CHERCHEZ DANS CE BLOG

vendredi 11 novembre 2016

QUAND SA RAISON S'EFFRITE

video


         Décidément, les candidats de la primaire de droite font dans le culinaire. Après les petits pains au chocolat à 15 centimes de Copé, voilà une double ration de frites proposée par notre petit Nicolas !

Lors d'un discours (par qui était-il écrit celui-là ?) l'ex Président a proposé que notre bonne république, Mariane, ne s’embarrasse plus à passer du temps dans ses cuisines pour mitonner des plats pour petits juifs et des plats pour petits arabes.

Il faut un plat pour tout le monde ! Alors casse toi pov' con de plat de substitution. Si le petit ne mange pas de porc (on imagine pour des raisons religieuses), le jour où il y a du jambon à la cantine, hé bien, le petit prendra double ration de frites !

Jean-François Copé, raillé pour ses petits pains au chocolat, prend là une belle occasion de se moquer du concurrent :

Je suis consterné : Nicolas propose une double ration de frites ! C'est une atteinte à l'équilibre alimentaire !

Il a raison l'ami Copé même si une pléthore de frites n'a rien à envier avec une appétence féroce pour les chocolatines, du point de vue de la diététique.

Mais le gros problème dans tout cela c'est que lorsqu'il y a du jambon à la cantine il n'est pas systématiquement accompagné de frites !

Faudra-t-il alors proposer une double ration de purée ? Un double volume de riz ?

Autant de points existentialistes qui n'ont pas été traités par le petit nerveux ! 

C'est bien dommage !


Son intelligence s’effrite
Depuis qu’il perd des neurones
Son petit cœur en téphrite
De volcan fou nous étonne.

Est-ce une douleur de néphrite
Qui lui fait dire, délirant :
La double ration de frites
A nos petits musulmans ?

Loin du Carlos des comptines
Qui s’éclatait  à manger
Avec copains et copines
A la cantine animée

Notre Nicolas futé
L’estomac dans les talons
Se plaît à stigmatiser
Les frites aux yeux des gens bons !

Nicolas vous m’épatâtes
Je vous donne, belle huile, deux palmes
De l’académie des battes
Qui jamais n’aspire au calme.

La double ration de frites :
Oui, de sa bouche encore naît
Une billevesée inscrite
Au rayon de l’insensé !

Point de jambons trop de frites
N’est-ce pas favoriser
L’essor des bintjes ! Ah mais dites :
C’est belgitude assurée !

           









Aucun commentaire: