifrice à base de coca, shampoings décoiffants, excitants érogènes, désinhibants antalgiques…

La production pourrait être lancée très rapidement, dans les quatre mois !

L’Etat bolivien se pose encore la question de savoir si la compagnie qui produira la boisson sera publique ou coopérative (une sorte de kolkhoze à la mode bolivienne). Ce qui est sûr c’est que la boisson gazeuse sera de couleur sombre et arborera une étiquette rouge ! Ainsi on annonce clairement la couleur : la Bolivie fait la guère au géant américain Coca-Cola ! Il y a de grandes chances que Coca-Colla gêne !!

Evo Morales, le Président bolivien et ancien cultivateur de coca du Chapare a placé la revalorisation de la plante «sacrée» parmi les symboles clefs de son «indianisation» de la Bolivie !

- L’écho qu’a coca sur l’éclat des quinquas ! lance-t-il en connaisseur ! Vive la feuille de coca, que nos ancêtres ont mastiquée pour lutter contre la faim et le mal d'altitude !

M. Morales est allé à l'ONU plaider la dépénalisation et le retrait de la feuille de la liste des substances interdites depuis 1961. Il veut surtout redonner un souffle à la culture de la plante divine : passer de 12 000 à 20 000 hectares le seuil de cultures autorisées pour l'usage «licite» de la feuille de coca.

Le projet devrait être adopté sans écueil par un Parlement bolivien composé de députés mâchonnant la coca à l’envi.

Le problème est que la Bolivie était, en 2008, le 3e producteur mondial de cocaïne selon les dernières données de l'ONU ! Moralès rétorque qu'il combat plus violemment le narcotrafic (26 tonnes saisies en 2009) qu'avant l'expulsion du pays de l'agence antidrogue américaine en 2008.
Mais si la surface cultivée augmente de 66,66666 % le père Morales s'apprête à prêter le flan (à la coca) à ses détracteurs américains qui diront :

- Quelle morale est-ce ?

Les anicroches avec l’Oncle Sam risquent d’être somptueuses ! Et je ne vous parle pas de l’ire de Coca-Cola qui défendra son monopole ! Chez les uns on parlera d’hommages « Colla-Terreau » et chez les autres de concurrence infâme et déloyale !!

En attendant on ignore encore où est passé Manureva. Où est passée la coque à Colas ?? Au large de la Bolivie ?